POUR ou CONTRE : la voiture individuelle est-elle morte ?

 |   |  1900  mots
(Crédits : AdobeStock)
Donné pour mort il y a quelques années au profit de la voiture partagée, le modèle de la voiture individuelle semble faire de la résistance. Pour les uns, la disparition de la voiture individuelle n'est qu'une question de temps, pour les autres, ce modèle aurait encore de beaux jours devant lui. "La Tribune" ouvre le débat en confrontant les points de vue très différents de Karima Delli, députée européenne Europe Écologie Les Verts, et de Nabil Bourassi journaliste spécialiste du secteur automobile.

« Sa disparition est inéluctable et nécessaire ! »

  • par KARIMA DELLI,
    députée européenne (LES VERTS) et présidente de la commission du transport et du tourisme au PARLEMENT EUROPÉEN

Elle pollue, elle est chère et elle occupe trop d'espace : détenir une automobile individuelle va devenir obsolète et absurde. L'urgence est de favoriser les mobilités partagées et de faire de la voiture le transport en commun du futur.

La fin de la voiture individuelle, notamment à moteur thermique, est une nécessité politique à de nombreux égards : elle est une source majeure de pollution de l'air, qui cause 67 000 décès prématurés chaque année en France ; elle est une source majeure d'émissions de gaz à effet de serre, principaux responsables du réchauffement climatique ; elle occupe un espace toujours plus important, pour la garer ou tout simplement pour la faire rouler, les routes nouvelles participant à l'artificialisation des sols.

Développer l'économie de partage

Les villes sont de plus en plus conscientes des enjeux sanitaires et écologiques liés à l'utilisation de la voiture, ainsi elles sont nombreuses en Europe à pousser l'idée d'interdire leurs rues aux moteurs thermiques. La tendance est...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2019 à 11:48 :
100 balles pour instrumentalisez mon commentaire sinon c'est du vol.
a écrit le 04/12/2019 à 10:24 :
"la voiture individuelle est-elle morte ?"

Il suffit d'aller sur le site sytadin le matin pour voir que non.
a écrit le 04/12/2019 à 9:47 :
La voiture individuelle ne devrait pas mourrir à la campagne, les ruraux ont besoin d'un moyen de transport de village à village, de village à ville. L'expansion du vélo et de la necesssaire protection de l'environnement prouve une seule chose il nous faut des voitures propres fonctionnant soit à l'electricité soit à l'hydrogène. je vois plutôt la fin de l'empire du pétrole que celle de la voiture individuelle. La covoiturage se développe, les transports alternatifs se developpent ( train à hydrogène, car macron, voiture electrique). Donc oui il nous faut des solutions durables pour l'avenir. La voiture electrique a un potentiel gigantesque et doit se developper en France, voilà pourquoi on doit aussi penser l'infrastructure avec des bornes de recharge, des stations à hydrogène, des voitures recycables et plus propre. Donc non la voiture individuelle ne devrait pas disparaître des campagnes françaises mais surtout developper la France verte de demain. Le velo electrique est une bonne alternative mais ne peux pas "transporter beaucoup de produits en coffre". Donc oui la voiture propre est certainement l'avenir contre l'empire du pétrole et du charbon rejettant beaucoup de CO2 dans l'atmosphère.
a écrit le 04/12/2019 à 9:15 :
etre Breton (réfractaire ) ce n est pas grave tout le monde peut le devenir apres le fiasco de la voiture electrique annoncée pour les ruraux
a écrit le 04/12/2019 à 9:15 :
etre Breton (réfractaire ) ce n est pas grave tout le monde peut le devenir apres le fiasco de la voiture electrique annoncée pour les ruraux
a écrit le 04/12/2019 à 8:46 :
Prenons le cas d'une location de voiture : regardez le temps qu'il faut avant de pouvoir s'installer au volant...Je ne parle même pas du prix…..Quant aux transports en commun, avec certaines bourgades desservies une fois par semaine, de préférence le soir et départ au matin, à moins d'aimer coucher à l'hôtel….Et sur les grands axes, vu l'état de délabrement de la SNCF...on oublie. Il reste quoi : la bagnole individuelle, polluante à souhait, je vous l'accorde, mais faute mieux...Et stop aux écolos-bobos avec leurs tires électriques, vous irez trouver une borne à Trifouillis les oies !!!!!
a écrit le 04/12/2019 à 6:51 :
Voici les conditions à la disparition de la voiture individuelle : il faut un substitut qui permette
d'aller de n'importe quel point à n'importe quel autre, n'importe quand sans avoir besoin de programmer ce déplacement longtemps à l'avance, dans des conditions de confort et de non promiscuité suffisantes, permettant de transporter un grand volume de bagages, dans un temps raisonnable (ce qui exclut aussi les voitures électriques tant que leur autonomie ne permettra pas une autonomie de l'ordre du millier de kilomètres en conditions réelles ou un temps de charge ramené à quelques minutes). Tant que de telles conditions ne seront pas remplies la voiture individuelle restera un outil de liberté indispensable.
a écrit le 03/12/2019 à 22:19 :
Autolib a fait faillite et n'a toujours pas été remplacé car il n'y a pas de modèle économique viable correspondant à ce fantasme collectiviste de la "voiture partagée". Arrêtons de fantasmer inutilement sur un mode hors sol...
a écrit le 03/12/2019 à 21:10 :
Les gens ne renonceront jamais à la voiture individuelle qui reste un espace d'une liberté qu'on nous confisque jour après jour. Quant à la partager, la société actuelle tend plutôt vers l'individualisme, l'isolement. L'isolationnisme est bien dans l'air du temps. Diviser pour régner.
Réponse de le 04/12/2019 à 6:53 :
Effectivement. Il n'est qu'à voir à quelle vitesse ces pauvres autolib étaient détériorées, intérieurement et extérieurement, par des utilisateurs peu soigneux du bien qui ne leur appartient pas.
a écrit le 03/12/2019 à 19:57 :
Si la voiture individuelle meurt , la liberté meurt .
a écrit le 03/12/2019 à 17:42 :
5000 euros par an, ça me ferait mal au fondement ça. Je compte bien m'en tirer avec mon ford fusion 1.4 tdci sans fap (c'est mieux sans fap, on a des particules fines, grand luxe, on se croirait sorti de chez Fauchon) d'occasion pour entre 1500 et 2000 amortissement, assurance entretien et carburant par an selon qu'il me dure 4 ans (presque) ou 10 ans.

Vos calculs sur la non possession en loa, c'est bien gentil, mais une loa a vocation a terminer soit en option d'achat (vehicule personnel) soit en occasion dans le reseau constructeur (vehicule personnel aussi), a moins que vous ne vouliez detruire des voitures de 36/48 mois pour les remplacer par de nouvelles plus sobres, top top ecolo ça. (oui je sais c'est méchant mais nous les lapins on est méchants par nature d'ailleurs on roule en diesel 1.4tdci sans fap, c'est vous dire)

Non, la seule solution et de reduire la necessité de mobilité, et cela ne passe absolument pas par le changement des vehicules, leur mode de possession ou leur type d'energie utilisée. Et là, rien n'est fait.

Monsieur Bourassi, a quand des articles sur le marché de l'occasion, entre autre (non pas le ford fusion 1.4TDC sujet portant passionnant) mais les loa "non optionées" ou les meilleurs vehicules d'occase dans leurs categorie?
a écrit le 03/12/2019 à 13:59 :
On fait tout pour éviter les déplacement inutiles, internet y participe et la relocalisations des productions et des échanges sont en bonne voie, voyez vous une utilité future a ces engins pollueurs qui vous vide votre porte monnaie?
a écrit le 03/12/2019 à 13:51 :
mettre en scène citadin / ruralité .. réalité politique !
a écrit le 03/12/2019 à 13:12 :
Je crois bien que c'est un ford fusion sur la photo. Surement un 1.4 TDCI, y a pas mieux
a écrit le 03/12/2019 à 5:52 :
C'est bien une question de parisien, ça. Mais Paris n'est pas la France.
Réponse de le 03/12/2019 à 13:23 :
Tout est dit,que Paris commence à montrer l'exemple,effectivement les Parisiens n'ont pas à avoir une voiture personnel vus le nombre de moyens de transports qu'ils bénéficient et de structure contrairement à ceux qui sont en campagne ou dans des petits villes.
Hop Hop Hop les parisiens,il est temps de se dynamisé un peu !
Réponse de le 03/12/2019 à 13:42 :
Il faut aussi qu'on arrête de faire des articles sur la questions des agriculteurs pcq "les campagnes ne sont pas la France" ou sur la loi littorale pcq "les bords de mer c'est pas la France"...
Réponse de le 03/12/2019 à 13:58 :
Beaucoup de parisiens n'ont déjà plus de voitures.

L'étude date de 2014 mais le taux d'équipement automobile des parisiens n'était déjà que de 36,8% contre 86,6% en Nouvelle Aquitaine par exemple.

C'est pas pour rien qu'on entend beaucoup parler des grèves de transport à Paris pcq la plupart des parisiens se retrouvent sans solution. C'est la même chose quand il y a grève dans les raffineries avec beaucoup de gens qui n'ont aussi que leur voiture dans les zones plus rurales et sont aussi sans solutions.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :