Le gouvernement va sortir du bois sur la réglementation environnementale du bâtiment

 |  | 726 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Reuters)
Malgré l'opposition des professionnels de la construction qui demandent une "RE2020 véritablement ambitieuse, humaine et abordable", le Conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique a adopté un avis consultatif approuvant les objectifs de la réglementation et proposant 13 amendements. "C'est théâtral", juge une source proche du dossier, qui promet des déclarations du gouvernement dans les prochains jours.

Ils ne décolèrent pas. Après un premier communiqué le 18 décembre et une lettre aux ministres du Logement et de la Transition écologique le 12 janvier, les professionnels de la construction ne digèrent toujours pas la réglementation environnementale 2020, dite ''RE2020'', censée s'appliquer dans le bâtiment neuf au 1er juillet 2021.

"Véritablement ambitieuse, humaine, abordable et durable"

Dans une déclaration transmise à la presse le 26 janvier, l'Union sociale pour l'habitat (USH), la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), la Fédération française du bâtiment (FFB) et son pôle Habitat, les SCOP du BTP, la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb), l'Union nationale des syndicats français d'architectes (Unsfa) et l'Union nationale des économistes de la construction (UNTEC) plaident pour une « ''RE2020'' véritablement ambitieuse, humaine, abordable et durable ».

« C'est théâtral ! » juge une source proche du dossier. « Dès les annonces de novembre, on avait clairement conscience qu'il faudrait des ajustements, mais on ne savait pas lesquels. C'est à cela que sert la consultation, à rebours d'une certaine habitude démocratique et administrative de ne plus toucher au texte », poursuit-elle.

L'USH, la FPI, la FFB et son pôle Habitat, les SCOP du BTP, la CAPEB, et l'UNSFA et l'UNTEC ont en effet participé aux débats organisés par le Conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique (CSCEE), mais ont voté ce même 26 janvier contre l'avis de ce dernier sur les projets de décrets et d'arrêté relatifs à la ''RE2020''.

 Cliquez sur l'image ci-dessous pour voir l'avis du CSCEE

Avis

Des discussions auxquelles ont pris part les professionnels

Malgré tout adopté à treize voix pour, onze contre - dont les huit des organisations professionnelles - et deux abstentions, l'avis du CSCEE était accompagné de treize amendements. Ces derniers recommandaient par exemple de reporter l'entrée en vigueur de la nouvelle réglementation au 1er janvier 2022, de donner une place au biogaz dans les bâtiments neufs ou de revenir à l'analyse du cycle de vie (ACV) normée, conformément à l'expérimentation E+C-.

« L'avis est le fruit de discussions auxquelles tout le monde a participé, y compris ceux qui ont voté contre », assure à La Tribune le président du Conseil supérieur de la construction et de l'efficacité énergétique. « Nous sommes une instance consultative et le gouvernement a son libre-arbitre. Si ce dernier a pu se dire que c'était une formalité, il a montré depuis quinze jours une vraie volonté de concertation », ajoute Christophe Caresche.

Selon nos informations, les ministres concernées, Barbara Pompili pour la Transition écologique et Emmanuelle Wargon pour le Logement, ainsi qu'Agnès Pannier-Runacher, ministre de l'Industrie, devraient s'exprimer dans les prochains jours. « Les ajustements seront sur les dates et le seuils », confie une source proche du dossier.

Cliquez sur l'image ci-après pour lire les 13 amendements

Amendements

Inquiétude "entendue et comprise" sur les géosourcés

En attendant, les producteurs de matériaux de construction géosourcés, c'est-à-dire origine minérale et locale, et peu transformés comme la pierre ou la terre cuite, redoutent leur exclusion de la nouvelle réglementation 2020. Lors de sa présentation, le gouvernement avait insisté sur les matériaux biosourcés, c'est-à-dire d'origine animale ou végétale comme la biomasse, le chanvre ou la paille.

« L'inquiétude est entendue et comprise. La communication de fin novembre a mis un peu trop l'accent symbolique sur les matériaux biosourcés et le bois. C'est l'histoire d'une phrase prononcée lors de la conférence de presse et dans le dossier de presse qui a résonné beaucoup plus qu'on ne l'aurait pensé », concède cette même source.

Dans un second temps, comme annoncé lors de la présentation initiale, les ministres Barbara Pompili, Emmanuelle Wargon, Agnès Pannier-Runacher et leur collègue Julien Denormandie (Agriculture, ex-Logement) feront des déclarations sur le bois dans la construction.

Aussi noble-t-il, ce matériau est largement importé de pays étrangers. « Dans la RE2020, on prend en compte les émissions liées aux transports », rappelle une source proche du dossier. Et de certifier que « beaucoup d'acteurs de la construction, de l'industrie et de la promotion immobilière sont sur le point de se transformer voire de s'étendre ». Affaire à suivre...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2021 à 9:23 :
Nous devons signer la construction de notre maison à cette période. Nous reposons le stylo. Plus de gaz, maison Bepos, pas de constructeur bois au alentour ...? Nous craignons pour le coût de ce projet. Pas de Bmx X6 elec, ni de c. dans la crème à la maison. Juste la classe moyenne qui, à la quarantaine espère voir aboutir un projet de jeune couple....
a écrit le 27/01/2021 à 19:52 :
C'est parce qu'ils sont tellement habitués à se reposer sur leurs lauriers que dès qu'on leur demande un truc c'est forcément impossible. Le bâtiment ne connait pas la crise surfant sur une bulle immobilière faramineuse, le pognon coule de partout et va couler encore plus, ils ont le c.. dans la crème les gars c'est bon hein on leur demande pas de s'arracher un bras non plus.
a écrit le 27/01/2021 à 19:44 :
il faut etre tres ambitieux pour autoriser la construction de batiments ecolos en polystirene et bois compresse ( oui, comme les armoire de mauivaise qualite)
comme c'est ecololo bobo responsable et citoyen, les gens seront biens payes dans le respect des normes sociales et environnementales, et les promoteurs en chefs pourront rouler en BMW X6 electrique
et dans 30 ans tous ces batiments iront au tas, il faudra tout demollir, ce qui sera ecolo vu que ca permettra de creer de l'emploi 'paye par personne', et avec beaucoup de morale
a écrit le 27/01/2021 à 19:15 :
les prix des ouvrages de construction vont augmenter de combien ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :