Le CHU d'Angers, qui voulait "clore le débat" sur la chloroquine, suspend son étude

 |   |  327  mots
L'étude angevine, baptisée Hycovid, était menée avec une quarantaine de centres hospitaliers partout en France.
L'étude angevine, baptisée Hycovid, était menée avec une quarantaine de centres hospitaliers partout en France. (Crédits : Yves Herman)
Cette décision fait suite à l'abandon des prescriptions de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19 à l'hôpital. "L'étude est suspendue, elle n'est pas annulée", précise toutefois à l'AFP la direction de la communication du CHU d'Angers.

Le CHU d'Angers a annoncé ce mercredi la suspension de l'étude lancée début avril portant sur l'efficacité d'un dérivé de la chloroquine, une décision qui fait suite à l'abandon des prescriptions de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19 à l'hôpital.

"L'étude est suspendue, elle n'est pas annulée. On doit respecter le principe de précaution et nous sommes en discussion avec les autorités sanitaires", a indiqué à l'AFP la direction de la communication du CHU d'Angers.

Fin mars, le CHU d'Angers avait annoncé le lancement d'une vaste étude "aux standards scientifiques et méthodologiques les plus élevés" devant porter sur 1.300 patients atteints du Covid-19, afin de "clore le débat" sur l'efficacité d'un dérivé de la chloroquine.

L'étude angevine, baptisée Hycovid, était menée avec une quarantaine de centres hospitaliers partout en France, a précisé le CHU. Jusqu'à présent, "environ 250 personnes ont été incluses à l'étude" avec des conditions de participation "assez drastiques", a précisé le CHU d'Angers à l'AFP.

L'hydroxychloroquine mieux encadrée

Le gouvernement a abrogé ce mercredi les dispositions dérogatoires autorisant la prescription de l'hydroxychloroquine contre le Covid-19 à l'hôpital en France, hors essais cliniques, à la suite d'un avis défavorable du Haut conseil de la santé publique (HCSP).

Lire aussi : Covid-19 : coup d'arrêt pour l'hydroxychloroquine en France

Saisi par le ministre de la Santé Olivier Véran, le HCSP avait en effet recommandé mardi de "ne pas utiliser l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19", hors essais cliniques, que ce soit seule ou associée à un antibiotique.

Interrogé sur d'hypothétiques premiers enseignements à propos de l'étude, le CHU d'Angers a indiqué que "l'organisme indépendant de contrôle nous avait dit il y a quelques jours de poursuivre l'étude car il n'y avait pas de résultat probant amenant à arrêter ou réorienter l'étude. On a eu cet aval il y a quelques jours", a indiqué le CHU.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2020 à 13:20 :
COVID 19

Chiffres du professeur Didier Raoult dans son étude sur 1061 patients,mise à jour au 29 avril 2020, traités à l' hydroxychloroquine (HCQ) et azithromycine (AZ).

- 10 morts soit 0.94% (8 morts + 2 morts cités en fin de document)

- 46 patients au total en soins intensifs, soit 21,74% de mortalité (10 morts sur les 46)

Ce chiffre de 21,74% de morts de patients pris en charge en hospitalisation est sensiblement le même que l’étude the lancet qui est de 23,8%

Etude Raoult sur : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1477893920302179
(traduire avec google traduction)
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
ETUDE VERSION 1 DU 27 MAI 2020

https://www.mediterranee-infection.com/early-diagnosis-and-management-of-covid-19-patients-a-real-life-cohort-study-of-3737-patients-marseille-france/

Cela fait pour 3737 patients avec un traitement d’au moins 3 jours, mortalité 0,9% soit 33 patients.

Mais 3316 patient avec un traitement d’au moins 4 jours, sur le site de IHU en date du 29/05/20, mortalité 0,5% soit 18 patients.
https://www.mediterranee-infection.com/covid-19/

Si je fais la différence entre 3 jours et 4 jours, cela fait 421 patients et 15 décès, soit 3,56%.

Que sont les chiffres pour les patients avec un traitement de 1 ou 2 jours ?
a écrit le 28/05/2020 à 13:30 :
C'est très curieux autant qu'étrange, car certains pays du Maghreb continue d'utiliser la chloroquine malgré ce que peut dire l'OMS...
Aujourd'hui, il n'y a aucun médicament qui ressort de toutes ces études contre le covid .
Et si l’efficacité de la chloroquine ou de l'hydroxychloriquine, c’était de la prendre en tout début épidémie à titre préventif ?
a écrit le 28/05/2020 à 10:04 :
Le debat qur l'utilisation de la chloroquine contre le COVID 19 n'est pas fini même son etude d'impact et d'effets a été annulé par le CHU d'Angers. Les propos du Professeur Raoult ne sont pas totalement absurde à ce sujet. Elle a certainement des effets très positif en cas de contamination recente au coronavirus mais plus de rôle pour des patients largement atteint par le COVID19. Ce débat sur la chloroquine a largement fait parler de lui et a lancer pas mal de polémiques mais au debut du confinement en mars 2020 on avait peu de données sur le COVID19 et la contimination etait large donc oui le Professeur Raoult pouvait dire que l'hydroxychloroquine avait des effets positifs. De plus, l'hydroxychloroquine est prise en traitement préventif par Donald Trump donc celà donne une forme de credibilité médicale mais ce qui pose problème ce sont les etudes cliniques qui ne et n'infirme ni son efficacité ni ses bienfaits a cause d'effets secondaires sur le coeur dangereux. Donc le débat sur l'hydroxychloroquine est loin d'être terminée et le professeur raoult et ses equipes continuerons de le préscrire en préventif.
Réponse de le 28/05/2020 à 13:08 :
Je ne sais pas si le débat entre non spécialistes est terminé, ce qui semble en revanche terminé c'est le " .. l'infection respiratoire la plus facile à traiter .." ou le " Y a qu'a ..".
C'est bien dommage mais tout ça parait aussi nuancé et complexe que la réalité elle-même.
a écrit le 28/05/2020 à 9:47 :
Entre chiens et loups quand tombe la nuit.
a écrit le 28/05/2020 à 9:29 :
A propos l'essai annoncé il y a plus de deux mois à grands renforts de tambours et trompettes, discovery ou fiasco je ne sais plus,qu'a-t-il donné? M Veran, réputé comme infectiologue de niveau planétaire(?) a tranché. Il devrait penser à remercier M.Raoult qui fait un bouc emissaire parfait aux fiascos de l'état et de la santé en France. Juste vingt ans de retard comme l'a dit M.Raoult par rapport aux chinois lors de sa visite à Shangaï en 2005. Les français sont les spectateurs étonnés du monde médical qui n'arrive même plus à cacher les ambitions démesurés des professeurs divers et variés.
a écrit le 28/05/2020 à 7:58 :
Tout ca c'est de l'argent public qui part en fumée. L'étude n'ira pas à son terme et ne permettra pas de répondre à la question posée, mais en plus cela va alimenter la suspicion populaire envers la probité de la médecine, des médecins, des traitements et in fine l'utilité et innocuité des vaccins.

Il faut que les politiques arrêtent de se mêler de médecine, cela fait plus de mal que de bien, aux uns comme aux autres.
a écrit le 27/05/2020 à 21:20 :
Curieux que personne ne parle de la Grèce et de ses excellents résultats, 117 morts.
Qu'ont-ils utilisés comme médicament , ne serait-ce pas de la chloroquine ?
Réponse de le 28/05/2020 à 1:35 :
Grèce. total des cas enregistré à ce jour : 2900
On peut donc en conclure que donner de la chloroquine à des Malades qui se trouvent à l’hôpital permet d'éviter que ceux qui sont dehors soient infectés.
a écrit le 27/05/2020 à 20:22 :
Les britanniques continuent leur l'essai RECOVERY portant sur 10.000 personnes au total. Après vérifications, aucun risque de santé ou de mortalité pour les patients traités à l'hydroxychloroquine n'a été détecté selon le Professeur Peter Horby qui dirige cette étude.
Réponse de le 28/05/2020 à 12:37 :
- Il semble que le Pr Horby qui dirige cette étude renvoie pour les leçons éventuelles à tirer de cette étude à .. la fin de l'étude. En général on tire les conclusions à la fin, à défaut cela s'appelle "un préjugé".
- Petit détail : Le Pr. Horby avec tout le respect que je lui dois n'est pas " Les britanniques", seul la Reine d’Angleterre peut peut-être revendiquer ce titre. Et malheureusement elle nous dit rien sur l'hydroxychloraquiine
Portez-vous bien
a écrit le 27/05/2020 à 17:58 :
Donc on leur dit qu'il n'y a pas de raison probante de suspendre l'étude d'Angers, et ils la suspendent... Sous quelles pressions ? Leurs premiers résultats ne font pas état des risques signalés par la compilation de données publiées dans Lancet, qui d'ailleurs, ne détaille pas les différences de posologie. Par ailleurs, la Belgique signale aujourd'hui même que ses études et traitements à base d'hydroxychloroquine ne montrent pas non plus de surmortalité particulière. Olivier Véran a orienté l'étude européenne Discovery en réservant l'usage de l'hydroxychloroquine aux cas les plus graves (donc sur lesquels cette molécule était inefficace) pour mieux la discréditer. On devrait juger quelques personnalités devant une cour militaire pour haute trahison, ils ont ruiné la France avec un confinement inutile et poursuivent leur entreprise au mépris de la santé des français. J'espère qu'E. Macron aura la décence de ne pas représenter sa candidature en 2022.
Réponse de le 28/05/2020 à 0:22 :
Votre commentaire est soit hilarant soit affligeant ... au choix.
Réponse de le 28/05/2020 à 9:23 :
@un lecteur......Vous rendez vous compte que votre malhonnêteté intellectuelle fait aussi rire beaucoup de personnes ??
Réponse de le 28/05/2020 à 19:23 :
Demander à n'utiliser l'hydroxychloroquine que lorsqu'on est dans un état grave relève de l'incompétence voir pire car le protocole du professeur Raoult est très clair c'est au début de l'infection que l'on doit l'administrer. C'est clair que ça relève de la justice pénale si des patients sont morts.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :