Mediator : Jacques Servier quitte le G5, club des grands laboratoires français

 |   |  331  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le patron du laboratoire Servier cède sa place à Marc de Garidel, nouveau président d'un autre laboratoire français, Ipsen. Jacques Servier avait été évincé du Leem, syndicat patronal de l'industrie, la semaine dernière. Le laboratoire reste en revanche membre du G5.

Après le Leem, le G5. Sur fond de scandale Mediator, le fondateur et président du laboratoire Servier, Jacques Servier, 88 ans, va quitter la présidence du G5, un club d'influence qui rassemble les cinq plus grands laboratoires pharmaceutiques français (Servier mais aussi Ipsen, Pierre Fabre, Sanofi-Aventis et le Laboratoire français de fractionnement et des biotechnologies ou LFB).

Jacques Servier "a fait part de sa décision de ne plus être  président du G5 pour se consacrer essentiellement à la défense de son groupe", explique le club ce mardi dans un communiqué.

Cette annonce fait suite à l'évincement du laboratoire Servier des activités des Entreprises du médicament (Leem), syndicat patronal de l'industrie. C'est le président d'Ipsen, Marc de Garidel, qui a été élu en remplacement de Jacques Servier comme président du G5. Le mandat, informel, n'a pas de durée déterminée. "Le G5 devait se réunir après le départ de Jean-Luc Bélingard [ancien patron d'Ipsen parti chez Biomérieuix début janvier, ndlr]. La décision a été prise naturellement", assure un proche du dossier. En revanche, le groupe Servier reste membre du G5.

Les membres du G5 rappellent par ailleurs leur volonté de "servir au mieux le malade par l'innovation, la juste prescription et le suivi de tous leurs médicaments" et de "développer avec les professionnels de santé et les autorités (...) des relations qui participent à la sécurité sanitaire et à la confiance des patients".

"Dans cet esprit, les groupes français du médicament soutiennent les propositions de réforme du secteur vers plus de transparence. Notamment, ils approuvent pleinement l'idée de publier la liste des liens entre experts et laboratoires, ainsi que le montant des sommes versées", ajoutent-ils.

Le Leem avait annoncé le 19 janvier avoir "suspendu" la participation de Servier à ses instances pour engager "sereinement" des discussions avec les pouvoirs publics sur la refonte envisagée du secteur.

Audrey Tonnelier

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :