L'Espagne, le pays où le pass sanitaire ne fait pas débat et qui vaccine à toute allure

Nul besoin de recourir à l'obligation de la vaccination, pas besoin de discours présidentiels à répétition pour supplier et vaincre les réticences... non, de l'autre côté des Pyrénées, le consensus est total. Grâce à une confiance inébranlable des Espagnols dans leur système de santé et les vaccins, mais aussi à une forte solidarité familiale, le pays fait désormais figure de leader de la vaccination contre le Covid-19 dans l'UE. La barre des 70% de la population totalement vaccinée bientôt franchie, il file maintenant vers le cap des 90%.
Jérôme Cristiani

12 mn

Selon une étude britannique menée dans 15 pays et publiée en juin, 79% des Espagnols avaient confiance dans les vaccins contre le coronavirus, contre seulement 62% des Américains, 56% des Français ou 47% des Japonais. Photo d'illustration: une plage de Majorque, en Espagne, le 8 août.
Selon une étude britannique menée dans 15 pays et publiée en juin, 79% des Espagnols avaient confiance dans les vaccins contre le coronavirus, contre seulement 62% des Américains, 56% des Français ou 47% des Japonais. Photo d'illustration: une plage de Majorque, en Espagne, le 8 août. (Crédits : Reuters)

Si l'Espagne est en passe d'atteindre son objectif de vacciner pleinement 70% de la population d'ici à la mi-août, les experts avertissent cependant qu'en raison de la flambée due aux nouveaux variants, pour atteindre l'immunité collective, ce chiffre doit désormais être supérieur à 90%, ce qui signifie qu'il faut vacciner les adolescents, explique à El Pais Manuel Franco, porte-parole de la Société espagnole de santé publique:

« Atteindre l'immunité collective sans eux est pratiquement impossible. »

Dans le peloton de tête pour la vaccination complète

L'Espagne a déjà complètement vacciné environ 61% de sa population, contre près de 58% en Italie, 56% en France (56,53 % ce 12 août selon CovidTracker) et 55% en Allemagne, d'après des chiffres établis par l'AFP à partir de sources officielles. Hors UE, elle fait également mieux que le Royaume-uni (58,5%) et les États-unis (un peu plus de 50%).

Consensus sur la nécessité de vacciner et le pass sanitaire

Ces chiffres rendent superflus les débats sur des mesures telles que l'obligation de vaccination ou le pass sanitaire, qui ont provoqué des manifestations dans certains pays européens.

De fait, parmi les principaux pays de l'UE, l'Espagne fait figure de leader de la vaccination contre le Covid-19, grâce à une confiance inébranlable de la population dans son système de santé et les vaccins, mais aussi grâce une forte solidarité familiale.

L'un des "éléments clés" du succès de la campagne de vaccination en Espagne a été "la confiance dans le système de santé", explique à l'AFP Josep Lobera, professeur de sociologie à l'Université autonome de Madrid. Membre du comité national pour la stratégie de vaccination, il a été chargé par les autorités d'étudier comment les Espagnols allaient accepter le vaccin.

79% des Espagnols font confiance aux vaccins anti-Covid

Josep Obera et ses collègues ont constaté qu'ils étaient "avantagés par rapport à d'autres pays car la confiance, dans les vaccins en général, et dans les vaccins infantiles en particulier, était traditionnellement plus élevée que dans les autres pays européens".

Selon une étude menée dans 15 pays par l'Imperial College London et publiée en juin, 79% des Espagnols avaient confiance dans les vaccins contre le coronavirus, contre seulement 62% des Américains, 56% des Français ou 47% des Japonais.

Courage, volontarisme et sens de la famille dans la jeunesse espagnole

À Madrid, le complexe sportif Wizink a été transformé en centre de vaccination ouvert 24h/24h. Un matin d'août, le soleil de plomb habituel à cette époque de l'année ne dissuade pas une longue file de personnes d'apparence jeunes qui attendent patiemment pour recevoir leur seconde dose.

"J'ai confiance à 100%, à 200%" dans le système de santé, lance Inés Gómez Calvo, graphiste de 28 ans. Pour Alejandro Costales, un avocat de 30 ans, le vaccin signifie "prendre soin" de sa famille, "avoir la garantie d'aller chez soi, de revenir et de ne pas les infecter".

Nul besoin en Espagne de recourir à l'obligation de la vaccination.

"Nous n'avons pas eu à adopter cette mesure, car pratiquement tous les enseignants, et pratiquement tous les citoyens, se font vacciner volontairement", a commenté lundi la ministre de l'Éducation, Pilar Alegría, à la radio Cadena Ser.

La tranche d'âge des 12-19 ans est constituée de 3,8 millions de personnes, dont 17,9% ont déjà reçu leur première dose. Si le déploiement du vaccin se déroule comme prévu, la plupart des adolescents devraient être complètement vaccinés à temps pour entamer la nouvelle année scolaire, explique le quotidien espagnol El Pais.

Ce consentement général et cette coopération active de la population, le professeur Lobera l'explique par le fait que les Espagnols associent le système de santé publique à la modernité, dans un pays qui en avait grand soif au sortir, en 1975, de 36 années de dictature sous Franco.

Les liens familiaux jouent aussi un rôle primordial, dans un pays où plus de la moitié (55%) des 25-29 ans vivaient encore chez leurs parents en 2020, d'après l'Institut national de la statistique.

Le sociologue estime qu'il s'agit d'une question culturelle, mais aussi économique, car "les jeunes ont beaucoup plus de difficultés à devenir indépendants, il y a une plus grande précarité de l'emploi, et cela signifie que la famille a joué le rôle de bouée de sauvetage" dans les crises.

Quand au risque que des adolescents développent un cas grave de Covid-19, le quotidien ibérique le rappelle, il est très faible mais pas inexistant. Selon les derniers chiffres de l'Institut de santé Carlos III, depuis le 22 juin 2020, 878 personnes âgées de 10 à 19 ans ont été hospitalisées avec le Covid-19. Sur ce chiffre, 160 ont nécessité des soins intensifs et 17 sont décédés.

Les régions soutiennent le pass sanitaire, mais débattent du bon moment pour l'appliquer

Il existe toutefois un débat entre régions au sujet du pass sanitaire, mais cela n'a rien à voir avec l'opposition de principe(s) que l'on peut voir enfler en France -au nom de la restriction des libertés, entre autres- dans des manifestations depuis plusieurs samedis d'affilée.

|Lire: Pass sanitaire : les antipass et antivax mobilisent toujours plus, surtout dans le Sud

En clair, si Galice et Canaries font partie des régions pionnières dans la mise en vigueur du "pass sanitaire" (voir en pied ANNEXE 2/2), d'autres rechignent comme la Catalogne, écrivaient Les Echos fin juillet. Mais le quotidien économique précise bien que la Catalogne, épicentre de la cinquième vague de Covid, ne refuse pas le pass sanitaire au nom d'un principe. Elle refuse son application tant que la population n'a pas suffisamment accès au vaccin. Car en effet, dans cette région, il y a des problèmes d'approvisionnement, on manque de doses de vaccin. Et si l'on met en place un contrôle d'accès maintenant, ce serait discriminatoire, il y aurait beaucoup trop de gens qui seront empêchés dans leurs activité. Les Echos citent le conseiller régional à la santé publique, Josep Maria Argimon:

Pas question pour l'instant d'en faire un outil « discriminatoire » dit-il « ce n'est pas le moment. L'important, aujourd'hui, est de faciliter l'accès au vaccin pour tous. »

La Catalogne n'est pas anti-pass sanitaire, elle est même pro-vaccin puisqu'elle demande qu'on lui en livre plus.

La mémoire du traumatisme des milliers d'enfants nés avec la polio

Un autre aspect participe du consentement massif des Espagnols: les plus âgés gardent en mémoire les ravages causés à des milliers d'enfants nés entre 1955 et 1965 par le retard de la vaccination contre la polio.

Alors que, dans de nombreux pays, la vaccination anti-polio avait commencé au milieu des années 1950, il a fallu attendre près de dix ans de plus en Espagne. Une négligence dissimulée par la censure de l'époque, qui a récemment conduit le gouvernement à reconnaître les personnes qui en ont souffert comme des victimes du régime de Franco.

"Ce fut une situation absolument désastreuse", se souvient Javier García, président de l'association Cota Cero et lui-même victime de la polio.

Aujourd'hui âgé de 60 ans et en fauteuil roulant, Javier García n'a pu se tenir debout avant l'âge de quatre ans et a subi 17 opérations des jambes dans son enfance.

Alors, quand on l'interroge sur le vaccin contre le coronavirus, il est catégorique:

"Il est important que tout le monde le reçoive, et le plus tôt sera le mieux".

___

ANNEXE 1/2
(Double-cliquez sur les infographies pour les agrandir plein écran)

L'épidémie continue de refluer en Espagne

Espagne, données covid 12.08.2021

Dernières données selon le bulletin sanitaire sur l'épidémie de Covid-19 en Espagne jeudi 12 août 2021 (DataRtve; source: CNE / Ministerio de Sanidad)

Le ministère de la Santé espagnol a notifié 17.023 nouveaux cas et 93 décès depuis mardi. L'Espagne cumule 82.320 décès et 4.660.473 cas enregistrés depuis le début de la pandémie. L'incidence baisse encore de 25 points depuis mardi, à 503,4 cas pour 100.000 habitants au cours des 14 derniers jours.

-

Espagne, incidence

[Parmi ces deux graphiques publiés aujourd'hui sur le site du ministère de la Santé espagnol, celui de droite montre que le taux d'incidence (Rt) du Covid-19 est bien en-dessous de 1: il est à 0,82. Cliquez pour agrandir plein écran]

-

Le taux continue de baisser dans toute l'Espagne, sauf à Ceuta et Melilla. (...). Par groupe d'âge, les cas ont continué de baisser dans tous les groupes. Les jeunes entre 12 et 19 ans et ceux entre 20 et 29 ans, maintiennent une incidence cumulée de plus de 1.000 cas pour 100 000 habitants. La saturation des unités de soins intensifs a baissé pour le deuxième jour consécutif : elle l'a fait d'un demi-point, à 21 %. La densité baisse également en Catalogne -où 45% des patients en soins intensifs sont victimes du coronavirus-, qui continue à un niveau de risque extrême pour cet indicateur à Madrid et aux îles Baléares.

___

ANNEXE 2/2

Les modalités du "pass sanitaire" espagnol ? Elles sont très semblables à celles du  "pass sanitaire" français

Voici ce que dit aujourd'hui 12 août l'Ambassade de France:

"Toute entrée sur le territoire espagnol en provenance d'une région à risque par voie aérienne (aéroports), maritime (ports) ou terrestre est soumise à la présentation de l'un de ces documents, sous format numérique ou papier, rédigé en espagnol, en français, en allemand ou en anglais :

  • soit un certificat justifiant d'une vaccination complète contre la Covid-19 depuis au moins 14 jours. Il doit notamment faire mention de la date de vaccination effectuée, du vaccin administré et du pays de vaccination,
  • soit un certificat de test de dépistage d'infection active, avec résultat négatif, délivré dans les 48h (test antigénique) ou dans les 72h (test PCR) précédant l'arrivée sur le territoire. Il peut s'agir d'un test NAAT (test de détection ARN du Covid-19 : RT-PCR, TMA, LAMP, NEAR...) ou d'un test antigénique inclus dans la liste de la Commission européenne. Les tests salivaires dont le prélèvement n'a pas été effectué en laboratoire, mais à domicile, n'autorisent pas le voyage, ni les « tests rapides » en pharmacie, qui ne donnent pas lieu à un résultat écrit. Le certificat doit notamment comprendre le numéro de document d'identité ou de voyage de la personne testée ;
  • soit un certificat de rétablissement de la Covid-19, valable 180 jours après le 1er test de diagnostic positif. Ce document doit notamment mentionner la date du premier test positif, le type de test réalisé ainsi que le pays où ce certificat a été délivré.
  • soit le certificat Covid numérique de l'UE. Celui-ci intègre une preuve de vaccination, un résultat de test négatif ou une preuve de rétablissement de moins de six mois. Plus d'informations sur les modalités d'obtention en France.

Une pénalité financière dissuasive est prévue en cas de non-présentation d'un de ces documents.

Ne sont pas concernés par la présentation de l'un de ces certificats : les enfants âgés de moins de 12 ans, les voyageurs en correspondance aérienne (transit) et les équipages des moyens de transport internationaux dans le cadre de leur activité et, s'agissant de l'arrivée par la route, les professionnels du transport routier entrant en Espagne dans le cadre de leur activité, les travailleurs transfrontaliers et les résidents de la zone frontalière pour des déplacements ne dépassant pas un rayon de 30 km de leur lieu de résidence.

L'ensemble du territoire espagnol est soumis aux règles de la « nouvelle normalité », qui prévoient notamment :

  • Le port du masque obligatoire pour toute personne de plus de 6 ans, dans les espaces clos recevant du public ou ouverts au public ;
  • Le port du masque obligatoire dans tous les espaces à l'air libre, lorsque les regroupements de personnes ne permettent pas le respect d'une distance d'1,5 m (sauf entre personnes d'un même foyer) ;
  • Le port du masque obligatoire dans tous les transports (air, terre, mer) y compris sur les quais ou dans les stations, dans les transports publics ou privés (VTC) de voyageurs dans des véhicules jusqu'à 9 places, sauf personne d'un même foyer. Pour les voyageurs des navires de croisière, le port du masque ne sera pas obligatoire dans les cabines, ni dans les espaces extérieurs du navire si une distance de 1,5 m peut être respectée (sauf personnes d'un même foyer) ;
  • Le respect des gestes barrières ;
  • La tenue de registres de passagers par les opérateurs de transports, conservés pendant quatre semaines.

NB: Les informations du site de l'ambassade reproduites ci-dessus sont celles du jeudi 12 août 2021, et elles ne sont données ici qu'à titre indicatif car elles peuvent évoluer chaque jour. Seules sont valables les informations lues directement sur le site de l'ambassade de France, prière donc de s'y reporter :

Covid-19, à savoir pour tout déplacement entre la France et l'Espagne [es]

(avec AFP)

Jérôme Cristiani

12 mn

En direct I Forum agri innovation de Bordeaux

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 37
à écrit le 06/09/2021 à 15:03
Signaler
Le titre de votre article est trompeur. L'expression "ne pas faire débat" signifie qu'une idée est consensuelle, acceptée par tous. On croirait à vous lire que tous les Espagnols ont applaudi l'idée du pass sanitaire, or c'est précisément le contrai...

à écrit le 01/09/2021 à 22:16
Signaler
pas la peine de faire la publicité gouvernementale... gardez la dignité et la probité de votre journal... Le libéralisme économique, politique et intellectuel est fondamentalement à l'inverse de la dérive actuelle. Essayez de rester fidèles à vos rac...

à écrit le 19/08/2021 à 10:31
Signaler
Vous comprenez pourquoi, retraité français, j'y séjourne (vacciné) depuis mai jusqu'en novembre, en pratiquant (à 75 ans) sports nautiques, padel-tennis, randonnée et..... restaurants 😀 dans une belle région méconnue (Castellon) et ses sympathiques e...

à écrit le 15/08/2021 à 11:34
Signaler
Si les espagnols ont confiance au vaccin, peut être ont ils des politiciens qui n'ont pas continuellement menti depuis 1.5 ans, "masques sont dangereux puis sont indispensables" par exemple. Si nos incapable politiciens avaient depuis le début juste ...

à écrit le 13/08/2021 à 22:03
Signaler
On ne vous dit pas tout.. Coup dur pour le laissez-passer prétendument sanitaire espagnol : quatre tribunaux régionaux -Andalousie, Cantabrie, Galice et Iles Canaries- suspendent son usage obligatoire pour violation de droits. Source : LeCourrier...

le 13/08/2021 à 22:24
Signaler
Dsl mais il s' agit bien d' une publication que vous pourrez retrouver in extenso dans le Courrier du Soir. "Coup de théâtre en Espagne : 4 tribunaux se révoltent et suspendent le Pass Sanitaire pour violation de droits"..

à écrit le 13/08/2021 à 19:12
Signaler
Il y a un autre soucis en France, qui est d'un ordre technique et éthique. L'appli du passe sanitaire est un outil "souverain" centralisé, alors que la plupart des autres démocraties ont opté pour des technologies éprouvées et décentralisées, dont le...

à écrit le 13/08/2021 à 18:27
Signaler
Le masque tombe, au Danemark. Le gouvernement danois a annoncé la levée de l'obligation du port du masque dans les transports publics, seul endroit où il était encore exigé, conséquence de l'assouplissement des règles de distanciation sociale. L'obli...

à écrit le 13/08/2021 à 17:37
Signaler
Ah oui ???la Galice vient de voter contre il n'y a pas de pass sanitaire

à écrit le 13/08/2021 à 14:54
Signaler
Pro ou antivax, le fond du problème c'est que si jamais "ils" se sont plantés avec les vaccins, c'en est fini de la vaccination.

à écrit le 13/08/2021 à 14:49
Signaler
Beaucoup d'Espagnols ont aussi fait confiance à Franco. Les regrets à suivre.

à écrit le 13/08/2021 à 13:58
Signaler
Ce gouvernement a pris en face la population en mentant des le début avec les masques , les suppressions des lits , les moyens .. les gens n’ont plus confiance en ce gouvernement.les Français ont plus confiance aux médias internationaux que les médi...

à écrit le 13/08/2021 à 10:09
Signaler
L'espagne n'a pas eu la même stratégie, eux c'est la secu qui a identifié les personnes a risque et les a appelée pour leur proposer des rendez vous, nous on a fait un joli montage avec un prestataire privé, on se demande a quoi sert notre nombreuse ...

à écrit le 13/08/2021 à 0:30
Signaler
@Bof, vous faites des généralités qui n'ont pas de sens puisque plus de la moitié des français sont vaccinés, et que chacuns d'entre nous a ses raisons. La stratégie vaccinale de l'immunité collective n'a pas l'air de fonctionner si on n'atteint pas ...

à écrit le 12/08/2021 à 22:11
Signaler
Premier degré sans aucun doute ;-)

à écrit le 12/08/2021 à 18:12
Signaler
Bientôt en France ? Israël a imposé mercredi le pass sanitaire aux enfants de plus de trois ans dans le cadre de nouvelles restrictions qui visent à endiguer la propagation du coronavirus

à écrit le 12/08/2021 à 17:51
Signaler
Les pays du sud sont les spécialistes de l'action par les mots mais son contraire par les actes. Il suffit d'observer le nombre de clandestins soumis à l'esclavage agricole pour s'en convaincre...

à écrit le 12/08/2021 à 17:49
Signaler
Ben oui, beaucoup de Français, à la différence des Espagnols, sont depuis longtemps comme des enfants gâtés, à pleurnicher la bouche pleine. Plus on donne plus ça râle. C'est naturel, on n'apprécie que ce que l'on gagne par soi-même et on déteste trè...

à écrit le 12/08/2021 à 17:35
Signaler
C'est juste une question de logique basique: plus vite on sera tous vaccinés plus vite on sortira de cette pandémie (et éviterons un variant beaucoup plus agressif). Beaucoup de Français ont perdu les pédales depuis longtemps. Regardez nos "patriotes...

le 12/08/2021 à 18:08
Signaler
C'est pour toi bof : Des millions de Français sont visés pour une troisième dose de vaccin Covid-19, rapporte le ministère de la santé. La "campagne de rappel" vaccinal, annoncée mercredi par le gouvernement, se précise déjà. "Environ 5 millions d...

le 12/08/2021 à 19:37
Signaler
@lachose : et alors, il est où ton problème avec un rappel contre le covid ? Cette année j'ai eu mon rappel contre le DTP (un peu fe fièvre), les annees précédente le vaccin contre la grippe saisonnière... Eh les gars, il va vraiment falloir que v...

le 12/08/2021 à 20:27
Signaler
@polaris A l'inverse de toi, je ne prends aucune piqure et je te rassure je vais très bien.

à écrit le 12/08/2021 à 17:35
Signaler
En outre ce qui est amusant c'est que l'article présente l'Espagne comme pays modèle mais dans le même temps le gouvernement Français déconseille d'y aller.. je rajoute pas de pass sanitaire ni pcr dans le sens France Espagne en voiture mais PCR de m...

à écrit le 12/08/2021 à 17:30
Signaler
C'est surtout un pays qui ne pense pas. Et avant la Covid, quels sont les jeunes qui se faisaient vacciner contre la grippe pour protéger leurs grand-mères ?

le 12/08/2021 à 17:53
Signaler
"C'est surtout un pays qui ne pense pas" : Encore un de ces antivax et surtout anti tout qui se croit supérieur.

à écrit le 12/08/2021 à 14:24
Signaler
Leur système de convocation par courrier à un rendez vous vaccinal était ultra efficace. Pourquoi n'avons-nous pas adopté ce même système ? La sécu française n'est pas capable d'envoyer un courrier à chaque citoyen en age de se faire vacciner ?

le 12/08/2021 à 18:03
Signaler
Vous croyez que les antivacs répondraient à cette convocation ?

le 12/08/2021 à 22:54
Signaler
@marc469 Non mais c'est sacrément incitatif quand même et ça lève des freins techniques, numériques et psychologiques. On saura pas, on n'a pas essayé !

à écrit le 12/08/2021 à 12:39
Signaler
Belle estime de soi ! Presentez-vous à la présidentielle, pour le bien de nous autres...

à écrit le 12/08/2021 à 12:38
Signaler
Il n'y a pas de pass sanitaire en e Espagne. Vous écrivez vraiment n'importe quoi

le 12/08/2021 à 13:58
Signaler
@Alex: en l'occurence non. L'auteur note justement que l'Espagne arrivera à 90% de vaccinés sans avoir besoin à imposer le vaccin ou à recourir au passe sanitaire. C'est le problème de lire avec un biais cognitif (le vaccin c'est beurk, tout ce qui...

le 12/08/2021 à 16:47
Signaler
Étant résident espagnol depuis 20 ans je pense savoir de quoi je parle....cet article au titre trompeur ne sert qu'à conforter l'hystérie et le rouleau compresseur médiatique qui va évidement dans le sens de ce vaccin. Je vous invite aussi à regarder...

à écrit le 12/08/2021 à 12:29
Signaler
Ils n'ont pas non plus de préfet à la française ?

à écrit le 12/08/2021 à 11:15
Signaler
Article très peu (voire pas du tout ?) objectif. Il y a une autre raison pour laquelle les espagnols semblent se vacciner (un peu) plus que les autres européeens : la non gratuité des tests. Ils coûtent là-bas 6 à 10 euros, ce qui est pour la plupart...

le 12/08/2021 à 14:19
Signaler
@Geo: je ne vois pas où vous voulez en venir. Le vaccin divise au moins par dix le risque de finir à l'hosto (et probablement plus). C'est le mieux que l'on sache faire actuellement, et c'est déjà mieux que rien. Ce n'est pas la même chose d'avoir 50...

le 12/08/2021 à 17:12
Signaler
@CouCou : "Je ne vois pas où vous voulez en venir" : rhétorique en veux-tu en voilà. "Le vaccin divise au moins par dix le risque de finir à l'hosto (et probablement plus)" : d'où tenez-vous ces chiffres ? Est-ce le cas pour les plus jeunes aussi...

à écrit le 12/08/2021 à 9:55
Signaler
A côté des Espagnols, les Français qui râlent contre tout, et font de la rhétorique contre tout, sont vraiment des enfants gâtés. Qui croient que tout leur est dû. Quel gâchis !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.