Lithium : en Argentine, Eramet et Tsingshan bâtissent une gigantesque usine pour sécuriser l'Europe des fabricants de batteries électriques

Suspendue par la pandémie mondiale, la construction de cette usine dans ce désert des hauts plateaux andins, à plus de 3.800 mètres d'altitude, dans le nord de l'Argentine, reprend. Opérée en partenariat avec le premier producteur mondial d'acier inoxydable, elle vise à alimenter 15% des besoins européens en lithium, un métal indispensable à la fabrication notamment des batteries des voitures électriques, et donc, essentiel à la transition énergétique.

4 mn

Avec un objectif de production de 24.000 tonnes par an, Eramet veut assurer pas moins de 15% des besoins européens en lithium
Avec un objectif de production de 24.000 tonnes par an, Eramet veut assurer pas moins de 15% des besoins européens en lithium (Crédits : Eramet)

Le français Eramet va construire en Argentine une gigantesque usine de lithium. L'objectif, pour le troisième groupe minier et métallurgique européen: répondre à la forte demande de ce métal indispensable à la fabrication des batteries pour les véhicules électriques, et donc à la transition énergétique.

Avec un objectif de production de 24.000 tonnes par an, Eramet veut assurer pas moins de 15% des besoins européens en lithium. Dans son communiqué, le groupe minier fixe au premier trimestre 2022 le début du chantier, pour une mise en service début 2024.

"La transition énergétique nécessite beaucoup de métaux pour le stockage et le transport de l'électricité, 75% des véhicules produits en Europe seront électriques en 2030 et 40% dans le monde", a déclaré à l'AFP Christel Bories, Pdg d'Eramet.

Pénurie oblige, le lithium se négocie à "près de 30.000 dollars la tonne"

De fait, la question des débouchés est déjà bien avancée, Eramet indiquant être en négociation notamment avec les deux grands consortiums de batteries prévus en France, mais aussi avec d'autres encore en Europe. Selon Christel Bories, le groupe minier anticipe une demande mondiale de lithium multipliée "par six" d'ici 2030:

"À l'heure actuelle, il y a pénurie de lithium" dans le monde, a-t-elle dit en rappelant les prix de "près de 30.000 dollars la tonne" atteints par le lithium sur les marchés spot.

Tsingshan assure 94% du financement, Eramet apporte 100% de la concession

Pour construire cette usine, le Français s'associera avec un partenaire chinois Tsingshan. Tsingshan Holding Group, qui emploie environ 40.000 personnes (12.500 pour Eramet) dans le monde, est le premier producteur mondial d'acier inoxydable. Il est également spécialisé dans la production de nickel, composant essentiel pour la fabrication de l'Inox.

La répartition des parts de capital entre les deux partenaires en regard de leur participation au financement est un peu particulière. En effet, sur un investissement total estimé à 400 millions de dollars, Tsingshan, qui aura 49,9% du projet, en financera 375 millions de dollars (soit 93,7% du total), mais Eramet, qui financera 25 millions de dollars pour une participation de 50,1%, est propriétaire de "100% des droits miniers perpétuels" de la concession, a indiqué à l'AFP la Pdg du groupe, Christel Bories.

Ce gisement de lithium est situé sur les hauts plateaux andins, en Argentine, à plus de 3.800 mètres d'altitude, dans une région désertique de la province de Salta, les "salars" (désert de sel) de Centenario et Ratone. Les titres miniers qu'Eramine SudAmerica, filiale à 100% d'Eramet, y détient couvrent une superficie de 500 km2.

Le début de l'exploration de la zone a débuté en 2011 et a abouti à la découverte de ce gisement de "classe mondiale". En février 2020, alors que les tests de l'usine pilote avaient confirmé tous les espoirs du groupe minier, celui-ci annonçait qu'il suspendait le projet de construction de cette usine en raison de l'ampleur de la pandémie de coronavirus et des grandes incertitudes économiques mondiales.

Eramet et Tsingshan déjà partenaires en Indonésie

Eramet est déjà associé à Tsingshan en Indonésie pour l'extraction de nickel. "S'associer avec Tsingshan que nous connaissons bien permet d'aller vite", justifie Christel Bories.

En Indonésie, Tsingshan a signé un accord de partenariat pour opérer ensemble le gisement de Weda Bay, "le plus grand gisement de nickel au monde non encore exploité" lorsqu'il a été découvert au milieu des années 1990. Dans cet accord de 2017, les deux partenaires se répartissaient ainsi les rôles: le chinois (57% du capital) s'occupe de construire les usines et de les exploiter, le français (43%) apporte son expertise minière.

Un procédé d'extraction "très performant" et "économe en eau"

La Pdg d'Eramet a laissé entendre que la production annuelle de 24.000 tonnes de carbonate de lithium (LCE) actuellement envisagée pourrait être dépassée car la taille de ce gisement "permettra d'envisager des extensions ultérieures", en affirmant que le groupe recourt à un procédé d'extraction "très performant" sur le plan environnemental et "économe en eau" pour "préserver l'équilibre hydrique de cette région aride".

Le groupe a donné quelques indications financières sur la rentabilité envisagée de l'opération: l'extraction devrait avoir un coût ("cash-cost") de 3.500 dollars la tonne, et un "taux de rendement interne très élevé". Eramet prévoit un bénéfice d'exploitation Ebitda de 165 millions d'euros "vers le deuxième semestre 2025", a précisé Christel Bories.

(avec AFP)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 10/11/2021 à 9:04
Signaler
Prochaine étape, rachat d Eramet, le dernier métallurgiste français de rang international, par les chinois !

à écrit le 09/11/2021 à 9:08
Signaler
Et elle se trouvera où l'usine de recyclage des batteries sachant que nos déchets seront la matière première de demain.

à écrit le 09/11/2021 à 8:50
Signaler
les francais vont decouvrir qu'ils dependent de la chine, meme pour les produits qui ne viennent pas de chine!!!! he, quand uncle chang va fermer le robinet, ca va faire mal, hein?

à écrit le 09/11/2021 à 8:09
Signaler
Il y a de très belles entreprises ça c'est sûr. Au niveau géopolitique, on s'allie sur les intérêts chinois, et plus globalement on retrouve une politique non alignée. Philosophiquement, dans un monde de la coopération, la France a une vraie carte à ...

à écrit le 09/11/2021 à 8:06
Signaler
Essentiel à la transition énergétique ok mais côté pollution générée on en est où ? Ben oui vu que leur transition énergétique est prévue via une grosse quantité de pollution. C'est comme ça faut pas chercher à comprendre.

à écrit le 08/11/2021 à 17:57
Signaler
Sur qu'en Argentine ça doit demander moins de paperasse et de tracasseries qu'ici !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.