Recapitalisation d'Areva : l'Etat et le Koweït faute d'autres combattants

Officiellement, l'Etat qui avait indiqué vouloir boucler le dossier avant la fin de l'année dit désormais "se donner du temps" et ne parle plus que des négociations avancées avec le Koweït.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

La montagne atomique a accouché d'une souris. L'augmentation de capital du groupe nucléaire public français Areva qui devait voir l'entrée des fonds souverains du Koweït et du Qatar, du groupe nippon Mitsubishi et le renforcement d'EDF voulu par l'Elysée vire au fiasco.

Officiellement, l'Etat qui avait indiqué vouloir boucler le dossier avant la fin de l'année dit désormais "se donner du temps" et ne parle plus que des négociations avancées avec le Koweït.

Le Qatar a pris ses distances, trouvant la valorisation donnée pour Areva (plus de dix milliards d'euros) excessive. "Il y a eu un constat provisoire de non évaluation de l'entreprise sur les mêmes bases", a confirmé le ministre de l'Energie Eric Besson, en ajoutant que les discussions avec le Qatar n'étaient "pas finies".

EDF traîne également des pieds sur fond de demande de garantiers accrues mais surtout de désaccords entre son PDG Henri Proglio et la présidente du directoire d'Areva, Anne Lauvergeon.

Du coup, c'est l'Etat, détenteur de 93 du capital, qui risque de devoir remettre lui-même au pot.  "L'Etat examine de manière favorable sa participation à l'ouverture du capital d' Areva ", a annoncé ce mercredi la ministre de l'Economie, Christine Lagarde.

L'entrée de Mitsubishi Heavy Industries (MHI) aurait, elle, été repoussée du fait de l'opposition des acteurs français de la filières, EDF et Alstom, face à l'arrivée éventuelle d'un concurrent étranger dans le capital du champion français des centrales, de l'extraction, du traitement et du retraitement du minerai nucléaire.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 02/12/2010 à 15:02
Signaler
L'impératrice sera-t-elle virée en juin 2011, ou plus tôt (par exemple lors de la publication des comptes 2010...)? C'est ça la vraie question...

à écrit le 02/12/2010 à 7:50
Signaler
Combien de temps encore faudra-t-il aller sauver le sodat Lauvergeon, et combien cela coutera-t-il au contribuable ? La question ne sera pas posée, elle est politiquement incorrecte. En France la non sanction de l'incompétence s'appele la prime au so...

à écrit le 01/12/2010 à 18:52
Signaler
Après le Koweit, elle aurait du demander à l'Iran

à écrit le 01/12/2010 à 17:23
Signaler
L'état ferait mieux de ne pas s'en mêler : c'est encore le contribuable qui va trinquer.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.