Vertes, les voitures électriques ?

 |   |  833  mots
(Crédits : Reuters)
Pointant l’empreinte environnementale des batteries, certains analystes affirment que les véhicules électriques ne seraient pas plus écologiques que leurs homologues à essence. Qu’en est-il vraiment ?

Lundi 13 juillet, Elon Musk voyait sa fortune personnelle dépasser celle de Warren Buffett, alors que l'action Tesla atteignait un pic historique de plus de 1.760 dollars. Si les voitures électriques ont fait la fortune du milliardaire, il les présente également de longue date comme une alternative écologique aux véhicules à essence. Mais sont-elles aussi vertes que le prétend Elon Musk ? Certains n'en sont pas convaincus. L'an passé, une étude publiée par l'Institut für Wirtschaftsforschung, un cabinet de recherche économique munichois, a jeté le doute sur les vertus écologiques de Tesla et des voitures électriques.

Comparant les émissions d'une Tesla Model 3 et d'une Mercedes C220d Sedan, les auteurs concluent que cette dernière consomme moins de CO2 par kilomètre parcouru (141 grammes émis, contre entre 156 et 181 pour la Tesla). L'impact environnemental d'une voiture découle en effet de l'empreinte énergétique de sa fabrication d'une part, et des émissions entraînées par la conduite d'autre part. Ces dernières...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/08/2020 à 9:31 :
Energie renouvelable ou energie nucléaire, Il faut choisir ........
Comment peut-on faire un tel jugement de courte vue, et d'ignorance aussi grande de ce qu'il est désormais possible de faire et d'exploiter à cout terme avec les plus grand profits financiers (et pas seulement écologiques et sociaux. On ne peut voir ici que le résultat du trop grand cloisonnement entre monde politico- financier et monde technicoscientifique plus avancé, et le résultat d'une informatisation de dogmes et de critéres obtus et étriqués qui ne laisse plus assez de place à la réflexion, au savoir et aux initiatives créatives et inventives rationnelles et pertinentes )..

Avec certaines nouvelles technologies et associations de nouvelles catégories de materiaux plus avancés ( déjà exploités avec les plus grands profits et notamment dans les domaines des nanotechnologies, surtout en Asie), on pourrait produire à court terme de l'énergie à environ 0.01€/Kwh avec du photovoltaïque plus performant. Et aussi dans la continuité améliorée de ce qui est proposé sur les marchés avec les sociétés LIGHT YEAR et SONO MOTORS des véhicules électro-solaires hybrides rechargeables à des prix compétitifs.

Mais, on pourrait aussi avec les mêmes catégories de matériaux plus avancés, améliorer les centrales nucléaires, pour produire des énergies nucléaires relais plus sûres et un peu moins chères (plus grande longévité des composants, des aciers des cuves des centrales, et meilleure protection contre les irradiations protoniques n (sachant que les coûts actuels de production d'énergie avec du nucléaire "classique"- compte tenu du coût particulièrement augmenté de la sécurité et du démantèlement des centrales "usées"- est encore plus de cinq fois plus cher). Les nouvelles solutions envisageables permettraient aux grand producteurs d'énergie de gagner beaucoup plus d'argent, tout en assurant un bien meilleur service économico-social et écologique.

Et en plus cela couterait moins cher que de de subventionner les installations qui reposent sur les technologies homologuées il y a déjà longtemps, et qui en fait sont en général déjà largement dépassées.

Pour ceux que cela pourrait intéresser, je dispose de publications scientifiques dont certaines accessibles en "open access", ainsi que de références technicoscientifiques industrielles et commerciales qui pourraient crédibiliser ces approches.
a écrit le 27/07/2020 à 14:33 :
C'est vrai que la voiture électrique pollue, mais pas au même endroit, pendant que le poèle à fuel crache et fume au centre des villes, le pire endroit, la centrale thermique est en bord de mer ou il y a personne en hiver.
S'il y a pollution, c'est au départ, pas de vidanges, d"usure de freins, de révisions, de courroies tout ce qui se transforme en micro particules qui adorent les poumons de nos bambins, et le silence en plus.
Plus non plus de super mecanos, un moteur se change en 30 mn.
a écrit le 26/07/2020 à 18:36 :
Via tous ces articles, je suis fatigué des placements produits d'une boite qui a pris le nom d'un des plus grands inventeurs du 20ème siècle et qui profitent de subventions US... Et le concurrent sur la pile à combustible a pris le prénom de l'inventeur Nikola.... lol Pour rappel, la première compagnie de Musk était de l'assistance sur internet ... tout sauf un génie ... à moins que cela soit du Marketing ... D'ailleurs, les tribunaux allemands ont condamné cette entreprise pour pub mensongère concernant son autopilote ...
a écrit le 25/07/2020 à 5:30 :
Si les voitures qui circulent dans les grandes villes étaient électriques l'air serait plus respirable
a écrit le 24/07/2020 à 19:34 :
Une tesla ne consomme pas d'hydrocarbure pour se déplacer, pas d'huile, pas de liquide ad-blue et pas de liquide de refroidissement.
Elle n'a besoin ni de démarreur, ni de ligne d'échappement incluant des kits de dépollution complexes avec des catalyseurs, ni de réservoir d'essence, ni de piompes et se passe de quantité d'auxiliaires.
Tout ça se construit, et ça a un coût écologique qu'il faut rapporter à la duré de vie de la pièce ou du véhicule.

La plupart des moteurs thermiques de voitures tiennent 250 000 km avec un entretien mécanique et des changements de pièces tous les 20 000 km.

Un moteur électrique tient plus d'un million de km sans aucun démontage. La seule pièce d'usure, ce sont les roulements.
Les batteries actuelles de voitures sont déjà garanties (85% de la capacité d'origine) pour 3000 recharges. Soit près d'un million de km.... Et ensuite, elle peut très bien être recyclée dans le domestique.

Entre le coût écologique d'une batterie qui durera toute une vie (et dont la technologie va encore évoluer) et des réservoirs à remplir tous les 500 km d'un produit qui est producteur de CO2 intrinsèquement, il n'y a pas photo.
Réponse de le 26/07/2020 à 11:10 :
Pour info, il faut de l'huile pour la boite de vitesse, etde la graisse pour les roulements. Une tesla de base à 100.000 €.... il faut trouver les clients.Il faut également produire l’électricité... qui augmente bientôt . Il existe des voitures à air comprimé, l'État n'en veut pas... taxer l'air c'est compliqué, voir MDI sur le net.
a écrit le 24/07/2020 à 11:48 :
Déjà quid de la neutralité des auteurs de l'étude ? On parle d'un institut de recherche largement subventionné par l'industrie automobile allemande !
Ensuite pour les faits :
-L'étude table sur des chiffres NEDC, donc largement sous évaluée en consommation, surtout sur le thermique.
-L'analyse se fait sur de l'électricité allemande (jusqu'à 80% de charbon selon les régions), plus de 5x plus de CO2/kWh qu'en France.
-On parle d'une durée de vie de 10 ans avec 150.000 km au total ! C'est des voitures routières, elles tiennent bien plus que ces distances et ces durées, et surtout le kilométrage annuel moyen de ce type de véhicule dépasse plutôt les 20.000 km.
-Pour la durée de vie justement, la batterie n'est pas foutu elle est utilisable encore longtemps en batterie tampon pour justement limiter l'usage des centrales thermiques en complément des éoliens et solaires. Et après ça, bah on les recycle, eh oui ça se fait, demandez donc à Umicore qui a signé un contrat d'1 milliard sur le sujet avec le groupe VW.
-La voiture électrique de l'exemple a 75kWh de batterie, c'est un des plus gros modèles du marché, forcément c'st plus long à amortir sur le plan du coût environnemental de fabrication qu'une Zoe ou même une model 3 SR (50kWh).
Maintenant, faites le calcul avec un Zoe de 50kWh recharge en France …
Pour ma part je l'ai fait avec ma Ion (16kWh), j'étais déjà plus vert qu'une Peugeot 108 au bout d'1 an seulement !
Réponse de le 26/07/2020 à 9:12 :
Et vous partiriez en vacances avec femme et enfants avec votre ion ou une zoe ?
Avec une tesla bien sûr mais à 80000€ le ticket d’entrée ça limite.
a écrit le 24/07/2020 à 10:38 :
Même si aujourd'hui le gain écologique n'est pas évident, la filière est en développement et obtiendra à terme de très bon résultats. Nous n'en sommes qu'au début de la technologie et les détracteurs auront beau biaiser leurs analyses, l'avenir n'est pas aux véhicules thermiques.
a écrit le 23/07/2020 à 17:26 :
Dommage que je n'ai pas la totalité de l'article...
Je pense que sur cette problématique, il faut donner du tps au tps: Mercedes, une marque mythique quasi centenaire qui a vécu le développement et les améliorations de modèles de prestige appliquées par ricochet à M tt le monde sur plusieurs décennies tt en ayant été au bout du bout des améliorations technologiques stimulées par une réglementation environnementale et de sécurité routière de + en + exigente sur l'espace d'un quart de siecle et la multiplicité des marques premium outre Rhin et asiatiques .
Il reste malgré tt ça, une tare decisive que les limites de la thermodynamique ne permettent pas de gommer: accroître le rendement énergétique au delà des qcqs 35% atteints du moteur à essence, sachant que le Diesel est condamné par des restrictions à son utilisation en ville ds de nbreux pays.
Autrement dit, ds le meilleur des cas, 65% du CO2 produit ne sert pas ds la fonction mobilité.
Et on passe ss silence la production des imbrules, CO, NOx, méthane... fortement contributeurs à la pollution de l'air des villes et à la corrosion des constructions.
Les seuls leviers possibles st l'utilisation de davantage de carburant vert, décrié par les Agro écologistes, car venant en concurrence avec les terres agricoles réservées à l'alimentation, ou la recherche de la légèreté par l'utilisation accrue des composites, mais on se heurte là très vite aux contraintes de sécurité routière et au bilan carbone de ces nx matériaux.
Pour la voiture électrique dt le symbole moderne est désormaisTesla qui n'existait pas il y a 20 ans, le carburant électrique pour rouler avec le rendement de 80-90% d'un moteur électrique, peut être d'origine decarbonee grâce aux ENR ou au nucléaire, y compris avec le carburant intermédiaire futur H2 vert.
Qt aux batteries nécessaires aux véhicules électriques, ainsi que les piles à combustibles, elles ont l'immense avantage de bénéficier d'un développement récent qui n'est pas encore allé au bout des avancées technologiques ds ce domaine. Et dc en tte logique, des améliorations majeures st à attendre en matière de conception sur leur efficacité et leur empreinte carbone globale, sans cpter les gains futurs à attendre des techniques optimisées de recyclage sur les composants ( terres rares, électrolyte...).
Par ailleurs, avec les Chinois qui ambitionnent le leadership sur tte la chaîne de la mobilité électrique, la compétition (dc l'émulation), est forcément implacable et planétaire, car chaque puissance qui cpte ds ce secteur joue son avenir économique sur cette industrie phare.
En outre, va se jouer ds le monde futur, la lutte pour la qualité de l'air des villes, dt le rôle pressenti ds la propagation du virus va certainement être analysé et précisé.
Réponse de le 23/07/2020 à 21:15 :
La solution est le CNG et LPG où la Chine va manger les voitures Allemande l''électrique n'est pas la solution écologique !!!
a écrit le 23/07/2020 à 16:14 :
Il faut voir aussi à très long terme, dans 40 ans avec une maintenance sommaire, la Tesla sera encore la, la mercédès et ses 300 kg de plastique, sa peinture ses liquides divers aura déjà été passée en casse.
Soit la pollution ultime, entre temps combien de vidanges de plaquettes de freins, de disques d"embrayage d'huile noire sur la route, est-ce que le pot catalythique aura résisté avec le platine métal rare et précieux.
Car non seulement la Tesla économise le co2 mais elle est propre, son moteur est étanche, la boîte de vitesses aussi, rien ne goutte, rien ne coule, rien ne fume avec en cadeau couple et silence.
Réponse de le 23/07/2020 à 18:24 :
Absolument. En effet combien de mécanos du dimanche qui balancent leurs fluides usagés dans Mère Nature ? Pas d'apprenti mécano avec les VE sinon tu prends cher en décharge électrique dans la tronche ! Et le vrai plus des VE c'est quand même le non rejet de polluants mis à part les résidus de pneus et une quantité moindre de résidus de plaquettes de frein(ce qui ne saurait durer compte tenu des progrès dans la récupération de l'énergie du freinage). Quand à la production électrique carbonée en quoi est ce le problème des VE ? Dites aux producteurs de passer au nucléaire ou aux renouvelables !
Réponse de le 23/07/2020 à 21:21 :
Qui va garder une voiture 40ans?
Réponse de le 23/07/2020 à 23:47 :
@philll
Bonsoir, actuellement c'est plus que banal de rouler avec des voitures de 20 à 30 ans, la 205 voiture hyper fiable a disparu; il y a 20 ans; plein qui roulent.
Une voiture comme une Tesla bien plus fiable il y en aura encore en 2060 avec un xieme propriétaire, et 5 changements d'accus de recyclage ou un mégacondo, définitif.
a écrit le 23/07/2020 à 15:58 :
Le journaliste devrait se relire avant de publier, et surtout, étoffer sa connaissance du sujet pour rendre son article crédible !
Les véhicules ne consomment pas le Co2, ils le produisent !!
a écrit le 23/07/2020 à 14:43 :
On sait que les américains sont les champions du marketing. On sait que la production des véhicules électriques est très loin d'être la plus propre. Faire la guerre au pétrole, au bénéfice des terres rares nécessaires à la fabrication des batteries est un leurre. Ensuite, concernant la production d'électricité, les éoliennes et autres panneaux solaires ne sont pas techniquement suffisants et économiquement pas rentable.
Réponse de le 23/07/2020 à 19:18 :
Merci de remplacer le mot américains par Elon Musk dans votre commentaire ! Ensuite vous mélangez les problèmes. Un problème une solution. Production électrique carbonée ? réponse : nucléaire ou renouvelables et bientôt la fusion à l'horizon 50 ans. Utilisation des terres rares : voir les dernières innovations en matière de batteries de Tesla. De toute façon du pétrole il n'y en aura plus assez dans 30 ou 40 ans alors autant que des génies se bougent le popotin pour nous empêcher de revenir à l'age de pierre. Un monde à 9 milliards d'individus si on n'a plus de pétrole et rien qui remplace ça veut dire 99 % de pertes humaines au moins.
a écrit le 23/07/2020 à 13:54 :
"Vertes"? Moi, je les préfère rouge, comme le Ferrari. Vertes, ce sont aussi les couleurs anglaises. Anglais qui ont produit un nombre incalculable "d'estrasses" à 4 roues. Des voitures vertes j'en veux pas.
a écrit le 23/07/2020 à 13:39 :
Rien ne remplacera le pétrole en terme de souplesse, d'efficacité, le souci c'est que du pétrole, un jour, (peut être pas si lointain), il n'y en aura plus ( ou a coût prohibitif). La voiture électrique n'est pas la panacée, mais elle a le mérite de ne pas polluer quand elle roule ! Pour des déplacements en ville, de la banlieue vers la ville et les sorties du Dimanche à 150 km de son domicile, ce n'est pas si mal, si en plus on dispose d'une maison pour garer et recharger son véhicule.
L'idéal serait une voiture nucléaire... l'hydrogène semble la meilleure alternative au pétrole.
Quoiqu'il en soit, "la meilleure énergie ET la moins polluante reste celle qu'on ne consomme pas".
Après, c'est un autre débat, celui de la production, de la consommation et de la croissance.
Réponse de le 23/07/2020 à 16:23 :
Bonjour, bien qu'amoureux comme moi de belles voitures à "essence" je vois que vous êtes tentés par l'électrique.
Comme vous je pense qu'il faudrait les deux, une électrique pour tous les jours, et une essence pour la balade, une jolie de collection par exemple.
Réponse de le 25/07/2020 à 18:55 :
@pemmore
En matière de voiture, je me suis fait une philosophie, elles doivent durer, être facilement réparables "à pas cher"et fiables.
Autant dire que le choix actuel est limité. Y a pas !
a écrit le 23/07/2020 à 10:41 :
Cela est une évidence, la voiture électrique avec batterie et prises de recharges est une aberration .
Les batteries ne sont pas écologiques, couvrir la planète de prises de recharges nécessite des infrastructures électriques, lignes , très importantes. Imaginer l'automobiliste faisant la queue aux bornes de recharge comme pour l'essence ou le gasoil, compte tenu de la durée de rechargement n'est pas pertinent.
Combien d'immeubles auront des prises électriques pour recharger à son domicile ?
De plus la production électrique écologique uniquement s'en trouve repoussée pour longtemps, il faut aussi choisir la voiture électrique ou les centrales nucléaires.
Ne pas compter sur la couverture du territoire d'éoliennes polluantes pour l'environnement, la vue , le bruit et la faune pour emplacer les centrales nucléaires, c'est un leurre.
La voiture électrique a une pertinence uniquement pour des autos à trajet captif, bien établi et sur distances limitée.
Qu'en est-il de la voiture familiale pour tout trajet, parfaitement inadapté.
La voiture électrique n'est pertinente que lorsque l'hydrogène pourra être ajouté, cela reste un gadget pour le grand public.
Pourquoi ne pas produire des voiture de transition au gaz, cela fonctionne parfaitement et ne renchérit pas le coût du véhicule, comme l'électrique payé par le contribuable.
Certes c'est du carburant fossile mais bon pour la planète, on ne va pas supprimer les chaudières au gaz...
On devait produire des moteurs thermiques essence beaucoup plus vertueux, on n'en parle plus, descendre la consommation au dessous de 4l/100km n'est pas impossible.
C'est peut-être une question de géopolitique, ne pas dépendre de l'extérieur, on ne se pose pas tant de question pour les autres productions.
Réponse de le 23/07/2020 à 14:38 :
Bonne analyse. Dommage que vous omettez le fait que nous devrions limiter au strict minimum nos déplacement auto, que détruire les batteries électriques est extrêmement polluant, que bientôt il ne pourra plus en être construite car certains composants ne seront plus disponibles...
Réponse de le 23/07/2020 à 16:36 :
Ben pour les batteries personne ne sait ce que demain sera, beaucoup de labos travaillent sur des batteries avec une électrode en fer datant du 19 ème sciècle, perso je crois aux méga condensateurs au graphène , pas de perte de charge, plein immédiat, durée de vie inconnue, 30/40 ans sans doute, pas de métal rare et cher.
Et la pour la voiture thermique ça sera le chant du cygne.
Vous aller me dire il faudra encore un peu utiliser des carburants fossiles, oui mais pour le gaz en statique on peut avoir un rendement de 58%, à comparer aux rendements ridicules des moteurs à explosion.
a écrit le 23/07/2020 à 10:18 :
une belle arnaque que certains savent exploiter
a écrit le 23/07/2020 à 10:15 :
Comme pour beaucoup d'autres secteurs, la France avec son parc nucléaire a trouvé plus intéressant de se focaliser avec RENAULT en pointe sur la voiture électrique plutôt que comme l'Allemagne regarder de près si les batteries sont propres ou de futures déchets encombrants comme les déchets nucléaires. Donc la France met sur la table 500 millions d'euros pour la voiture hydrogène avec l'Allemagne qui en met 9 milliards.
C'est pour toutes nos comparaisons économiques ce que représente la France au rapport de ce que fait nos voisins et amis Allemands. Depuis ongtemps nous ne jouons plus dans la cour des Grands. Seule Macron le croit encore ou plutôt veut le faire croire à l'opinion publique Française.
a écrit le 23/07/2020 à 9:42 :
Pourquoi l'institut allemand prend-il comme exemple une voiture Tesla et non une BMW i3 pour faire sa démonstration.
Il m'apparaît évident que cette 'étude' est (une fois de plus) principalement dédiée à nuire à Elon Musk dont la réussite fait de l'ombre à bon nombre de constructeurs automobiles condamnés eux-aussi d'ailleurs à prendre irrémédiablement le chemin de l'électrification.

cordialement
a écrit le 23/07/2020 à 9:32 :
Le bilan carbone de tout système doit toujours être considéré du berceau à la tombe, c’est à dire sur le cycle de vie complet du système (conception, construction, utilisation, et élimination/recyclage en fin de vie).

Et si l’on fait le bilan de la voiture électrique, il dépend beaucoup du pays où sont fabriquées les batteries (Chine pour 60 %), du pays où la VE est utilisée (c’est pas mal en France car grâce au nucléaire nous avons une électricité propre), et du procédé et du pays où sont recyclées les batteries.

À noter que dans les bilans faits jusqu’à maintenant, le recyclage des batteries, très énergivore, n’est pas pris en compte!
Réponse de le 23/07/2020 à 13:25 :
Le nucléaire, propre ? N'oublions pas que le nucléaire civile et militaire sont intimement liés.
De plus, le nucléaire c'est du combustible importée, voir par ailleurs la déstabilisation de colonies Françaises en Afrique, et la pollution générée sur place...
Le nucléaire ce n'est pas de l'énergie renouvelable, et quoi qu'on en dise, l'accident nucléaire ça n'arrive pas qu'aux autres.

Le stockage des déchets pendant des milliers d'années comme cadeaux à nos générations futures c'est pas génial non plus...

Parfois aussi on a eu des "incidents" avec le stockage, effectué pourtant en profondeur, dans des zones réputées "stables", qui se sont avérées ne pas l'être du tout... Rendant impossible de pouvoir ensuite contrôler ce qu'il s'y passe, en prime.

L'erreur étant humaine, il y a statistiquement un risque d'accident nucléaire en France. Le problème c'est que les conséquences potentielles ne sont pas les mêmes qu'avec les autres sources d'énergie.

Et puis personne ne veut de sites d'enfouissements de déchets nucléaires à coté de chez lui, c'est toujours une méchante patate chaude que tout le monde se refile...

Après je sais, le discours est toujours le même: "On a pas mieux" "La France pollue moins que les autres pays grâce à cette énergie"

Bon ben c'est tout, alors... "c'est comme ça"...
a écrit le 23/07/2020 à 9:18 :
On sait qu'une 205 diesel de 250000 kilomètres est plus écologique qu'une Twizy neuve mais vu que c'est pas bon du tout pour la marge bénéficiaire des actionnaires on n'en parle pas. Il faut acheter qu'on vous dit !

C'est un peu comme les perturbateurs endocriniens, on sait que nos produits de consommation mêmes alimentaires en sont infestés, cause principale de cancers de toutes sortes, mais vu que ça nourri aussi les paradis fiscaux de ces mêmes mégas-riches cette vérité aussi il faut la taire.

Bref le combat actuel c'est la nature contre la marge bénéficiaire des actionnaires mais la nature ne possède pas de politiciens ni de gros comptes en banque faisant qu'au sein de notre système oligarchique la nature n'a aucune chance contre la cupidité maladive de plusieurs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :