Sanofi boosté par les vaccins et son activité maladies rares

 |   |  259  mots
Par ailleurs, Sanofi a annoncé le lancement d'un programme de rachat d'actions de 3,5 milliards d'euros, qui devrait être finalisée d'ici à la fin 2017
Par ailleurs, Sanofi a annoncé le lancement d'un programme de rachat d'actions de 3,5 milliards d'euros, qui devrait être finalisée d'ici à la fin 2017 (Crédits : © Robert Pratta / Reuters)
Malgré son activité diabète une nouvelle fois dans le rouge, le groupe pharmaceutique français a renoué avec la croissance au troisième trimestre. Son action bondissait de plus de 7%, vendredi.

Après un deuxième trimestre particulièrement décevant, où Sanofi enregistrait un recul de son chiffre d'affaires, le groupe pharmaceutique français s'en est mieux sorti au troisième trimestre. Son chiffre d'affaires a crû de 2% à 9,652 milliards d'euros, et ses profits ont grimpé de 2,8% à 1,67 milliard d'euros, annonce le groupe dans un communiqué, vendredi 28 octobre.

Sanofi a profité de la bonne santé de son activité Genzyme (+16,9% à change constant), dédiée aux maladies rares, et notamment des performances la partie sclérose en plaque, en hausse de 53% à taux de change constant. Le groupe pharmaceutique s'est également appuyé sur sa partie vaccin, en hausse de 14,4% à 1,8 milliards d'euros, soutenu par la livraison de vaccins contre la grippes aux Etats-Unis.Sanofi a ainsi relevé ses prévisions 2016.

Une activité diabète toujours dans le rouge

A 11h12, l'action Sanofi bondissait de 7,17% à la Bourse de Paris, à 73,80 euros. Bien loin toutefois du pic atteint le 8 juillet 2015 à 94,23 euros. Car outre les résultats financiers, Sanofi a annoncé le lancement d'un programme de rachat d'actions de 3,5 milliards d'euros, qui devrait être finalisée d'ici à la fin 2017. Cette opération est susceptible de faire gagner de la valeur à l'action.

Toutefois, l'activité diabète de Sanofi est dans le rouge, cela devient une habitude depuis l'année dernière. Le groupe pâtit toujours de la perte de brevet de l'insuline glargine Lantus, dont le chiffre d'affaires a chuté de 9,8% à 1,39 milliards d'euros. Le Toujeo, une insuline glargine "nouvelle génération" peine à remédier à la chute de l'activité, malgré la croissance exponentielle de ses ventes (+265,2% à 167 millions d'euros).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/10/2016 à 12:48 :
Sanofi, c'est la boite pour qui nous payons leurs "dommages collatéraux", à savoir les victimes de leurs médicaments.

Bravo l'État français, bravo les actionnaires et merci surtout.

Notre économie est d'un cynisme...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :