600.000 vaccins gratuits pour le Ghana, premier pays à bénéficier du dispositif Covax

 |  | 746 mots
Lecture 4 min.
Le dispositif Covax prévoit de fournir près de 2 milliards de doses de vaccins anti-covid cette année aux citoyens de tous les pays à faible revenu. (Photo d'illustration: à Accra, au Ghana, le 10 avril 2020, dans une manufacture qui fabriques à la demande du gouvernement des équipements de protection individuelle à destination des agents de santé locaux de première ligne)
Le dispositif Covax prévoit de fournir près de 2 milliards de doses de vaccins anti-covid cette année aux citoyens de tous les pays à faible revenu. (Photo d'illustration: à Accra, au Ghana, le 10 avril 2020, dans une manufacture qui fabriques à la demande du gouvernement des équipements de protection individuelle à destination des agents de santé locaux de première ligne) (Crédits : Reuters)
Un avion transportant 600.000 doses de vaccin AstraZeneca/Oxford du fabricant Serum Institute of India a atterri ce matin à l'aéroport d'Accra, selon un communiqué commun de l'OMS et de l'Unicef. Le pays de 30 millions d'habitants devrait recevoir 2,4 millions de doses, selon l'organisation Covax.

Le Ghana, pays de 30 millions d'habitants, a reçu mercredi la première livraison mondiale de vaccins financés par le dispositif Covax qui vise à fournir aux pays à faible revenu leurs premières doses de vaccins anti-Covid, alors que les pays riches sont accusés de saper ce dispositif.

Un avion transportant 600.000 doses de vaccin AstraZeneca/Oxford du fabricant Serum Institute of India a atterri à 07H40 GMT à l'aéroport d'Accra.

"Un effort mondial sans précéden"

Ces doses, expédiées par l'Unicef depuis Mumbai, "font partie de la première vague de vaccins Covid à destination de plusieurs pays à revenu faible et intermédiaire", selon un communiqué commun de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l'Unicef.

"Cette livraison représente le début de ce qui devrait être la plus grande fourniture et distribution de vaccins de l'histoire", selon ce communiqué.

"Le dispositif Covax prévoit de fournir près de 2 milliards de doses de vaccins anti-covid cette année. C'est un effort mondial sans précédent pour assurer un accès aux vaccins à tous les citoyens", ajoute le communiqué.

Le Ghana, pays anglophone d'Afrique de l'Ouest, a enregistré 80.759 cas de coronavirus, dont 582 morts. Mais ces chiffres sont sous-évalués alors que le nombre de tests réalisés reste faible.

En tout, le pays devrait recevoir 2,4 millions de doses, a annoncé Covax.

Le communiqué précise que les personnels de santé en première ligne dans la lutte contre le virus seront les premiers vaccinés.

Le système Covax vise à fournir cette année des vaccins anti-Covid à 20% de la population de près de 200 pays et territoires participants, mais il comporte surtout un mécanisme de financement qui permet à 92 économies à faible et moyen revenu d'avoir accès aux précieuses doses.

Il a été mis en place pour tenter d'éviter que les pays riches n'accaparent l'ensemble des doses de vaccin qui sont encore fabriquées en quantités trop réduites pour répondre à la demande mondiale.

Lire aussi : Accès des pays pauvres au vaccin anti-Covid: GSK et Sanofi promettent 200 millions de doses

Lire aussi : Les pays pauvres derniers vaccinés ? L'OMS met en garde contre la tentation du "nationalisme vaccinal"

Vaccinations repoussées

Covax, fondé par trois organismes -l'OMS, l'Alliance du vaccin (Gavi) et la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (Cepi)-, a conclu des accords avec des fabricants pour deux milliards de doses en 2021 et a la possibilité d'en acheter un autre milliard.

Cela comprend 1,1 milliard de doses du Serum Institute of India (SII), qui produit les vaccins AstraZeneca et Novavax.

Initialement, l'OMS et Gavi estimaient pouvoir débuter la distribution de vaccins aux pays défavorisés, qui ont rejoint Covax, en janvier ou février, mais ce délai n'a cessé d'être repoussé.

Les pays riches, accusés de saper "Covax", boostent leurs financements

Tedros Adhanom Ghebreyesus, le patron de l'OMS, a accusé lundi certains pays riches de "saper" le dispositif Covax.

"Certains pays riches sont actuellement en train d'approcher les fabricants pour s'assurer l'accès à des doses de vaccins supplémentaires, ce qui a un effet sur les contrats avec Covax", a-t-il déclaré.

"Le nombre de doses allouées à Covax a été réduit à cause de cela," a-t-il ajouté.

Vendredi dernier, les dirigeant du G7 ont annoncé plus que doubler leur soutien collectif à la vaccination anti-Covid, à 7,5 milliards de dollars, notamment via le programme Covax.

En plus des Etats-Unis, l'Union européenne a doublé sa contribution à un milliard d'euros tandis que l'Allemagne a débloqué de nouveaux fonds.

Grand retard de vaccination dans les pays pauvres

Alors que dans certains pays riches, les campagnes de vaccination ont commencé dès la fin de l'année 2020, de nombreux pays pauvres n'ont encore reçu aucune dose de vaccins, en particulier sur le continent africain.

La découverte de nouveaux variants, en Afrique du Sud et en Grande-Bretagne, avait aussi accéléré la ruée vers les vaccins.

Depuis le début de la pandémie, l'Afrique reste officiellement un des continents les moins touchés par le virus, mais la plupart des pays africains sont frappés par une deuxième vague qui les a forcés à revenir à des mesures sanitaires strictes.

Pour aider à accélérer la vaccination des 1,3 milliard de personnes du continent, l'Union africaine a déclaré qu'elle avait obtenu 270 millions de doses de vaccins anti-Covid à distribuer cette année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2021 à 16:59 :
Souvenir :

En 2009, la France commande en pleine pandémie grippale 94 millions de doses de vaccins, estimant qu'il faut deux injections par personne. Quelques mois plus tard, l'épidémie se révèle moins grave que prévue: il ne faut finalement qu'une injection par personne, ce qui entraîne, quatre mois plus tard, une annulation de commande de 50 millions de vaccins. Et malgré ce retour, les stocks sont encore trop importants.
La France se lance alors dans une opération de revente de vaccins qui se révèle désastreuse: seulement 300 000 doses sont vendues -au Qatar- tandis que 16 millions de doses seront données à l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et deux millions iront aux ambassades de France à l'étranger. Même si la ministre de la santé de l'époque, Roselyne Bachelot montre l'exemple en se faisant vacciner ( vaccin sans l'adjuvant contrairement au reste de la population )devant les caméras, la campagne de vaccination n'a pas le succès escompté: seulement six millions de Français se font vacciner.. Au total ce sont près de 400 millions d'euros qui seront dépensés pour les vaccins, achat et destruction compris.
a écrit le 24/02/2021 à 14:12 :
On favorise les pays que l'on autorise a la migration?
a écrit le 24/02/2021 à 13:33 :
Gratuit pour qui ?
a écrit le 24/02/2021 à 13:12 :
Je suis Gana ! Grand Gana ! Bienvenue dans la "Ganasphère" !
a écrit le 24/02/2021 à 12:49 :
En lisant le titre de l'article, j'ai pris peur. J'ai cru lire que c'était la France qui recevait ces vaccins. Mais, j'ai vite été rassuré en lisant mieux et je suis heureux que l'Afrique soit servie en vaccins comme le veut notre Président de la République.
a écrit le 24/02/2021 à 12:00 :
D'ailleurs l'Afrique n'avait elle pas dit avec l'asie qu'elle ne voulait plus de nos poubelles ? Surtout qu'avec les vaccins ils ne pourront rien récupérer en plus ! Vraiment une mauvaise affaire hein...

Mais on suppose que l'actionnaire européen lui est content, encore de juteux revenus venant de l'argent public, et c'est tout ce qui compte en oligarchie, on l'a bien compris.
a écrit le 24/02/2021 à 10:56 :
Mais à part la classe dirigeante ghanéenne, qui a demandé ces vaccins ?

Plus on possède, plus on a peur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :