Michelin attaque le juteux marché des pneus pour voitures électriques

Le pneumaticien français vient de lancer une gamme de pneus dédiés aux voitures électriques sportives. Ces pneus extrêmement sophistiqués doivent répondre aux spécificités de ces voitures, pour garder un haut niveau de performance. C'est aussi une façon pour Michelin de garder la main alors que les marques asiatiques ne cessent de gagner des parts de marché sur les segments d'entrée de gamme.
Nabil Bourassi

4 mn

Avec le Pilot Sport EV, Michelin se positionne sur le segment très premium des voitures électriques sportives.
Avec le Pilot Sport EV, Michelin se positionne sur le segment très premium des voitures électriques sportives. (Crédits : Michelin)

Plus d'un siècle après son invention, le pneu fait encore l'objet de multiples innovations qui lui permettent encore d'échapper au statut de "commodities" (produit de consommation courante avec peu de valeur ajoutée). Avec l'avènement de la voiture électrique, c'est un nouveau champ d'innovations qui s'ouvre pour les pneumaticiens, et Michelin affiche clairement ses ambitions. Car la voiture électrique change suffisamment de paramètres pour justifier la conception de pneus spécifiques, notamment pour le haut de gamme qui implique un haut niveau de performance.

Des voitures plus lourdes

Les voitures électriques sont effectivement plus lourdes à cause du poids des batteries. Michelin estime que les pneus doivent augmenter de 15% leur capacité de poids pour maintenir leurs performances. Cette question du poids se traduit également dans une répartition de la masse très différente sur les voitures électriques. Cela va affecter la tenue de route notamment dans les changements de file ou les virages serrés, nous explique-t-on chez Michelin: "Le pneu va fournir plus d'efforts pour assumer la tenue de route."

En outre, la qualité du pneu agit sur l'autonomie d'une voiture électrique du fait de la résistance au roulement, c'est-à-dire de son adhérence au sol qui permet de réduire la consommation d'énergie. En travaillant sur ce paramètre, le manufacturier français a calculé qu'il était possible de gagner 50 km d'autonomie supplémentaire, soit une performance impressionnante pour des véhicules qui affichent entre 300 et 400 km d'autonomie.

"Le pneu est un contributeur important dans la performance énergétique d'une voiture. Un quart de la consommation d'énergie provient du pneu. Un seul exemple, chaque déformation de celui-ci au roulage provoque une perte d'énergie et nécessite un couple moteur supplémentaire pour maintenir le véhicule en mouvement. L'impact est significatif", rappelle Éric Vinesse, le patron de la R&D chez Michelin.

Enfin, le paramètre le plus connu, c'est l'usure accélérée de la bande de roulement en raison du couple des voitures électriques qui est très supérieur à celui des voitures thermiques, mais aussi en raison de la forte pression au freinage pour la phase de récupération d'énergie. Michelin travaille donc sur la sculpture des pneus et la bande de roulement pour compenser.

Lire aussi : Michelin : le plan de Florent Menegaux pour transformer Bibendum

D'autres paramètres plus mineurs ont été identifiés par la firme clermontoise comme le fait qu'une voiture électrique est par nature silencieuse et est donc plus sensible aux remontées de bruit. Michelin a donc imaginé une mousse à l'intérieur du pneu qui absorbe les vibrations de l'air et les élimine. Etc.

Gros enjeux pour les pneumaticiens premium

Pour les pneumaticiens, l'enjeu véritable est un enjeu de positionnement premium puisque une voiture électrique pourra bien sûr rouler avec des pneus de base, mais les voitures électriques premium chercheront un produit qui sublime l'expérience de conduite en contribuant à son efficacité notamment en termes d'autonomie.

Il s'agit donc de se positionner sur le marché extrêmement dynamique des voitures électrifiées qui devrait atteindre 30% du marché automobile dès 2025, et 50% en 2030. Cette ambition est extrêmement recherchée par les investisseurs puisque ces pneus seront nettement plus chers.

Lire aussi : Michelin : pourquoi les marchés sont mitigés sur le plan de transformation

"Le vrai sujet stratégique, c'est le marché de l'électrification et la manière dont Michelin compte se positionner, avec quelle ambition et comment il intégrera cette nouvelle chaîne de valeur", expliquait à La Tribune, Frédéric Rozier, gérant action chez Mirabaud, après la présentation du plan stratégique présenté par Florent Ménégaux, PDG de Michelin, en avril 2021. Autrement dit, la voiture électrique est une opportunité de croissance en valeur pour les pneumaticiens, et c'est valorisé en Bourse. Pour cela, Michelin investit énormément.

"La voiture électrique va tirer l'innovation, y compris pour les pneumatiques. Chez Michelin, nous avons lancé une première gamme de pneus dédiés en 2013", rappelle Éric Vinesse.

L'innovation pour protéger Michelin de la concurrence

Cette culture de l'innovation et de la recherche est le socle même du modèle Michelin. Elle lui permet d'encaisser les variations de matières premières mais aussi la concurrence asiatique qui attaque plutôt l'entrée de gamme et qui ne cesse de prendre des parts de marché en Europe.

Michelin avait lancé dès 2010 une gamme de pneus dédiés, notamment pour la Renault Zoé. Il vient tout juste de commercialiser les Pilot Sport EV, une nouvelle gamme de pneus très haut de gamme, cette fois à destination des voitures électriques sportives. Ces pneus, outre leurs spécificités dans l'électro-mobilité, s'inscrivent dans la stratégie du groupe de concevoir des pneus éco-responsables en étant neutre en CO2 à l'achat.

"Notre démarche pour équiper les voitures électriques est celle que nous avons toujours eu chez Michelin et qui a été rappelée récemment dans nos objectifs de réduction carbone, c'est d'offrir la meilleure mobilité avec des pneus plus durables, plus légers, plus performants et avec moins de matières", souligne Éric Vinesse.

Nabil Bourassi

4 mn

Paris Air Forum

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 16/05/2021 à 14:44
Signaler
Il est acquis que les véhicules électriques consomment moins les plaquettes parce qu'une part du freinage est assuré par la récupération électrique. Pour ce qui est des pneus, avec un véhicule plus lourd, doté de capacités d'accélération hors norm...

à écrit le 14/05/2021 à 16:03
Signaler
"le juteux marché des pneus" parce que ça sera beaucoup plus cher que pour les véhicules à pétrole ? La recharge de voitures en bornes également, plus que le pétrole, ça va être une ruine l'électrique. :-) Sans doute que la marge est forte, et quand...

à écrit le 14/05/2021 à 16:01
Signaler
Citation : "Le pneumaticien français " : Est-ce que le fait de posséder une usine en France signifie que la société est française ? Je crois avoir lu que c'était un fond d'investissement international qui était le principal actionnaire : Aristotle Ca...

à écrit le 14/05/2021 à 9:28
Signaler
Logique, vu la baisse constante des salaires et du pouvoir d'achat en général cela ne permet aux gens que de s'acheter des pneus de plus en plus au rabais et de plus en plus dangereux. Mais bon c'est légal.

le 14/05/2021 à 16:07
Signaler
Les chinois en proposent à peu cher, à voir s'ils ont une grande longévité. Mon père avait eu (Ami6 puis 8) une paire de pneus Michel* qui n'avaient pas duré, les ratages de fabrication, ça peut exister. En Suède les miens s'usent sur les cailloux co...

le 14/05/2021 à 20:34
Signaler
En réalité ça nous coûte aussi cher car les pneus michelins coûtent le double, mais durent 2x plus longtemps voire pire. Je me souviens avoir équipé ma première mondéo avec des pneus de très grande marque le vendeur me dit qu'ils sont aussi bien que...

le 15/05/2021 à 20:15
Signaler
Quand les pneus ne s'usent pas c'est que la gomme est dure et en effet j'ai vu des pneus chinois durer très longtemps mais par contre la tenue de route sur route mouillée est catastrophique. @ pemmore: Je suis client de Michelin exactement pour c...

à écrit le 14/05/2021 à 9:21
Signaler
Les voitures électriques sont des mangeuses de pneus et émetteuses de particules fines il ne faut l’oublier on va passé d’une pollution à une autre.

le 14/05/2021 à 14:15
Signaler
https://www.ledauphine.com/magazine-automobile/2020/08/24/voiture-electrique-des-devoreuses-de-plaquettes-et-de-pneus-vraiment

à écrit le 14/05/2021 à 9:08
Signaler
des voitures sportives avec 40.000 euros de taxes en plus de la tva, et autorisees a rouler a 80 kmh, ca interesse encore quelqu'un? les gens vont a terme se precipiter sur les dacia devinez qui va hurler que c'est pas normal que la filiere auto ai...

le 14/05/2021 à 9:20
Signaler
@ Churchill Les socialo communistes ?🤣😂

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.