Dans l'Oise, la carrière Violet veut apporter sa pierre à l'édifice du Grand Paris

 |  | 754 mots
Lecture 4 min.
Kévin, 1 an de maison, évacue un morceau de pierre qu'il vient de découper avec sa scie mécanique.
Kévin, 1 an de maison, évacue un morceau de pierre qu'il vient de découper avec sa scie mécanique. (Crédits : C.A.)
REPORTAGE. A soixante-dix kilomètres de la capitale, et depuis cinquante-huit ans, la famille Violet extrait du liais, de la roche fine et du grignard pour les monuments historiques parisiens et le promoteur immobilier Verrecchia. Sans surprise, la future réglementation environnementale du bâtiment dite RE2020 s'est invitée lors de la visite.

"Ma petite entreprise connaît pas la crise / Épanouie elle exhibe des trésors satinés dorés à souhait". Peut-être qu'Alain Bashung pensait-il à une carrière de pierres en écrivant cette chanson. Toujours est-il qu'en arrivant dans la carrière Violet, à Nogent-sur-Oise, la lumière du soleil se réverbère sur des blocs de pierre prêts à être chargés sur des camions.

"Le carnet de commande n'a jamais été aussi rempli. On sent qu'à l'approche des Jeux olympiques et paralympiques, Paris veut rappeler qu'elle est la plus belle ville du monde", déclare le patron du site, Franck Violet.

A soixante-dix kilomètres de la capitale, la pierre de taille permet en effet de réhabiliter les monuments historiques comme le pont Neuf, la place Vendôme avec l'Hôtel de la Marine et le Crillon, l'église Saint-Augustin ou encore le palace du Peninsula. De même que ce...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2021 à 14:55 :
J'ai un copain qui s'est fait massacrer physiquement par ce boulot particulièrement dur pour à peine 1400 euros par mois. Arrêts maladies en série pour tous, parfois des morts, heureusement plus respectueux enfin disons moins irrespecteux vis à vis des conditions de travail des salariés que amazon mais aussi destructif pour le corps humain, un peu mieux payé c'est tout.

Patrons bien souvent bourrins, la génération néolibérale actuelle faible et bien obéissante envers son comptable et son banquier, qui ne comprennent pas que l'augmentation des cadences de travail ne peut pas compenser l'usure des machines en matière de productivité mais comme d'habitude ça coûte moins cher hein.

Je suis quand même bien content d'avoir connu l'époque, même si les dernières années, des patrons aventuriers remplacés par des patrons comptables totalement dépourvus d'humanité de ce fait, ça ne peut pas fonctionner. Quelle vaste supercherie que notre système quand même. J'ai vraiment vu l'économie basculer de sexy à monstrueuse à une vitesse impressionnante.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :