Nationalisation au Venezuela d'un site détenu en partie par l'américain Koch et l'italien Saipem

 |   |  233  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Ce dimanche, le président vénézuélien Hugo Chavez a annoncé la nationalisation de Fertinitro, une des plus importantes usines d'engrais qui était la propriété partielle de la société américaine Koch et de Saipem, filiale de la compagnie italienne Eni.

Le gouvernement vénézuélien intensifie sa politique de nationalisation. Le Venezuela a annoncé dimanche la nationalisation de Fertinitro, un site de production d'engrais. Ce dernier était la propriété partielle de la société américaine Koch et de Saipem, filiale de la compagnie italienne Eni.

Fertinitro est détenue à 35% par Pequiven, une compagnie pétrochimique publique vénézuélienne, à 35% par Koch et à 20% par Saipem. Les 10% restants appartiennent à un brasseur vénézuélien et à la société agroalimentaire Polar.

Fertinitro est l'une des plus importantes usines au monde de fabrication d'engrais à base d'azote, selon l'agence Fitch. Le président vénézuélien Hugo Chavez a aussi annoncé la nationalisation de Venoco, une société vénézuélienne fabriquant des lubrifiants pour moteurs.

Hugo Chavez a déjà placé dans le giron de l'Etat de larges pans de l'économie du Venezuela, pays producteur de pétrole, et ces nouvelles annonces semblent illustrer sa détermination à poursuivre sa "révolution socialiste et bolivarienne" après les élections législatives du 26 septembre. Son Parti socialiste a conservé la majorité au parlement mais l'opposition l'a talonné en nombre de voix.

Hugo Chavez a aussi profité de son allocution télévisée hebdomadaire pour annoncer l'envoi au parlement d'un projet de loi qui autorisera le gouvernement à exproprier les terrains inexploités en zone urbaine ainsi que les chantiers en retard.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :