Mediator : la polémique enfle encore

 |   |  539  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Des médecins de Bourgogne auraient alerté dès mars 1998 l'Agence du médicament sur le coût et les effets du Mediator. La caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) compte se retourner contre les laboratoires Servier si des victimes du Mediator décidaient de mener des procédures juridiques.

Selon le Figaro, un rapport de médecins de l'Assurance maladie de la région Bourgogne alertait dès mars 1998 l'Agence du médicament du coût très élevé pour la collectivité du Mediator (ce médicament des laboratoires Servier, destiné aux diabétiques en surpoids mais qui dont l'usage a été détourné en coupe-faim) ainsi que de son "efficacité" et de sa "sécurité". Rien que pour la région Bourgogne, cela coûtait à la Sécurité sociale 4 millions de francs par an (600.000 euros).

Les médecins de l'Union régionale des caisses d'assurance-maladie (Urcam) Bourgogne se posaient des questions non seulement sur ur "l'efficacité" mais aussi sur "la sécurité" de la molécule des laboratoires Servier en ces termes : "Bien que faisant partie d'une liste de substances anorexigènes...le Mediator ne fait pas l'objet d'une prescription restreinte. On ne peut que s'étonner de cet état de fait qui prend une dimension particulière lorsque l'on pose parallèlement la question de l'utilité réelle du Mediator sur un plan médical".
 

Ils recommandaient même dans un premier temps "un reclassement dans le groupe des amphétamines avec la législation qui s'y rapporte (prescription restreinte)"  et au delà disaient "s'interroger sur la légitimité à rembourser un médicament dont les indications thérapeutiques ne sont pas respectées et ne répondent donc pas à un souci de qualité, de sécurité et d'efficacité".


Voilà une nouvelle pièce à verser à ce dossier qui s'alourdit de jour en jour. Ce week-end, on apprenait que la Caisse nationale d'assurance maladie (Cnam) était prête au conflit judiciaire avec les laboratoires Servier, fabricant du Mediator, commercialisé en France à partir de 1976 jusqu'à son retrait du marché, en 2009. Utilisé par cinq millions de personnes, il pourrait être responsable de 500 à 2000 décès et aurait coûté 423 millions d'euros en dix ans à la Sécurité sociale. Quelque 3.500 personnes auraient été hospitalisées pour des lésions cardiaques, selon la Cnam.

Pour Frédéric Van Roekegem, directeur de la Cnam, "les enjeux financiers sont tels que nous avons décidé d'organiser un suivi national et une coordination de l'ensemble des actions des caisses" d'assurance maladie. Dans d'éventuelles procédures juridiques ouvertes par des victimes ou des parents de victimes, "les caisses feront valoir leurs droits", a-t-il précisé, et ce afin que "la Sécurité sociale puisse se faire rembourser des sommes qui auraient été prises en charge à la suite de problèmes consécutifs à la prescription du Mediator".

Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, avait annoncé vendredi sur RTL que tous les patients ayant pris du Mediator bénéficieraient d'une "prise en charge intégrale par l'assurance maladie". Il a invité les malades à consulter leur médecin pour déceler d'eventuelles complications liées à la prise du médicament. Quelques jours plus tôt, il avait évoqué de graves défaillances dans le fonctionnement du système du médicament en France. Un numéro vert - le 0 800 880 700 - a été mis en place par l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) le 16 novembre pour permettre aux patients de s'informer sur les risques liés à la prise du Mediator.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2010 à 13:10 :
Ca se confirme affaire après affaire : faites confiance aux politiques pour votre santé et vous êtes mort ou au mieux à vie dans un fauteuil.
a écrit le 28/12/2010 à 11:27 :
Les maladies nosocomiales tuent 20 000 personnes tous les ans en France, mais chut... c'est secret....
a écrit le 27/12/2010 à 21:52 :
"un rapport de médecins de l'Assurance maladie de la région Bourgogne alertait dès mars 1998 l'Agence du médicament du coût très élevé pour la collectivité du Médiator", l'Afssaps et l'HAs d'après certains médias étaient en possession d'informations similaires à la même époque, les agences gouvernementales et leurs hiérarchies aussi, les politiques de l'époque aussi; mais pour des raisons et intérêts particuliers les plus divers à tous les niveaux, ces scandales se répètent sans conséquence ultérieure efficace (tout le monde s'en fout du moment que ça ne le concerne pas dans ces circonstances, et je dis bien tout le monde : du quidam de la rue, au PDG de SERVIER en passant par les élus élyséens, aux médecins bien intéressés, aux visiteurs médicaux plein de bonne foi et autres trublions) ! Faudrait peut-être proposer des solutions efficaces et durables (Monsieur le président avait promis de rendre une place aux associations ou autres contre-pouvoirs indépendants), mais le fond du problème n'est-il pas que ces ignominies n'interpellent personne (pour la réforme des retraites, on a vu des défilés et des manifestations bondées) et pour quelques milliers de décès : tout le monde se défile ! Quel beau pays !
a écrit le 27/12/2010 à 18:15 :
M. Bertrand joue les grands seigneurs et soigne sa popularité en annonçant la prise en charge totale des victimes du Mediator, mais n'est-ce pas lui qui, il y a quelques années, ministre d'un cabinet socialiste, a bloqué les mesures de mise à l'écart du Mediator, quels intérêts servait-il ? Les ministères de la Santé sont visiblement colonisés par les laboratoires,et leurs anciens salariés devenus ministres, il faut profiter de cette crise pour faire le ménage....
a écrit le 27/12/2010 à 16:17 :
le tabac tue et a tue beaucoup plus que le mediator cette cabale politique est exageree
a écrit le 27/12/2010 à 14:08 :
C'est pour quand le responsable mais pas coupable ?
Qui était ministre de la santé à l'époque ?
a écrit le 27/12/2010 à 13:44 :
Et que dire comme dans l'affaire Bettencourt la légion d'honneur ou palme très récente 2009 épinglée par notre cher Président sur la poitrine de M.Servier!!!!!
a écrit le 27/12/2010 à 13:25 :
le recel d'une partie de l'argent provenant de la vente du médiator par exemple par un avocat chargé par exemple "d'optimiser fiscalement la structure du labo" pour echaper aux impots,sera t il puni
Réponse de le 27/12/2010 à 16:09 :
l'avocat n'aura fait que son boulot ;comme de défendre un tueur
a écrit le 27/12/2010 à 11:25 :
il y a confusion des genres

cesser d accuser tout le monde sur n importe quoi ..........
ce sont les medecins qui ont prescrit le mediator et ce sont eux les responsables
ne pas oublier que c est la quasi meme molecule que l isomeride et les medecins sont parfaitemlent au courant et pas SARKO !!!! ridicule et infantile
j en ai pris et je m estime aussi responsable ....
Réponse de le 27/12/2010 à 13:54 :
Ne confond pas Manu les généralistes convaincus et les affairistes charlatans qui donnaient le médiator pour faire maigrir ces dames... bon mais c'est vrai que les généralistes convaicus et bien informés ( c'est à dire autrement que par les visiteurs médicaux ) savaient que médiator ne cassait pas trois pattes au canard diabétique; les politiques n' y sont pas pour grand chose, et il y a pas mal de scandales encore à venir.... là tu as raison, mais on ne peut empêcher le délire, seulement le canaliser !
a écrit le 27/12/2010 à 11:19 :
Il ne faut pas se leurrer, c'est encore un copain à Nico (ancien client), alors il va s'en sortir avec une pirouette...
Réponse de le 28/12/2010 à 13:06 :
la politique vous aveugle mon pauvre ami. changez de journal allez sur l'huma vous aurez ce que vous voulez.
a écrit le 27/12/2010 à 11:06 :
Le locataire de l'Elysée accompagnera- t- il les sanctions de son client historique lorsqu'il était avocat : Monsieur J. Servier PDG du laboratoire éponyme responsable de la distribution du Médiator ?

Si Monsieur J. Servier est reconnu responsable, le locataire de l'Élysée devra-t-il lui retirer la légion d'honneur qu'il lui avait remise ?
Réponse de le 27/12/2010 à 16:11 :
Qui était chef du gouvernement Jospin il me semble
Réponse de le 28/12/2010 à 13:09 :
@kivepe .la légion d'honneur est remise à n'importe qui footballeur, acteur, mais aussi chefs d'entreprises. Alors vous mélangez tout par haine politique, vous êtes à l'image de vos amis socialistes; vous n'avez rien à argumenter excepté salir les gens qui ne pensent pas, heureusement, comme vous.
a écrit le 27/12/2010 à 10:22 :
Ce qui m'amuse, c'est qu'on s'en prend au laboratoire (ce qui est légitime apres tout) mais pas du tout aux institutions qui ont permit la mise sur le marché de ce médicament, a savoir l'ex AFSSAPS, source de nombreuses critiques quand a sa neutralité.
a écrit le 27/12/2010 à 10:09 :
J'ai pris du Mediator comme coupe-faim (comme la plupart de mes amies)me doutant bien que des effets secondaires toxiques pour ma santé pourraient survenir ...Mais j'avais 30 ans et la silhouette passait avant le reste.
Dès que j'ai été informée en 99 par un ami médecin de la dangerosité du produit ,j'ai tout arrêté.
C'est pour dire que je n'irais pas attaquer quiconque car entre nous ,nous étions responsables ou irresponsables !
Réponse de le 27/12/2010 à 10:33 :
Etes vous payé par le laboratoire servier? Etes-vous employé de prés ou de loin par le laboratoire ? En tous les cas je le crois .
Réponse de le 27/12/2010 à 11:11 :
Je crois bien moi aussi qu'il y a prise d'intérêt dans ce message ;) évident que ce message ne vient pas d'un vrai malade ou d'une vraie victimes, je sais pas qui vous penser abuser ainsi. Je trouve ça moche contenue qu'il y a eu des victimes et des familles endeuillés, dans ces cas là ce n'est pas à ceux qui n'ont rien eu qu'il faut penser mais à ceux qui n'ont pas eu la chance d'échapper à ce poison car ont parle bien de poison après un certain taux de décès.
a écrit le 27/12/2010 à 10:07 :
bravo sarko qui a decoré en 2009 jacques Servier de la légion d'honneur ( pour nous avoir rendu malades ?)
Réponse de le 27/12/2010 à 11:12 :
La haine primaire et incontrôlée de Nicolas Sarkosy devient risible à un certain point!
Je pense que Nicolas Sarkosy est aussi responsable de votre aveuglement....
a écrit le 27/12/2010 à 10:05 :
Xavier Bertrand promet aux victimes du Mediator une prise en charge "intégrale" par la Sécu ?? , c'est une honte il protège les laboratoires , c'est au laboratoire de payer .,H1N1 le On a interdit le mercure des thermometres mais on l'autorise dans les vaccins, le mercure est même un puissant toxique tout comme l'aluminium remboursé par l'etat! sans blague.
a écrit le 27/12/2010 à 9:16 :
Que voulez vous quand la politique et le monde des affaire s'entremelle voilà le résultat ce scandale comme celui du vaccin H1N1 : curieusement les protogonistes de cette affaire sont des politicens ayant travaillé pour des laboraoires pharmaceutiques si le fait est avéré que ce médicament était nocif à la santé et que personne n'a rien dit le directeur de ce laboraoire doit être poursuivi comme un vulgaire criminel ainsi quele politicien qui a laissé faire en étant au courant que ce médicment m'était gravement la santé des patients en jeux ras le bol descopains et des coquins vive la transparence bonne année
a écrit le 27/12/2010 à 9:05 :
il faut être "gonflé" pour se retourner contre le labo alors que les Services de l'Etat n'ont pas fait leur travail !!!
Réponse de le 27/12/2010 à 9:44 :
Pauvre labo qui a fabriqué un médicament potentiellement mortel. On doit rire ou pleurer ? Que les services de l'Etat soit coupables de n'avoir pas réagi aux mises en garde, c'est indéniable. Que le labo soit coupable d'avoir fabriqué un médicament potentiellement mortel, c'est évident. Que tous soient condamnés, c'est à la justice d'en décider. Que le contribuable doivent payer pour venir en aide à celles et ceux qui ont souffert et/ou souffrent encore, pourquoi pas. A condition que le laboratoire rembourse intégralement et avec intérêts cette solidarité nationale.
Réponse de le 27/12/2010 à 9:47 :
Tout à fait d'accord!
a écrit le 27/12/2010 à 8:44 :
1 AMM valide et autorisée depuis 30 ans
1 médicament prescrit par des milliers de praticiens
1 efficacité au moins égal au glinides et aux glotazones récemments en registrés
1 propriété particulière qui pose bien des problèmes aux concurrents : "lui" ne fait pas grossir les diabétiques qui sont déjà souvent obèses
La justice tranchera !
a écrit le 27/12/2010 à 8:25 :
un médicament qui ne soigne pas et qui plus est prescrit pour du "confort" un soi disant coupe faim. Et aprés on nous explique que le trou de la sécu est toujours plus béant!!! 1 parce que ce médicament est remboursé et 2 parce que maintenant il faut soigner les gens malades du fait de ce médicament.
On marche sur la tête!!
a écrit le 27/12/2010 à 7:53 :
Quand X.Bertrand dit que tous les patients ayant pris du Mediator bénéficieraient d'une "prise en charge intégrale par l'assurance maladie" il est évident que le coùt induit sera pris en charge par les assurés sociaux ! Il ne dit pas que ce sera pris en charge par Servier pourquoi ?
a écrit le 27/12/2010 à 7:52 :
moralité, vous avez un doute une certitude sur un produit nocif écrivez, écrivez et gardez un double un triple, cela reviendra un jour dans le nez de ceux qui vous considéraient comme un trublion même si vos considérations n'étaient pas prises en compte et cela pourra leur coûter cher devant un tribunal

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :