Des Etats-Unis au Loiret : pourquoi Honda relocalise sa production de tondeuses à gazon

LOIRET. Le fabricant japonais vient de rapatrier dans son usine de matériel de motoculture basée à Ormes, près d’Orléans, une partie de sa production de tondeuses à gazon réalisée aux Etats-Unis. Honda compte ainsi être plus réactif vis-à-vis du marché européen, toujours actif. Une relocalisation à rebours de la loi Inflation Reduction Act (IRA) prévoyant des subventions massives pour les entreprises outre-Atlantique.
L’assemblage des grosses tondeuses de la gamme HRM est boosté sur le site orléanais de Honda Manufacturing France.
L’assemblage des grosses tondeuses de la gamme HRM est boosté sur le site orléanais de Honda Manufacturing France. (Crédits : Reuters)

Honda Manufacturing France, filiale de matériel de jardinage du constructeur japonais Honda, prévoit d'augmenter sa production de 20% dès ce mois-ci au sein de son usine d'Ormes dans le Loiret. Dans ce cadre, le groupe a rapatrié une partie de la fabrication des tondeuses depuis son site d'Atlanta en Caroline du Nord. Il s'agit en l'occurrence des gros modèles de la gamme HRN, permettant une largeur de coupe de 53 cm. Ce transfert lui permet d'une part de réajuster ses capacités de production en tenant compte de la réalité des marchés européen et américain de la motoculture.

Si le premier est toujours actif, le second fléchit après plusieurs années de hausse. Ainsi, l'équipement en tondeuses et motoculteurs des ménages outre-Atlantique a atteint la saturation. D'autre part, la relocalisation de la production à Ormes permet à Honda de gagner en flexibilité et en réactivité. Le groupe veut éviter notamment les retards d'approvisionnement et les ruptures dues à des flux logistiques à la fois coûteux et aléatoires.

Seule unité en Europe du groupe japonais sur le segment de la motoculture premium, le site assemble trois types de produits. Il s'agit en premier lieu d'une gamme de tondeuses à gazon thermiques et électriques. Honda y assemble aussi ses modèles de robots de tonte Miimo. Enfin, l'usine du Loiret réalise également des débroussailleuses et des taille-haies. Le rapatriement lui permettra de gonfler sensiblement sa production. Ainsi, le groupe table sur la sortie de 230.000 produits tous modèles confondus en 2023 au lieu de 180.000 cette année. Dans ce cadre, Honda Manufacturing France, qui emploie 90 salariés dans le Loiret, a d'ores et déjà recruté 25 nouveaux collaborateurs. « Nous avons modifié sensiblement notre schéma de production pour nous adapter à la nouvelle donne », explique Maxence Zacharie, directeur marketing de la branche produits d'équipement chez Honda France. « Les lignes de fabrication fonctionnent ainsi en 2/8 depuis plusieurs semaines ».

Sécurisation assurée du site du Loiret

Implantée depuis 1985 à Ormes, l'usine de d'Honda Manufacturing France a généré un chiffre d'affaires de 100 millions d'euros l'année dernière. Avec une hausse prévisionnelle de l'ordre de 15% de ses recettes en 2023, la filiale de jardinage du groupe japonais s'appuie sur 300 distributeurs indépendants opérant eux-mêmes 650 points de vente. Dans un marché européen de la motoculture dominé par le fabricant allemand Stihl, Honda se situe dans le top 4 aux côtés du suédois Husqvarna et du français Outils Wolf. La relocalisation de la production de tondeuses en France renforcera non seulement cette position l'année prochaine, mais sera également synonyme de sécurisation et modernisation pour le site orléanais. S'éloigne ainsi la crainte d'un mouvement inverse vers les Etats-Unis, conséquence du paquet de mesures protectionnistes comprises dans l'Inflation Reduction Act, votée en août dernier pour booster l'économie américaine.

Honda Manufacturing France a, d'une part, investi dans de nouvelles cabines de peinture ultra-modernes pour les châssis de ses machines. Le groupe prévoit d'autre part de diminuer drastiquement sa consommation de gaz dès l'année prochaine. Il va injecter quelque 2 millions d'euros dans la rénovation des circuits de production d'énergie de l'usine, grâce à la récupération des fumées de l'incinérateur de Saran, situé à proximité du site. « Nous prévoyons par ce biais de diminuer la facture énergétique du site de l'ordre de quatre millions d'euros d'ici cinq ans », assure Maxence Zacharie.

L'objectif d'atteindre la neutralité carbone d'ici cinq se conjugue chez Honda avec l'électrification croissante des engins de motoculture produits. En 2022, les machines thermiques ont encore représenté 90% du total des ventes du constructeur. Pour autant, la part très minoritaire des tondeuses électriques doit en principe progresser rapidement. L'usine d'Ormes est ainsi le centre d'essai mondial pour le robot de tonte automatique Miimo qui verra sa gamme actuelle étendue d'ici 2024.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 06/12/2022 à 8:49
Signaler
Increvables leurs moteurs de tondeuse ! Oui c'est une bonnen ouvelle quand une marque qui ne prend pas ses clients pour des gogos vient en FRance, elles sont assez rares pour le osuligner.

à écrit le 06/12/2022 à 8:14
Signaler
"Production" HONDA, ne s'agit-il pas d'une usine d'assemblage de pièces produites à l'étranger ? Pour quelques emplois de plus, quel déficit commercial supplémentaire pour la France?

à écrit le 05/12/2022 à 17:45
Signaler
Bonjour, en Europe et particulièrement en France c'est pas la place qui manque, noyés par des motorisations américaines (Briggs et stratton entre autres) et Chinoises dans l'electrique, Honda a une très forte cote,car ce qui compte à 90,% c'est le mo...

à écrit le 05/12/2022 à 14:53
Signaler
Super nouvelle! Honda, c'est la crème des tondeuses. La mienne est toujours nickel apres 25 ans de bons et loyaux services. Au fait, a-t-on expliqué à Honda en toute transparence ce qu'est la CGT dans nos usines?

le 05/12/2022 à 19:56
Signaler
Tondeuse Honda essence depuis 33 ans, pas de problème et redémarre à chaque printemps

à écrit le 05/12/2022 à 13:59
Signaler
les USA (et l'Asie) sont largement distancés par l'Europe dans le Global Cities Investment Monitor 2021. 9 métropoles européennes parmi les 15 accueillant le plus d'investissement étranger. seulement 2 nord américaines. forte progression européenne e...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.