PSA : la réduction des émissions de CO2 se fera dans la douleur selon Carlos Tavares

 |   |  414  mots
Carlos Taveres, président du directoire de PSA ets peu amène au sujet de la transition écologique en cours dans le secteur de l'automobile.
Carlos Taveres, président du directoire de PSA ets peu amène au sujet de la transition écologique en cours dans le secteur de l'automobile. (Crédits : Reuters)
Le président du directoire de PSA Carlos Tavares estime, dans un entretien au Figaro, que la volonté des Européens de réduire sensiblement les émissions de CO2 risque de fragiliser une filière automobile qui emploie 13 millions de personnes.

L'effort sera difficile et l'industrie automobile européenne pourrait y laisser des plumes. C'est en substance le message délivré par le président du directoire de PSA Carlos Tavares qui estime, dans un entretien au Figaro ce lundi 4 mars, que la volonté des Européens de réduire sensiblement les émissions de CO2 pourrait être à même de déstabiliser les entreprises automobile européennes. "Le vote du Parlement européen est un vote contre l'industrie européenne. (...) Le chemin qui est pris nous emmène dans l'impasse et ce sera très douloureux", prévient le dirigeant, qui est également président de l'Acea, dans l'entretien mis en ligne sur le site du Figaro à la veille de l'ouverture du salon de l'automobile de Genève.

" Cela met en risque les 13 millions de personnes qui travaillent dans notre industrie et cela déstabilisera très certainement nos sociétés européennes", ajoute Carlos Tavares, qui se défend de tout chantage à l'emploi. Sans remettre en question le passage aux véhicules électriques, le dirigeant du constructeur français estime que cette transition nécessite "un pilotage stratégique". Un raisonnement qui pousse le président du directoire de PSA à s'interroger, de fait, sur le financement de cette transition nécessaire.

"Le capital initial nécessaire est colossal"

"Comment les États, exsangues, au bout de leurs capacités d'endettement, de déficit et de pression fiscale, trouveront-ils l'argent pour financer les réseaux de chargement ?", questionne Carlos Tavares. La France et l'Allemagne ont promis mi-février une nouvelle politique industrielle volontariste prévoyant notamment la mise en place d'un consortium de production des batteries pour les véhicules électriques à travers un investissement commun de 1,7 milliard d'euros.

Lire aussi : Paris et Berlin donnent enfin le coup d'envoi à "l'Airbus des batteries"

"Nous avons étudié le sujet. Le capital initial nécessaire est colossal", estime pour sa part Carlos Tavares, selon lequel la réussite du projet dépendra de l'attitude des autorités européennes vis-à-vis de l'application des règles sur les aides d'Etat. "L'Union européenne sera-t-elle capable de s'élever à ce niveau de vision stratégique, au-delà des simples règles de concurrence intracommunautaires ?", s'interroge-t-il.

Ces déclarations interviennent alors que s'ouvre, ce mardi 5 mars, le salon automobile de Genève durant lequel les constructeurs présenteront de nombreux projets de véhicules électriques, fruits d'investissements massifs, dans un contexte assombri par les guerres commerciales et la peur d'un Brexit "dur".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2019 à 13:25 :
Peugeot a l'énorme chance d'avoir hérité d'Opel qui elle-même avait hérité de Daewoo(chevrolet) du meilleur moteur gpl au monde, quand on sait que le gpl recrache 40% d'eau et 60% de co2 non pollué et qu'une ex petite tournait à 5l au 100 pour près de 100cv sous le pied, donc 3l aux 100 co2, (30g/km) toutes les peugeot pourraient être proposées de série au gpl, ça réduirait bien les besoins de faire évoluer les derniers moteurs atmosphériques.
Pour la petite histoire, Daewoo dans les années 80 était totalement incapable de fabriquer des moteurs diésels et s'est lancé dans le gpl d'ou 20 ans d'avance avec son fameux 1200 cm3 qui a suivi le 1500 plus gourmand 7l aux 100 mais très fiable.
Sur le plan pratique un gpl comme celui-ci, 300000km banal, vidange quand on y pense.
a écrit le 05/03/2019 à 10:36 :
Mr Taveres inutile de ressasser ce que nous savons déjà à savoir que les véhicules du futur feront beaucoup moins rêver et que les emplois y afférents seront certainement moindres. Mais il en va de notre santé et de son coût pour la collectivité. Et puis après tout 2030, y-a un peu de temps, vous ne pensez pas!
a écrit le 04/03/2019 à 18:39 :
Réponse à @invité: vous produisez surement pas l'hydrogène par électrolyse. Vous constatez par ailleurs que la loi de transition énergétique par la croissance verte est en train de faire un flop monumental. Il vous reste alors pour faire face au mieux à la necessité à investir massivement en recherche et pour atteinde et dépasser à court terme les objectifs du GIEC à convertir les combustibles fossilles en hydrogène. Pour info toutes les technologies nécessaires sont sur étagères pour une conversion massive et pas chère
a écrit le 04/03/2019 à 18:35 :
Nos politiques qui cherchent à éradiquer le C02 alors qu’il est le carburant du végétal feraient bien de lire les bouquins de Christian Gérondeau (Polytechnicien-57, Ingénieurs pont et Délégué à la sécurité routière, derrière chacune de leur affirmation existe une contrevérité scientifique comme semble le démontrer cet ingénieurs avec les valeurs d’Airparif. En outre, sachant qu’un bovin pollue plus qu’une voiture aux normes actuelles, quand les politiques vont-ils se saisir de cette pollution; suicide politique assuré. Je pense que l’intérêt électoral fait tourner le monde occidental qui se dirige vers où il y a des affaires, les vrais problèmes eux attendront.
a écrit le 04/03/2019 à 16:51 :
Les constructeurs auto crient maintenant au loup... après avoir bien triché, et après s'être bien gavés de la crédulité des gens : au lieu d'investir dans de nouvelles technologies, ils ont préféré tricher pour faire croire qu'ils étaient écolo (!!!!!!) et ils ont tout fait pour pousser le client lambda à acheter des SUV polluants et gourmands, car cela leur permettait de gagner un max d'argent sans faire de recherche. Mais ils ont oublié de dire aux acheteurs qu'un SUV cela consomme beaucoup !!! Et maintenant, on voit fleurir les gilets jaunes derrière les pare-brise de SUV !!!
Il serait bien normal que lesdits constructeurs paient maintenant leur quote-part de dégâts. Mais non, ils vont faire du chantage à l'emploi !!! Trop facile !!!
a écrit le 04/03/2019 à 16:15 :
Tout dans les émissions de CO², rien dans son élimination pour ne pas remettre en question l'existence de la taxe carbone! Une arnaque de plus!
a écrit le 04/03/2019 à 15:56 :
Si Carlos Taveres cessait la malhonnêteté du diesel pour produire des véhicules au gaz, syngas et biogaz, en s'associant avec Engie pour distribuer ce carburant, Peugeot sortirait vainqueur face à l'électrique!
Des états et constructeurs suivraient assurément ce mouvement qui leur permet la survie face à l'ogre Chinois et à la trahison des dirigeants européens qui se vendent à ce dernier!
La motorisation gaz, une autre proposition que les Gilets Jaunes doivent absolument formuler pour les européennes!
Réponse de le 04/03/2019 à 18:38 :
Solution intéressante et disponible sur étagère.
a écrit le 04/03/2019 à 15:40 :
M. Carlos Tavares (auquel il faudrait ajouter Carlos Ghosn) a un train de retard. Cela fait des années qu'on dit que l'avenir n'est plus au diesel mais lui comme d'autres se sont entêtés. Maintenant, avant le tout électrique, l'avenir c'est la motorisation hybride. Certains l'ont compris depuis longtemps alors que d'autres sont encore dans l'ère du gasoil.
a écrit le 04/03/2019 à 15:09 :
Le gouvernement a fait du battage médiatique du tonnerre pour la fermeture d'une usine de boîte de vitesse dont l'usage est lié aux moteurs à explosion promu à disparaître. Effectif 800. Quel sera le tonnerre pour les millions concernés? Cela pourrait bien être l'explosion de l'Europe bureaucratique?
a écrit le 04/03/2019 à 14:04 :
Tout à fait d'accord avec Mr Carlos Tavarès. Mais il y a une alternative à l'électrique qui dépasse largement les capacités intellectuelles des financiers de l'UE. Il s'agit du véhicule à hydrogène, moins cher, moins couteux en investissement d'infrastructures, le prix de revient de l'hydrogène est inférieur à celui de l'essence et du gasoil à énergie équivalente.Cerise sur le gateau le rendement d'un véhicule hydrogène est de près de 60% c'est à dire qu'il consomme deux fois moins d'énergie qu'un moteur thermique classique:pas bon pour les pétroliers et les marchands d'énergie.Ce changement vous permettrait aussi de supprimer les pollutions des combustibles fossiles avec les dizaines de milliers de décès de maladies cardiovasculaires et la diminution de nos 6 millions d'asthmatiques.Les économies associées sont COLOSSALES et permettent d'économiser en quinze ans l'équivalent de la dette française. Elle est pas belle la vie quand on regarde du bon côté.
PS: si vous craigniez le réchauffement climatique le développement hydrogène permet de transformer notre pays en puits de carbone. Je suis près à vous le démontrer(sans le baratin habituel que vous entendez à longueur de journée) quand vous voulez.
Réponse de le 04/03/2019 à 17:22 :
Et votre hydrogène, vous le produisez comment ? Par électrolyse donc ce n'est qu'une variante de véhicule électrique.
a écrit le 04/03/2019 à 13:44 :
Le groupe qui a tout misé sur Otto Von Diesel !
a écrit le 04/03/2019 à 12:42 :
1,7 milliards, pour commencer ? Si ce sont des batteries du proche futur peut-être mais pour l'existant avec la "vieille" technologie on a dix ans de retard, non rattrapables.
Même en charge rapide, pour faire de longues routes quand tout sera électrique, ça sera toujours trop long à moins de faire la pause des 2h de conduite et boire un café pour patienter (prévoir une machine à café sur la borne de recharge).
Le GNL (méthane) est presque idéal mais ne sera réservé qu'aux bus et navires. Pour ne pas avoir à disséminer les stockages. On a déjà vu avec le GPL, pas la peine de recommencer (me semble que certains pays ont aucune pompe GPL, se méfier avant d'y aller mais 1% du parc français, c'est "minime").
Le pétrole il n'y en aura pas pendant 500 ans, il faut bien prévoir une alternative avant que son prix ne croisse trop.
a écrit le 04/03/2019 à 12:26 :
Valéo, Gazelle Tech, Lightyear One, Stella Vie, eVe Sunswift etc ont démontré qu'en allégeant les véhicules à moins de 500 kgs, en optimisant le reste (Cd/Cx etc) et en intégrant 5/6 m2 de solaire on augmente nettement l'autonomie, on réduit la taille des batteries et poids donc le prix. Il faut juste opter pour des modèles plus sobres avec moins de marges et plus durables, ce qui n'était pas l'approche des constructeurs qui cherchaient souvent le maximum de marges tout comme les réseaux et qui vont prendre de plein fouet des entreprises plus adaptées. Ca va encore être le chantage aux emplois faute d'anticipations et c'est pareil dans le nucléaire "centralisée" face à des solutions de plus en plus décentralisées de l'énergie qui favorise le secteur du bâtiment Net Zero Energy Buildings (NZEB) notamment.
Réponse de le 04/03/2019 à 13:41 :
C'est l'exact raison de ces projets délirants de voitures K-2000 !
Je ne connais aucun conducteur qui ait exprimé un tel besoin ! au contraire même ! C'est dans le but de restaurer des marges que l'électrique plus simple risque d’éroder. Et l'initiative vient des US, ils en auront donc les fruits...
Leur seule explication concerne un soi disant gain qui serait engendré sur les embouteillages. Ca ressemble furieusement aux "atouts" de l'A380 qui ne concernait pas les compagnies mais le traffic dans son ensemble... on a vu le résultat ! Si je suis un "executive" j'ai un chauffeur ou je prend le taxi, pas besoin de K2000 pour ne pas perdre mon temps dans les transports...
En fait c'est un projet économico-militaire, il s'agit de faire vivre un vivier d'ingénieurs systèmiques et de pmi pour rendre les projets militaires "a-ford'able".
Le complexe militaro industriel US dans toute sa splendeur déca-dante
au regard des défis écologiques à relever !!
Réponse de le 04/03/2019 à 13:42 :
A 10-12kg du m² sans compter l'appareillage électrique pour intégrer l'électricité produite au réseau de la voiture, j'ai de forts doutes sur la faisabilité de faire moins de 500kg sans avoir une toute petite batterie et donc peu d'autonomie. Ou bien on ne roule que de jours et par beau temps?
Réponse de le 05/03/2019 à 9:46 :
@Mareva
On peut aussi faire une voiture de 10m² (5m de long x 2 m de large) avec un toi en panneaux profilés.
vous vous allongez dedans, à plat ventre pour voir quelque chose et vous roulez à 25 km/h et l'autonomie est quasi illimitée...

reste à savoir si ça sert à quelque chose... et si quelqu'un a envie de rouler la dedans.

A force de ne réfléchir qu'en écologie que punitive (la privation de liberté de déplacement engendré par ce genre de projet en étant un parfait exemple), vous perdez tout le monde...
a écrit le 04/03/2019 à 12:12 :
On ne perle plus des autre carburants capables d'assurer la transition énergétique avec plus de douceur et de temps, à savoir le gpl.
Le surcoût pour une carburation mixte essence/gpl est infime doit à l'achat soit après est très faible t peut permettre la conservation de véhicules déjà produits sans ruiner le consommateur.
Le lobby électrique , pour une solution fort discutable , tourne à plein régime.
a écrit le 04/03/2019 à 12:06 :
La grande question est: les prises de décisions politiques reposent-t-elles sur des données fiables, et une approche efficaces de nos problèmes environnementaux. Pour la baisse de CO2, peut-être, pour les particules fines et le diesel avec les moteurs de nouvelle génération, peut-être pas, et dans tous les cas, on s'accordera à constater qu'un tel moteur est moins problématique en campagne que dans le coeur de Paris (une petite pluie met toute les particules fines à terre..). In fine, l'industrie automobile découvre les atteintes à leur industrie par les religieux écolos, sûrs de leurs dogmes, que tous les agriculteurs connaissent depuis quelques années (le dossier du glyphosate est exemplaire, concernant un produit dont la dangerosité est contestée par toutes les agences de santé au Monde, et que l'on peut de façon certaine estimer beaucoup moins problématique que tous les insecticides par exemple..).
a écrit le 04/03/2019 à 11:30 :
Le "chantage économique" de M. Tavares cache le retard pris par les constructeurs européens dans l'hybridation des véhicules qui est la solution la plus réaliste face au business model "tout électrique", et l'attentisme/aveuglement de certains capitaines d'industrie aidés par certains gouvernements pondeurs de fiscalité incohérente.
Tout cela manque de bon sens et simplicité.
Réponse de le 04/03/2019 à 11:42 :
L'hybridation ne résout pas le problème. Transporter 150 kg de batteries inutiles une partie du temps revient à consommer plus de carburant. Sans compter les problèmes de pollution issus de la fabrication et du recyclage de ces batteries. Si cela était si merveilleux, on devrait être inondé de voitures hybrides depuis au moins 10 ans.
Réponse de le 04/03/2019 à 12:27 :
Si le retard est si objectif que vous ne dites, pourquoi VW grpe met-il au clous ses gte qui ne passaient pas le WLTP ?
a écrit le 04/03/2019 à 11:24 :
"L'Union européenne sera-t-elle capable de s'élever à ce niveau de vision stratégique, au-delà des simples règles de concurrence intracommunautaires ?"

Cette union européenne guidée par des aliénés n'en est pas capable.

Intéressant entretient qui met de la réalité lourde au milieu de ces fables chantantes néolibérales étant donné qu'en effet on voit mal comment remplacer les véhicules d'occasion thermiques par des véhicules électriques d'occasion sa consommation restant largement en marge.

Du coup Tavares prévient nos rêveurs européistes néolibéraux qu'il faudra d'énorme investissements et des subventions en masse afin de générer un nouveau marché parce que c'est bel et bien cela dont on parle.

Or avec l'oligarchie allemande et française qui ont prit en otage l'europe lui imposant plans d'austérité sur plans d'austérité, l'austérité à perpétuité validée donc, on voit mal cette europe capable de générer les investissements nécessaires.

Merci monsieur Tavares d'expliquer l'économie à nos ahuris.
Réponse de le 05/03/2019 à 18:36 :
@ citoyen blasé
Je vous suis tout a fait sur ce coup , Tavares passe pour un sage.
l'avenir nous dira si la solution tout électrique est une bonne décision.
j'en doute fort.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :