Jérôme Cahuzac suspendu 3 mois par l'Ordre des médecins

 |   |  413  mots
Jérôme Cahuzac avait été auditionné il y a plusieurs semaines par une chambre disciplinaire de première instance, composée d'un magistrat et de médecins élus, avant que celle-ci ne délibère. Il a un mois pour faire appel et l'appel est suspensif, a précisé Irène Kahn-Bensaude.
Jérôme Cahuzac avait été auditionné il y a plusieurs semaines par une chambre disciplinaire de première instance, composée d'un magistrat et de médecins élus, avant que celle-ci ne délibère. "Il a un mois pour faire appel et l'appel est suspensif", a précisé Irène Kahn-Bensaude. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
"Il a été sanctionné pour avoir menti devant l'Assemblée nationale, nous estimons que c'est amoral et qu'il a déconsidéré la profession de chirurgien", a expliqué Irène Kahn-Bensaude, présidente de l'Ordre départemental des médecins de Paris.

L'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac, également chirurgien, a été sanctionné par l'Ordre des médecins d'une interdiction d'exercer la médecine pendant six mois, dont trois avec sursis, a-t-on appris ce vendredi auprès de l'Ordre départemental des médecins de Paris (CDOM).

Pour le CDOM, "il a déconsidéré la profession de chirurgien"

"Il a été sanctionné pour avoir menti devant l'Assemblée nationale, nous estimons que c'est amoral et qu'il a déconsidéré la profession de chirurgien", a déclaré à l'AFP la présidente du CDOM Irène Kahn-Bensaude, confirmant une information de l'Agence de presse médicale.

"Tout médecin doit s'abstenir même en dehors de l'exercice de sa profession, de tout acte de nature à déconsidérer celle-ci"

Cette sanction a été prononcée mercredi sur la base des articles 3 et 31 du code de déontologie médicale. L'article 3 stipule que "le médecin doit, en toutes circontances, respecter les principes de moralité, de probité et de dévouement indispensables à l'exercice de la médecine". Selon l'article 31, "tout médecin doit s'abstenir même en dehors de l'exercice de sa profession, de tout acte de nature à déconsidérer celle-ci".

Jérôme Cahuzac avait été auditionné il y a plusieurs semaines par une chambre disciplinaire de première instance, composée d'un magistrat et de médecins élus, avant que celle-ci ne délibère. "Il a un mois pour faire appel et l'appel est suspensif", a précisé Irène Kahn-Bensaude.

Un chirurgien déclaré généraliste pendant 20 ans

Cette sanction intervient plus d'un an après les révélations de Mediapart sur l'existence d'un compte bancaire en Suisse appartenant à Jérôme Cahuzac. Cette affaire avait entraîné le ministre et le gouvernement dans cinq mois de tourbillon médiatique, jusqu'à ses aveux, le 2 avril.

Pour rappel, en avril 2013, on avait appris que Jérôme Cahuzac, chirurgien de profession et spécialiste des implants capillaires, se déclarait en tant que médecin généraliste. De quoi étoffer sa retraite future puisque cela avait pour conséquence la prise en charge de ses cotisations à la retraite complémentaire des médecins, alors qu'il n'y avait pas droit dans la mesure où il n'exerçait pas une activité médicale conventionnée.

 À lire aussi :

>> Patricia Cahuzac possèderait elle aussi un compte en Suisse

>> Affaire Cahuzac: la banque suisse Reyl mise en examen

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2014 à 8:02 :
Dans beaucoup de professions libérales régies par un ordre, il est inscrit dans leurs règles de déontologie que le professionnel doit adopter une attitude morale qui ne puisse pas nuire à l'image de la profession. Sanctionner Jérôme Cahusac pour ce genre de comportement n'est pas du tout choquant puisqu'il protège la moralité de l'ensemble de la profession.
a écrit le 18/01/2014 à 14:21 :
d'une part l'ordre des médecins a du retard à l'allumage et d'autre part le Jérome on espère qu'il ne planque pas ses aiguilles de seringues plaquées or dans le corps des patients, dès fois. N'importe quoi cette décision.
a écrit le 18/01/2014 à 10:05 :
La décision est arbitraire et inique car je ne vois pas le lien entre une décision sur une compétence politique et une décision du conseil de l'ordre qui ne peut que concerner le domaine de compétence sanitaire et médicale, il y a un problème dans la décision administrative, je trouve que le tribunal administrative et le conseil d'état doivent faire une jurisprudence sur le cas.
a écrit le 18/01/2014 à 8:42 :
le temps de ses vacances ..... à un poil près .
a écrit le 18/01/2014 à 8:38 :
Ordre des medecins lobbyistes de premiere et copinage en tous genres..... ne sanctionne jamais....3 mois juste pour montrer qu ils existent et justifie l argent qu ils coutent...la France typique quoi...
Réponse de le 19/01/2014 à 10:43 :
Ou justement, qui sanctionne les vrais médecins ou chercheur quand ceux-ci essaye de faire progresser la médecine mais que cela influe un peut trop sur les bénéfices des laboratoires pharmaceutiques. On rappelle quand même, que cette organisation a été créée sous Pétain !
a écrit le 17/01/2014 à 23:33 :
S'il fallait suspendre tous les membres de l'assemblée nationale qui ont menti...il n'y aurait plus d'assemblée nationale !
a écrit le 17/01/2014 à 22:10 :
La France administrative administre.
a écrit le 17/01/2014 à 22:08 :
Il a vraiment une tête d'iguane...
a écrit le 17/01/2014 à 18:40 :
J'estime qu'il ne faudrait pas pouvoir le priver d' exercer son activité professionnelle autre que pour une faute professionnelle sur des patients. (opérations ratées etc...)

L'ordre des médecins vient de se ridiculiser dans ce mélange des genre complètement nauséabond.
Pour qui se prennent-ils ?
Cacher de l'argent, c'est une affaire qui concerne le fisc et les juges. Et personne d'autre.
C'est profondément choquant cet acharnement sur l'homme. Il faudrait peut-être légiférer pour empêcher de telles aberrations.
Réponse de le 18/01/2014 à 3:10 :
3 mois c'est tout, je trouve que c'est pas cher payé. Vous etes trop sympa avec les menteurs et les fraudeurs vous.
a écrit le 17/01/2014 à 18:35 :
Dire que c'est mérite, peut-être, mais cela. N'a aucun rapport avec la pratique médicale... Ceci dit, les implants capillaires peuvent se passer de lui....
a écrit le 17/01/2014 à 17:47 :
la vache, trop dur j'espère qu'il pourra faire appel de cette condamnation extrêmement sévère...Curieusement pas un mot des acrobaties fiscales ou des pratiques douteuses du sieur et de son épouse. Il y aurait sans doute beaucoup à dire et ça pourrait gêner des "amis", mais chut nos médecins sont tous des parangons de vertu (qui n'aime pas les chèques et la CB)
a écrit le 17/01/2014 à 17:47 :
Suspendu pour fraude fiscale tandis que d'autres exercent toujours après des fautes médicales... de moins en moins crédibles ces médecins.
Réponse de le 18/01/2014 à 8:48 :
Non, pas pour fraude fiscale : ils n'ont pas osé : il n'y aurait plus un spécialiste en France pendant 3 mois ! Pour avoir menti à l'assemblée nationale : ca engage moins de collègues...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :