La croissance de Stallergenes tirée par son dynamisme en Allemagne

 |   |  327  mots
Portée par le traitement sublingual des allergies, l'activité du spécialiste français de l'immunothérapie progresse de 13% au premier semestre. Le laboratoire poursuit ses ambitions sur le marché nord-américain et prévoit d'ouvrir un bureau en Chine.

Stallergenes est optimiste. Le laboratoire pharmaceutique français Stallergenes, spécialisé dans le traitement des allergies, qui présentait jeudi ces résultats pour les six premiers mois de l?année, explique la hausse de son chiffre d?affaires (+13% par rapport à un an plus tôt, à 110 millions d?euros) par le succès, en Allemagne, de son médicament Oralair. Deux ans après son lancement outre-Rhin, ce comprimé qui se glisse sous la langue dans le but de désensibiliser les patients allergiques aux pollens des graminées, devance Grazax, produit par son concurrent ALK-Abello, affirme le laboratoire basé à Antony. La part de marché d?Oralair dans ce pays serait passée à 52% cette année.

 

Dans l?Hexagone, un avis officiel pour Oralair est attendu d?ici à la fin de l?année. Il sera lancé également, à l?automne, aux Pays-Bas, en République tchèque, en Slovaquie et en Autriche. Mais Stallergenes garde surtout en ligne de mire le marché nord-américain où il attend une réunion avec les autorités règlementaires américaines avant la fin de l?année. Il prévoit de chercher ensuite un nouveau partenaire pour commercialiser son traitement, avec pour objectif un accord en juin 2011.

Autre développement à l?international potentiel : Stallergenes prévoit d?ouvrir un bureau en Chine où il fera une demande de mise sur le marché de sa solution sublinguale de désensibilisation Staloral acariens.

Le spécialiste de l?immunothérapie, détenu à 46% par Wendel, anticipe par ailleurs une reprise des investissements en recherche et développement au second semestre après une baisse de 22% au cours des six premiers mois de l?année. Cette réduction, entraînée par un « décalage temporel » entre la fin des études cliniques en cours et la montée en charge de nouvelles, a été à l?origine d?une hausse de plus de 50% de son bénéfice net (20,2 millions d?euros).

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :