Margerie : Total renonce au lobbying sur le gaz de schiste

 |   |  339  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)
Pour Total, plus question d'être « le fer de lance de l'aventure un peu stupide », qu'est le gaz de schiste en France, a déclaré jeudi Christophe de Margerie, PDG de la major française, rapporte le quotidien Enerpresse.

Chat échaudé craint l'eau froide. Tirant les leçons des récentes polémiques sur le lobbying de Total en faveur du gaz de schiste, le PDG de la compagnie pétrolière a pris une décision. Il n'est plus question d'être « le fer de lance de l'aventure un peu stupide » qu'est le gaz de schiste en France. À chaque fois que le groupe intervient sur le sujet, le débat s'envenime, soulignait jeudi Christophe de Margerie en clôture des Journées annuelles des hydrocarbures organisées par le GEP-AFTP.
Selon le quotidien Enerpresse dans son édition de vendredi, le patron de la major française a poursuivi : « Nous ne demandons plus rien, c'est aux responsables politiques et gouvernementaux » de savoir quoi faire sur le sujet. Un seul regret pourtant : que lors du « Grenelle III », nom qu'il donne à la conférence environnementale, « on ne se soit pas donné la possibilité de savoir au moins si la France a du gaz de schiste ».
Mais il n'y a pas que la France où poursuivre l'aventure, a souligné Christophe de Margerie en évoquant la Chine. Il a précisé que Total continuera ses travaux en Pologne, malgré deux puits infructueux. Et il n'y a pas, non plus, que le gaz de schiste, a-t-il poursuivi en évoquant les gisements haute pression en offshore).

Et si les Etats-Unis n'étaient plus intéressés par le pétrole du Moyen-Orient

Christophe de Margerie n'a évidemment pas pu s'empêcher de plaider la cause du gaz de schiste devant cette assemblée de "convaincus". Selon les « premières estimations » deTotal, 50 % des ressources futures en gaz viendront du gaz non conventionnel, la proportion étant de 30 % pour le pétrole. Les Américains eux-mêmes ne sont pas encore conscients de la révolution en cours, a-t-il dit, évoquant leur autosuffisance en gaz et leur marche vers une indépendance du pétrole du Moyen-Orient. Les États-Unis seront-ils, dans ce contexte, « toujours autant intéressés à rester les gendarmes » de la région ? s'est-il interrogé.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/10/2012 à 23:46 :
A lire.
Questions 4 et 5 du quizz en lien : https://we.riseup.net/assets/106447/Quiz%20Mep1.pdf
a écrit le 12/10/2012 à 13:57 :
Pas grave, on l?achètera aux Russes, on est super riche en France !
a écrit le 12/10/2012 à 12:07 :
Surface France 552 000 km², surface des terres dans le monde: 148 940 000 km²...la France représente 0.37% des terres du Monde...tout est dit..
a écrit le 12/10/2012 à 11:10 :
La France peut diviser par 2 ses importations de pétrole et de gaz naturel. La voiture c'est moins de 30% de la consommation de pétrole. Les 70% restant, c?est en autre le chauffage, les plastiques et le transport des marchandises sur lesquels on peut faire de grosses économies (le transport des marchandises sur les trains, sur les péniches, les chaudières biomasses). Le chauffage représente environ 40% de la consommation de gaz naturel. La France peut se passer du gaz naturel pour chauffer ses maisons. Au total, la France peut réduire de moitié sa facture énergétique qui se monte, hors inflation, à 207 milliards d'euros depuis 2008, ceci jusqu'à la fin des temps.
Réponse de le 12/10/2012 à 11:54 :
Ok ça c'est pour les plus. Tu as pensé aux moins ? Je n'ai pas l'impression....
a écrit le 12/10/2012 à 10:27 :
"Et si les Etats-Unis..." : excellente question ! Que fera l'Europe si jamais les USA quittent un moyen-orient en pleine anarchie, en y laissant le champ libre à la Chine ? Les réflexions de Margerie sont quand même d'un autre niveau que le gloubiboulga dogmatique et infantile de l'actuel gouvernement et de ses alliés, les pastèques escrologistes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :