Sanofi affiche de solides résultats malgré son retard dans la course anti-Covid

Dopé par le Dupixent et les vaccins (hors Covid), le groupe pharmaceutique français revoit à la hausse ses perspectives 2021 après un deuxième trimestre dynamique. Néanmoins, Sanofi est passé à côté d'un possible pactole lié à la course aux vaccins anti-Covid. Ce qui a profité à Pfizer, et même à AstraZeneca qui, malgré les déboires, engrange plus d'un milliard de dollars grâce à son vaccin, au premier semestre.

3 mn

Le géant pharmaceutique français a revu à la hausse ses perspectives pour 2021 après un solide deuxième trimestre.
Le géant pharmaceutique français a revu à la hausse ses perspectives pour 2021 après un solide deuxième trimestre. (Crédits : Benoit Tessier)

Bien que distancé par les autres laboratoires dans la course au vaccin anti-Covid, Sanofi affiche un solide deuxième trimestre, et revoit à la hausse ses ambitions pour 2021. Les ventes du géant pharmaceutique français sont en effet tirées par son médicament Dupixent et sa division vaccins. Néanmoins, sa séparation avec Renegeron a fait chuter son bénéfice net au second trimestre, atteignant 1,2 milliard d'euros, contre un bénéfice de 7,6 milliards d'euros un an plus tôt. Le groupe avait justement à l'époque engrangé les gains de la vente de ses actions Regeneron, son partenaire américain de longue date.

Des ventes dynamiques...

Grâce aux ventes du Dupixent, utilisé dans le traitement de la dermatite atopique, qui ont progressé de 56,6%, et à celles des vaccins contre la méningite et les rappels (+16,2%), le chiffre d'affaires a grimpé de 6,5% à 8,7 milliards d'euros au second trimestre, conformément aux attentes des analystes interrogés par Factset. Fort de ces résultats, le bénéfice net par action des activités (BNPA) pour 2021, indicateur clef pour Sanofi, est anticipé en hausse de 12% à taux de change constants. Il était initialement attendu dans le haut de la première dizaine. Sur le seul deuxième trimestre, ce même indicateur atteint 1,38 euro, soit une hausse de presque 8%. Presque toutes les divisions voient leurs ventes progresser sur cette période. Le chiffre d'affaires de la division "santé grand public" (qui comprend le doliprane) a grimpé de plus de 6% à 1 milliard d'euros, grâce à "la croissance de la santé digestive, qui a largement compensé la faible demande en produits contre la toux et le rhume", précise le groupe.

...malgré un loupé dans la course au vaccin anti-Covid

Malgré de bons résultats, Sanofi est passé à côté d'une manne financière énorme lié au développement rapide des vaccins anti-Covid. Pfizer prévoit par exemple d'engranger un pactole à 33,5 milliards de dollars pour 2021 grâce à la production de son sérum anti-Covid. Le groupe américain anticipe de vendre près de 30% de plus de vaccins que ce qu'il prévoyait en mai. Le duo BioNTech-Pfizer, qui a déjà délivré un milliard de doses dans le monde, profite des déboires des laboratoires concurrents et de l'efficacité de son vaccin contre les nouveaux variants.

AstraZeneca de son côté a déjà gagné plus de 1 milliard de dollars avec son vaccin anti-Covid au premier semestre, malgré la méfiance d'une partie de la population sur les effets secondaires du sérum. Ce chiffre correspond à la livraison d'environ 319 millions de doses dans le monde. Les ventes ont représenté 572 millions de dollars en Europe, et 455 millions dans les pays émergents, selon un communiqué du groupe suédo-britannique. Le laboratoire pharmaceutique a même relevé ses prévisions de résultats pour l'année entière pour notamment refléter la contribution d'Alexion, dont l'acquisition vient d'être finalisée.

Concernant le développement de ce vaccin anti-Covid, Sanofi, qui a pris un retard considérable, a tout de même annoncé des résultats positifs d'un essai de phase 3 dans une cinquième indication. L'industriel français a confirmé le 5 juillet le déploiement de son vaccin d'ici à fin décembre. Le laboratoire utilisera une technologie différente que celle utilisée par les quatre sérums déjà commercialisés sur le marché européen. Pour Olivier Bogillot, qui dirige le groupe, son vaccin recombinant - développé avec le britannique GSK - sera encore utile d'ici fin décembre.

Lire aussi 3 mnCovid-19 : Sanofi aura bien son vaccin d'ici à la fin de l'année, assure son président France

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 01/08/2021 à 9:19
Signaler
Au lieu de parler en termes de milliards engrangés, je souhaiterais qu'on parle davantage de confiance, d'efficacité de ces vaccins et des conséquences à moyen et long terme. Merci

à écrit le 31/07/2021 à 10:13
Signaler
Pour une fois je vais être sympa, je ne pense pas que ce soit ceux actuellement qui se fassent le plus de fric sur un vaccin sorti à la va vite qui seront les plus gagnants à long terme, le fait de sortir un vaccin tardivement sera un gage de qualité...

à écrit le 29/07/2021 à 20:51
Signaler
Le capitalisme avec les communistes ou les socialistes ne durent qu'un temps .... A méditer ...

le 29/07/2021 à 22:28
Signaler
Le capitalisme, ou plutôt le libéralisme et ses avatars, s'accommode très bien des communistes et des dictateurs, contrairement à ce qu'on a fait croire à des générations d'écoliers et étudiants.

à écrit le 29/07/2021 à 19:57
Signaler
Bref! "L'exploitation de l'homme par l'homme" est de plus en plus d'actualité!

le 30/07/2021 à 10:03
Signaler
Parce qu'avant c'était le contraire ?

à écrit le 29/07/2021 à 16:07
Signaler
fin décembre presque tous les Français seront vaccinés

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.