Mitsubishi Motors veut augmenter ses ventes de 30% en trois ans

 |   |  320  mots
(Crédits : Reuters)
Comptant beaucoup sur les synergies avec ses alliés Renault et Nissan, le constructeur japonais va augmenter de 50% ses investissements en R&D pour atteindre cet objectif.

Plus de 30% de voitures en trois ans, la marche ne sera pas facile à monter pour le constructeur automobile japonais Mitsubishi Motors. Mercredi, complétant cette annonce, l'allié de Renault et Nissan précisait qu'il comptait renouveler ses modèles en se concentrant sur ses marchés clé, notamment en Asie.

D'ici la fin de son exercice fiscal 2019/20, clos fin mars 2020, le groupe compte augmenter de 30% ses ventes unitaires de véhicules, pour atteindre 1,3 million, ainsi que son chiffre d'affaires qui devra se hisser à 2.500 milliards de yens (près de 18,9 milliards d'euros au cours actuel), selon un communiqué.

Augmentation de 50% des investissements en R&D

Mitsubishi Motors prévoit aussi d'atteindre une marge d'exploitation "de 6% ou plus" d'ici mars 2020 contre seulement 0,3% sur son exercice 2016/17, où il avait fait les frais d'un scandale de manipulations de données relatives à ses mini-véhicules.

Pour parvenir à ces objectifs ambitieux, le constructeur compte doper de 50% ses investissements en recherche-développement en trois ans, pour atteindre 133 milliards de yens, et lancer 11 modèles sur la période, dont 6 seront "entièrement nouveaux", indique le communiqué.

Mitsubishi Motors va se concentrer en priorité sur ses marchés clés tels que l'Asie du Sud-Est et la Chine, où il veut doubler ses ventes unitaires en trois ans, le Japon, son marché national où il est très présent dans le segment des mini-voitures, et les Etats-Unis.

Réduction des coûts et synergies

Pour compenser la hausse drastique des investissements du groupe, son plan prévoit aussi une réduction de ses coûts de production de 1,3% par an, et des synergies de moyen terme de plus de 100 milliards de yens par an (757 millions d'euros au cours actuel).

Ces synergies devront principalement provenir de son alliance avec Renault et Nissan, qui devrait lui permettre de réduire des coûts de matières premières et de recherche-développement, est-il précisé dans le communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :