Immobilier : quel avenir pour les magasins Casino à Paris ?

Alors que les actionnaires ont accepté ce vendredi le plan de sauvetage du géant de la distribution alimentaire, le futur de ses magasins reste encore incertain. Notamment dans Paris intra-muros où ils sont les plus présents, loin devant la concurrence.
Le groupe Casino représente 54 % de la surface de vente à Paris.
Le groupe Casino représente 54 % de la surface de vente à Paris. (Crédits : STEPHANE MAHE)

Le futur du géant Casino se précise. Depuis ce vendredi 12 janvier, les créanciers et actionnaires du groupe de distribution alimentaire ont avalisé le plan de sauvetage. L'entreprise stéphanoise comptait 50.000 salariés en France, en 2022, répartis dans les différentes filiales (Casino, Monoprix, Franprix ou Cdiscount).

Pour rappel, le géant des supermarchés et supérettes était notamment leader du marché parisien. Hier, l'atelier parisien d'urbanisme (Apur) a publié son enquête intitulée « les commerces à Paris en 2023 », commandée par la mairie et la chambre des commerces de Paris. Celle-ci révèle que le groupe Casino est le plus gros poids foncier parmi les enseignes de distribution alimentaire en 2023, avec 549 magasins occupant 305.388 mètres carrés. Au total, les magasins alimentaires représentent 560.380 mètres carrés. Casino représente 54,5 % de la surface de vente à Paris.

Mais avec les dettes accumulées du groupe, ces enseignes survivront-elles, ou changeront-elles de propriétaire ?

Intermarché et Auchan en lice

Avec les difficultés financières rencontrées par le groupe, celui-ci devra se séparer de 195 points de vente en France, de façon échelonnée, d'ici trois ans afin de rembourser la dette de 6 milliards d'euros.

Lire aussiGrande distribution : créanciers et actionnaires de Casino avalisent son plan de sauvetage

Le premier à se placer sur les côtes de Casino, c'est Intermarché. Depuis jeudi, l'autorité de la Concurrence a autorisé le rachat de magasins par la filiale des Mousquetaires, sous réserve de la cession de trois magasins. Pourtant troisième sur le marché français, ils ne possèdent que 21 enseignes dans la capitale, les plaçant derrière Auchan qui compte 34 boutiques.

C'est pour cette raison que les repreneurs (Daniel Kretinsky et Marc Ladreit de Lacharrière, ndlr.) ne s'opposent pas à une entrée en négociations exclusives avec les deux concurrents. L'opération porte sur les 313 hyper et supermarchés dont 153 se situent dans Paris, notamment l'hypermarché « Géant Casino » de 7 253 mètres carrés de surface de vente dans la galerie Masséna, dans le 13è arrondissement, le plus grand de la capitale. Des négociations qui doivent se conclure « avant fin janvier » selon le patron des Mousquetaires/Intermarché Thierry Cotillard.

Des premières ventes en 2020

Ce n'est pas la première fois que le géant stéphanois tentent d'éponger leur dette. Dès 2020, le géant du discount allemand Aldi leur a déjà racheté pour plus de 700 millions d'euros mes 545 magasins Leader Price, dont 15 à Paris.

Ces opérations pourraient profiter au groupe Carrefour, dauphin avec 21 % de la surface de vente (118.000 mètres carrés) qui cherche à agrandir ses parts de marché. En novembre 2020, le groupe avait racheté 30 magasins Bio C'Bon. Ils sont d'ailleurs les leaders sur l'hypermarché parisien avec 9.355 mètres carrés, répartis sur deux sites.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.