Dengue : des retombées moins bonnes que prévu pour le vaccin de Sanofi ?

 |   |  325  mots
Sanofi a annoncé annoncé mardi 4 octobre avoir reçu sa onzième autorisation de mise sur le marché pour son vaccin contre la dengue.
Sanofi a annoncé annoncé mardi 4 octobre avoir reçu sa onzième autorisation de mise sur le marché pour son vaccin contre la dengue. (Crédits : reuters.com)
Sanofi espère atteindre un milliard de dollars de revenus annuels avec le Dengvaxia. Mais certains analystes sont moins optimistes. Le groupe pharmaceutique fait face à des contretemps et à "la volatilité économique en Amérique latine".

Sanofi va-t-il revoir ses objectifs à la baisse pour son vaccin contre la dengue ? Le groupe pharmaceutique avait annoncé attendre des retombées de plus d'un milliard de dollars par an (plus de 890 millions d'euros) à termes pour le Dengvaxia. Pour son développement, Sanofi dit avoir dépensé 1,5 milliard d'euros et effectué vingt ans de recherche.

Mais tous les analystes ne sont pas aussi optimistes. Selon des données Thomson Reuters, le vaccin du groupe français ne dépassera pas les 900 millions de dollars à son pic de vente en 2020.

Sanofi désormais présent dans onze pays

Sanofi a annoncé annoncé mardi 4 octobre avoir reçu sa onzième autorisation de mise sur le marché pour son vaccin contre cette maladie virale transmise à l'homme par des moustiques. Désormais, le pays espère entrer sur marché des Etats-Unis. Mais les ventes tardent à combler les espérances du laboratoire pharmaceutique.

Le Dengvaxia a généré un million d'euros au deuxième trimestre, mais 20 millions sur le semestre au total, grâce au programme de vaccination publique contre la dengue aux Philippines au premier trimestre de 2016. Pour expliquer ce démarrage lent du Dengvaxia, évoque les "récents changements politiques et la volatilité économique en Amérique latine".

L'objectif de 200 millions d'euros de revenus en 2016 semble compromis

Le groupe a en outre essuyé un revers temporaire en Inde. Selon le quotidien économique indien The Economic Times, la commission supérieure rattachée au ministère indien de la Santé a rejeté la demande du laboratoire qui souhaitait pouvoir déroger à des études cliniques complémentaires en Inde en s'appuyant sur les résultats menés dans d'autres pays.

En avril, des analystes de la Société Générale ont projeté des revenus autour de 200 millions d'euros en 2016. Mais des dirigeants de la société ont expliqué que cet objectif risque de ne pas être atteint, rapporte Fierce Pharma, média spécialisé dans l'industrie pharmaceutique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/10/2016 à 20:42 :
On parle de la survie des gens là ! Notre économie est d'un cynisme... Si encore elle était efficace, mais même pas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :