PSA : la réduction des émissions de CO2 se fera dans la douleur selon Carlos Tavares

Le président du directoire de PSA Carlos Tavares estime, dans un entretien au Figaro, que la volonté des Européens de réduire sensiblement les émissions de CO2 risque de fragiliser une filière automobile qui emploie 13 millions de personnes.
Carlos Taveres, président du directoire de PSA ets peu amène au sujet de la transition écologique en cours dans le secteur de l'automobile.
Carlos Taveres, président du directoire de PSA ets peu amène au sujet de la transition écologique en cours dans le secteur de l'automobile. (Crédits : Reuters)

L'effort sera difficile et l'industrie automobile européenne pourrait y laisser des plumes. C'est en substance le message délivré par le président du directoire de PSA Carlos Tavares qui estime, dans un entretien au Figaro ce lundi 4 mars, que la volonté des Européens de réduire sensiblement les émissions de CO2 pourrait être à même de déstabiliser les entreprises automobile européennes. "Le vote du Parlement européen est un vote contre l'industrie européenne. (...) Le chemin qui est pris nous emmène dans l'impasse et ce sera très douloureux", prévient le dirigeant, qui est également président de l'Acea, dans l'entretien mis en ligne sur le site du Figaro à la veille de l'ouverture du salon de l'automobile de Genève.

" Cela met en risque les 13 millions de personnes qui travaillent dans notre industrie et cela déstabilisera très certainement nos sociétés européennes", ajoute Carlos Tavares, qui se défend de tout chantage à l'emploi. Sans remettre en question le passage aux véhicules électriques, le dirigeant du constructeur français estime que cette transition nécessite "un pilotage stratégique". Un raisonnement qui pousse le président du directoire de PSA à s'interroger, de fait, sur le financement de cette transition nécessaire.

"Le capital initial nécessaire est colossal"

"Comment les États, exsangues, au bout de leurs capacités d'endettement, de déficit et de pression fiscale, trouveront-ils l'argent pour financer les réseaux de chargement ?", questionne Carlos Tavares. La France et l'Allemagne ont promis mi-février une nouvelle politique industrielle volontariste prévoyant notamment la mise en place d'un consortium de production des batteries pour les véhicules électriques à travers un investissement commun de 1,7 milliard d'euros.

Lire aussi : Paris et Berlin donnent enfin le coup d'envoi à "l'Airbus des batteries"

"Nous avons étudié le sujet. Le capital initial nécessaire est colossal", estime pour sa part Carlos Tavares, selon lequel la réussite du projet dépendra de l'attitude des autorités européennes vis-à-vis de l'application des règles sur les aides d'Etat. "L'Union européenne sera-t-elle capable de s'élever à ce niveau de vision stratégique, au-delà des simples règles de concurrence intracommunautaires ?", s'interroge-t-il.

Ces déclarations interviennent alors que s'ouvre, ce mardi 5 mars, le salon automobile de Genève durant lequel les constructeurs présenteront de nombreux projets de véhicules électriques, fruits d'investissements massifs, dans un contexte assombri par les guerres commerciales et la peur d'un Brexit "dur".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 05/03/2019 à 13:25
Signaler
Peugeot a l'énorme chance d'avoir hérité d'Opel qui elle-même avait hérité de Daewoo(chevrolet) du meilleur moteur gpl au monde, quand on sait que le gpl recrache 40% d'eau et 60% de co2 non pollué et qu'une ex petite tournait à 5l au 100 pour près d...

à écrit le 05/03/2019 à 10:36
Signaler
Mr Taveres inutile de ressasser ce que nous savons déjà à savoir que les véhicules du futur feront beaucoup moins rêver et que les emplois y afférents seront certainement moindres. Mais il en va de notre santé et de son coût pour la collectivité. Et ...

à écrit le 04/03/2019 à 18:39
Signaler
Réponse à @invité: vous produisez surement pas l'hydrogène par électrolyse. Vous constatez par ailleurs que la loi de transition énergétique par la croissance verte est en train de faire un flop monumental. Il vous reste alors pour faire face au mieu...

à écrit le 04/03/2019 à 18:35
Signaler
Nos politiques qui cherchent à éradiquer le C02 alors qu’il est le carburant du végétal feraient bien de lire les bouquins de Christian Gérondeau (Polytechnicien-57, Ingénieurs pont et Délégué à la sécurité routière, derrière chacune de leur affirmat...

à écrit le 04/03/2019 à 16:51
Signaler
Les constructeurs auto crient maintenant au loup... après avoir bien triché, et après s'être bien gavés de la crédulité des gens : au lieu d'investir dans de nouvelles technologies, ils ont préféré tricher pour faire croire qu'ils étaient écolo (!!!!...

à écrit le 04/03/2019 à 16:15
Signaler
Tout dans les émissions de CO², rien dans son élimination pour ne pas remettre en question l'existence de la taxe carbone! Une arnaque de plus!

à écrit le 04/03/2019 à 15:56
Signaler
Si Carlos Taveres cessait la malhonnêteté du diesel pour produire des véhicules au gaz, syngas et biogaz, en s'associant avec Engie pour distribuer ce carburant, Peugeot sortirait vainqueur face à l'électrique! Des états et constructeurs suivraient ...

le 04/03/2019 à 18:38
Signaler
Solution intéressante et disponible sur étagère.

à écrit le 04/03/2019 à 15:40
Signaler
M. Carlos Tavares (auquel il faudrait ajouter Carlos Ghosn) a un train de retard. Cela fait des années qu'on dit que l'avenir n'est plus au diesel mais lui comme d'autres se sont entêtés. Maintenant, avant le tout électrique, l'avenir c'est la motori...

à écrit le 04/03/2019 à 15:09
Signaler
Le gouvernement a fait du battage médiatique du tonnerre pour la fermeture d'une usine de boîte de vitesse dont l'usage est lié aux moteurs à explosion promu à disparaître. Effectif 800. Quel sera le tonnerre pour les millions concernés? Cela pourra...

à écrit le 04/03/2019 à 14:04
Signaler
Tout à fait d'accord avec Mr Carlos Tavarès. Mais il y a une alternative à l'électrique qui dépasse largement les capacités intellectuelles des financiers de l'UE. Il s'agit du véhicule à hydrogène, moins cher, moins couteux en investissement d'infra...

le 04/03/2019 à 17:22
Signaler
Et votre hydrogène, vous le produisez comment ? Par électrolyse donc ce n'est qu'une variante de véhicule électrique.

à écrit le 04/03/2019 à 13:44
Signaler
Le groupe qui a tout misé sur Otto Von Diesel !

à écrit le 04/03/2019 à 12:42
Signaler
1,7 milliards, pour commencer ? Si ce sont des batteries du proche futur peut-être mais pour l'existant avec la "vieille" technologie on a dix ans de retard, non rattrapables. Même en charge rapide, pour faire de longues routes quand tout sera élect...

à écrit le 04/03/2019 à 12:26
Signaler
Valéo, Gazelle Tech, Lightyear One, Stella Vie, eVe Sunswift etc ont démontré qu'en allégeant les véhicules à moins de 500 kgs, en optimisant le reste (Cd/Cx etc) et en intégrant 5/6 m2 de solaire on augmente nettement l'autonomie, on réduit la taill...

le 04/03/2019 à 13:41
Signaler
C'est l'exact raison de ces projets délirants de voitures K-2000 ! Je ne connais aucun conducteur qui ait exprimé un tel besoin ! au contraire même ! C'est dans le but de restaurer des marges que l'électrique plus simple risque d’éroder. Et l'initia...

le 04/03/2019 à 13:42
Signaler
A 10-12kg du m² sans compter l'appareillage électrique pour intégrer l'électricité produite au réseau de la voiture, j'ai de forts doutes sur la faisabilité de faire moins de 500kg sans avoir une toute petite batterie et donc peu d'autonomie. Ou bien...

le 05/03/2019 à 9:46
Signaler
@Mareva On peut aussi faire une voiture de 10m² (5m de long x 2 m de large) avec un toi en panneaux profilés. vous vous allongez dedans, à plat ventre pour voir quelque chose et vous roulez à 25 km/h et l'autonomie est quasi illimitée... reste ...

à écrit le 04/03/2019 à 12:12
Signaler
On ne perle plus des autre carburants capables d'assurer la transition énergétique avec plus de douceur et de temps, à savoir le gpl. Le surcoût pour une carburation mixte essence/gpl est infime doit à l'achat soit après est très faible t peut perm...

à écrit le 04/03/2019 à 12:06
Signaler
La grande question est: les prises de décisions politiques reposent-t-elles sur des données fiables, et une approche efficaces de nos problèmes environnementaux. Pour la baisse de CO2, peut-être, pour les particules fines et le diesel avec les moteur...

à écrit le 04/03/2019 à 11:30
Signaler
Le "chantage économique" de M. Tavares cache le retard pris par les constructeurs européens dans l'hybridation des véhicules qui est la solution la plus réaliste face au business model "tout électrique", et l'attentisme/aveuglement de certains capita...

le 04/03/2019 à 11:42
Signaler
L'hybridation ne résout pas le problème. Transporter 150 kg de batteries inutiles une partie du temps revient à consommer plus de carburant. Sans compter les problèmes de pollution issus de la fabrication et du recyclage de ces batteries. Si cela éta...

le 04/03/2019 à 12:27
Signaler
Si le retard est si objectif que vous ne dites, pourquoi VW grpe met-il au clous ses gte qui ne passaient pas le WLTP ?

à écrit le 04/03/2019 à 11:24
Signaler
"L'Union européenne sera-t-elle capable de s'élever à ce niveau de vision stratégique, au-delà des simples règles de concurrence intracommunautaires ?" Cette union européenne guidée par des aliénés n'en est pas capable. Intéressant entretient...

le 05/03/2019 à 18:36
Signaler
@ citoyen blasé Je vous suis tout a fait sur ce coup , Tavares passe pour un sage. l'avenir nous dira si la solution tout électrique est une bonne décision. j'en doute fort.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.