L'Etat accélère la transition écologique du secteur automobile français

 |  | 1026 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Vincent Kessler)
Le ministre de l'Economie a tenu une réunion à Bercy pour mettre à jour le contrat stratégique de filière afin d'accélérer la transformation de l'industrie automobile française vers la transition énergétique. Un plan spécifique doit être mis en place pour répondre à la situation critique des fonderies françaises.

Le contrat stratégique de filière automobile signé en 2018 était-il devenu obsolète ? Sa mise à jour a, en tout cas, été jugée nécessaire au moment où la transformation de l'industrie automobile semble s'accélérer après la crise sanitaire mais également dans la perspective d'un nouveau resserrement réglementaire en matière environnementale.

Les constructeurs présents

C'était tout l'objet de la réunion qui s'est tenue ce lundi 26 avril à Bercy au cours de laquelle Bruno Le Maire (ministre de l'Economie), Elisabeth Borne (ministre du Travail), Agnès Pannier-Runacher (ministre déléguée de l'Industrie) et Jean-Baptiste Djebbari (ministre délégué de la Transition Energétique) ont reçu les acteurs de la filière au grand complet : Luc Chatel qui dirige la PFA (plateforme de la filière automobile), les représentants des équipementiers, les sous-traitants, les concessionnaires et les syndicats. A noter la présence remarquée de deux importantes personnalités concernées au premier chef par les engagements pris ce matin: Carlos Tavares (PDG de Stellantis) et Luca de Meo (DG de Renault).

C'est Luc Chatel qui a dressé un état des lieux de la situation: "il y a trois ans, nous avons engagé un plan stratégique historique pour accompagner le changement climatique et transformer notre industrie, le plan le plus important de son histoire, où en sommes nous aujourd'hui ?"

Car entre-temps, la crise sanitaire a mis en exergue une série de faiblesses de la filière automobile française notamment pour ce qui concerne les sous-traitants : trop petits, mal capitalisés, mal positionnés... Beaucoup d'acteurs ne sont pas prêts pour la voiture électrique de demain. Pourtant, pour Bruno Le Maire, "la question n'est plus de savoir si l'industrie automobile va se diriger vers l'électro-mobilité, c'est déjà une réalité". Selon lui, la transition énergétique n'est pas une difficulté mais une opportunité:

"Notre objectif est de relocaliser les activités automobiles à forte valeur ajoutée sur le territoire français" a-t-il rappelé en référence à la première mouture du contrat de filière ajoutant que "la transition de la voiture thermique vers la voiture électrique était une opportunité historique" d'enclencher et accélérer ce processus de relocalisation.

Sauver les fonderies françaises

Ainsi, "l'avenant" au contrat de filière doit permettre de mieux accompagner les sous-traitants dans cette transformation. Le ministre a notamment insisté sur la situation critique des fonderies. "C'est une grande préoccupation", a-t-il déclaré rappelant qu'il s'agissait de 355 entreprises en France et 30.000 emplois directs dont 15.000 liés à l'automobile. "Notre outil de production est trop petit, trop dispersé et le positionnement n'est pas adapté", a-t-il analysé: "par exemple, nos fonderies sont très concentrées sur les métaux ferreux alors qu'ils seront moins utilisés". D'après lui, quand il faut 120 kg de métaux ferreux pour une voiture diesel, il n'en faut plus que 35 pour une voiture électrique.

Lire aussi : Renault place la RSE au coeur de son plan de transformation

Bruno Le Maire veut lancer un plan d'actions spécifiques pour anticiper et accompagner la consolidation et le repositionnement des fonderies françaises. Les deux constructeurs nationaux dépêcheront des experts pour pousser la filière à mieux se diversifier mais aussi pour monter en qualité. La filière nucléaire pourrait ainsi participer à cette reconfiguration en entrant dans la boucle des donneurs d'ordre.

L'autre volet de cette mise à jour est d'accélérer la reconversion des salariés de l'industrie automobile. Les deux constructeurs nationaux vont participer à hauteur de 20 millions d'euros à un fonds doté d'une enveloppe de 50 millions pour mettre en place les formations nécessaires.

Accélérer le tempo

Mais Bruno Le Maire a également voulu remettre le contrat de filière sur le même tempo que la transformation du secteur. Avec la crise sanitaire, la bascule sur l'électro-mobilité s'est accélérée. La France doit donc appuyer sur le champignon. Il a donc annoncé que les dispositifs d'aides à l'achat de voitures électriques seraient prolongés jusqu'à fin 2022 et seraient même étendus aux véhicules utilitaires légers, citant par exemple le Renault Master. Le ministre a également annoncé que le déploiement des réseaux de bornes de recharge allait également accélérer. A la fin de l'année, la moitié du réseau autoroutier sera équipé de bornes de recharge rapide. Une enveloppe de 100 millions d'euros a été allouée à cette accélération.

Bruno Le Maire a insisté sur l'objectif consistant à repositionner la France sur la voiture de demain. Il a rappelé que cette filière a perdu trop d'emplois ces trente dernières années. Le Comité d'Orientation de la Recherche Automobile et Mobilité (CORAM) sera pérennisé jusqu'à fin 2022 pour continuer à piloter la sélection de projets d'investissements dans l'innovation de la mobilité. Il se verra octroyer une nouvelle enveloppe de 150 millions d'euros. Il s'agit de faire de l'innovation un levier de relocalisation. Il a ainsi cité l'exemple de la gigafactory de batteries de Douvrain. Le ministre estime que la crise des semi-conducteurs est une nouvelle illustration de cette délocalisation qui a mis l'industrie automobile française, mais plus largement européenne, dans une situation de dépendance. Il va demander à ce que l'Europe accorde le statut de "projet d'intérêt collectif européen" pour favoriser l'émergence d'une filière de semi-conducteurs en Europe.

La norme Euro7 dans le viseur

Mais pour Bruno Le Maire, ces initiatives pourraient être empêchées si Bruxelles décidait de nouveau de changer le tempo de la transformation industrielle. Avec la norme Euro7 (sur les émissions de CO2) et le Greendeal, de nouveaux objectifs pourraient encore contraindre l'industrie automobile à accélérer. Bruno Le Maire a jugé qu'en l'état, la norme Euro7 -qui doit être définitivement adoptée en juin pour une entrée en service en 2025-, était "excessive". Autrement dit, la filière ne serait pas en capacité d'absorber un nouveau choc réglementaire. Il a indiqué que la France allait demander une révision des objectifs retenus pour la norme Euro7.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/04/2021 à 7:03 :
changer d(orientation mais sans perte d'emploi
sans fermeture d'entreprise et sans délocalisation
et ceux travail doit etre mis sous la responsabilite des ecolos
et a la moindre derive une amende de 30000 euro par emplois perdu
a écrit le 27/04/2021 à 16:20 :
L'Industrie et les Services ont leurs ingénieurs qui sont inventifs et efficaces; l'Etat a ses "ingénieurs" qui sont inventifs - hélas - et particulièrement inefficaces; sinon, nous aurions émergé depuis longtemps du marais économique où nous croupissons depuis soixante ans. Pourquoi de brillants serviteurs de l'Etat font-ils merveilles dans le Privé et ont-ils de si misérables résultats retournés "aux affaires"?
Réponse de le 27/04/2021 à 18:17 :
@Henry
Parcequ'on ne gère pas un Etat comme une entreprise, un ménage, une association, un club de pétanque 😂.
a écrit le 27/04/2021 à 13:51 :
Un moteur diesel comprend 1000 pièces.
Un moteur électrique 100 pièces.

Nous excellons dans la fabrication de moteurs diesel, les Chinois non !
par contre eux excellent dans les moteurs électriques qu'ils savent fabriquer ainsi que les batteries de plus ils ont 70 % es terres rares mondiales.

Nous sommes battus d'avance ... alors l'électrique une chimère d'autant que le coût est prohibitif et l'entretien le sera aussi
Réponse de le 27/04/2021 à 18:25 :
@ Pmat
100 pièces dans un moteur électrique ?
J'en ai démonté un pour voir, je me suis retrouvé avec 2 flasques, 2 roulement s, un corps, un stator, un rotor, 4 vis, 4 écrous, 4 rondelles, 2 bagues... largement à la portée des Chinois 🤣. Dans une voiture, c'est sûr que l'environnement électrique est beaucoup plus complexe 😃.
a écrit le 27/04/2021 à 11:58 :
Je crains que cette transition à marche forcée ne détruise le peu d'industrie qui nous reste. L'industrie ne peut se transformer que lentement, car l'enjeu n'est pas seulement technique mais aussi social. La voiture électrique va détruire tout un pan de l'industrie, car il faut moins de pièces et moins de main-d’œuvre que pour les voitures thermiques. Mais ensuite il y a aussi une répercussion en aval dans la maintenance qui va beaucoup souffrir, car la grande majorité des pannes qui font vivre les garagistes sont des pannes liées aux moteurs, ce qui ne sera pas le cas sur les moteurs électriques.
Réponse de le 28/04/2021 à 0:08 :
Après 5 ans de Macron au pouvoir, la France aura plus que des financier et des chômeurs...
a écrit le 27/04/2021 à 9:46 :
Super le couple bagnoles électriques et éoliennes les vaches vont se marrer. Plus sérieusement il faut en préalable alléger les voitures et ne pas abandonner la solution avec des petits moteurs thermiques peu gourmand. Actuellement une hybride grand public de 1,9 tonne de 245 CV équipée de deux moteurs est un non sens.
Réponse de le 27/04/2021 à 18:28 :
@Albert
Il va surtout falloir passer par la case nucléaire si on veut du "jus" pour tout le monde!
Réponse de le 28/04/2021 à 7:54 :
@ Albert: totalement d'accord avec votre commentaire sur l'hybride de 245 CV. Non sens pour rouler en ville ou même à 130 sur autoroute
a écrit le 27/04/2021 à 6:01 :
Petite remarque : d'un côté Le Maire, Borne, Djebbari, Pannier Run, de belles têtes de vainqueurs dont la clairvoyance, la pertinence et l'intelligence restent à prouver ... ou à trouver, et de l'autre Tavares et de Melo, largement hors catégorie par rapport aux premiers ... c'est déjà une partie du problème
a écrit le 27/04/2021 à 5:17 :
la socialie, c'est cela, l'etat se mele de tout et au final, est nul en tout. En 22 votez mieux.
a écrit le 27/04/2021 à 3:44 :
On va rire jaune dans quelques mois. En Asie, le thermique a encore des annees de prod devant lui. Les francais pourront tjrs se pourvoir chez les coreens.
a écrit le 26/04/2021 à 21:07 :
l'etat accelere la destruction de la filiere
dans 10 ans elle envoie montebourg pousser des cris de reindustrialisation
he ho
on est habitue, maintenant
a écrit le 26/04/2021 à 20:21 :
Si l'état se mèle de vouloir faire des voitures.

Récemment on a vu l'état s'occuper des masques, des vaccins, des centrales nucléaires et de la longueur des jupes des filles. Et c'est pas concluant.

Qu'il se contente de fixer des objectifs réglementaires REALISTES et PERTINENTS et de laisser les industriels faire.

Il ne sert à rien de
Réponse de le 28/04/2021 à 0:10 :
Juste fixer un cap réaliste Macron et ces ministres en sont incapables...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :