Carlos Ghosn en retrait de Nissan pour mieux diriger Renault... et Nissan (et Mitsubishi)

 |   |  297  mots
Ce mouvement n'est aucunement lié à un quelconque problème de santé de Carlos Ghosn, a précisé à l'AFP un porte-parole de Nissan.
"Ce mouvement n'est aucunement lié à un quelconque problème de santé" de Carlos Ghosn, a précisé à l'AFP un porte-parole de Nissan. (Crédits : © Eric Gaillard / Reuters)
Homme fort de Nissan depuis 16 ans, Carlos Ghosn a décidé de se mettre en retrait, pour se concentrer davantage sur l'alliance avec Renault et Mitsubishi Motors qu'il ambitionne de porter au sommet de l'industrie automobile mondiale.

Le constructeur d'automobiles japonais Nissan a annoncé jeudi matin promouvoir Hiroto Saikawa, qui codirigeait déjà l'entreprise avec Carlos Ghosn, au poste de patron exécutif, tandis que Ghosn doit rester président du conseil d'administration du groupe.

Lire aussi : Mitsubishi: un constructeur automobile malade mais prêt à rebondir

Nissan justifie ce changement, qui sera effectif le 1er avril, par l'évolution de l'alliance Renault-Nissan, qui s'est élargie récemment avec l'entrée de Mitsubishi Motors. Carlos Ghosn préside les conseils d'administration des trois firmes et assume aussi jusqu'à présent le rôle de PDG exécutif de Renault et de Nissan.

Lire aussi : Carlos Ghosn exerce ses stocks-options et dégage un profit de 6 millions d'euros

Saikawa, homme de la maison

Chez Nissan, Hiroto Saikawa, qui fait carrière dans le groupe depuis 1977, était co-PDG exécutif, et ce depuis que Mitsubishi Motors avait rejoint Renault-Nissan. Il occupera désormais seul ce poste sous le contrôle du président du conseil d'administration Ghosn.

"En tant que président du conseil d'administration, je vais continuer de superviser et guider l'entreprise, à la fois de façon indépendante et au sein de l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors. Ce changement programmé va me permettre de consacrer plus de temps et d'énergie pour gérer l'évolution stratégique et opérationnelle de l'alliance ainsi que son expansion, afin de garantir que tous les membres profitent de l'avantage compétitif d'échelle qu'elle procure", a justifié Carlos Ghosn, cité dans un communiqué.

"Ce mouvement n'est aucunement lié à un quelconque problème de santé", a précisé à l'AFP un porte-parole de Nissan. Hiroto Saikawa préside aussi de son côté l'Association des constructeurs d'automobiles japonais et a été membre du conseil d'administration de Renault entre 2006 et 2016.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/02/2017 à 20:49 :
L'alliance N-R-M, 4 ème constructeur mondial, est loin derrière VW et Toyota. Après avoir redressé le goupe sur le plan opérationnel, étendu son périmètre avec Samsung, Mitsubishi, Avtovaz, Carlos Ghosn a un nouveau job à plein temps qui consiste à consolider la position du groupe et à accroître ses parts de marché sur les différents continents. Il pourrait devenir à court terme un bon ministre des affaires étrangères pour la France.
a écrit le 23/02/2017 à 18:22 :
Il n'y a pas que la communication qui est en cause, il faut dire également que les "Renault" sont moches et de fait elles se ringardisent très vite.....
Réponse de le 23/02/2017 à 22:20 :
Ce n'est pas vrai.
La Clio, la Megane, la Scenic sont très belles. Niveau qualité:
Mon frère une clio depuis 5 ans, il n'a jamais eu un soucis.
Vous crachez au passage sur 9.000 employés du technocentre entre autres. Qui donnera du travail en France? Vous? ET comment? Je suis très decu par votre commentaire
Réponse de le 21/04/2017 à 20:28 :
Les Renault sont moches ? Tu dois probablement rouler VW
J'ai une laguna coupé, elle fait encore tourner les têtes, pourtant elle ne sort plus depuis presque 1 an 1/2

La dernière mégane, c'est autre chose que la golf 7 comme style
Idem pour la clio face à la polo
Quant à la fiabilité de la golf 6 elle est désastreuse
a écrit le 23/02/2017 à 15:09 :
C'est un bon dirigeant mais du coup il est quand même étonnant qu'il n'arrive pas à transposer la recette magique de VW, qui repose essentiellement sur une communication de qualité et différente de la publicité à papa, à Renault.

C'est même l'inverse qu'il se produit puisque j'ai vu que VW voudrait s'attaquer au low cost, copiant le succès de Dacia.

VW un jour, VW toujours ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :