La très faible disponibilité du parc nucléaire booste le charbon en France

 |   |  328  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Pour le 4ème mois consécutif, la disponibilité des centrales nucléaires françaises s'est située en aôut à un niveau très bas, selon les statistiques du ministère de l'énergie. Bilan : un recours record aux centrales à charbon.

La production nucléaire a chuté de 9,7 % en août 2012 par rapport à août 2011, selon la dernière note de conjoncture énergétique que vient de publier le ministère de l?écologie, du développement durable et de l?énergie (Medde). La production du parc français a atteint un niveau comparable à celui d?août 2009, ajoute le Medde. Pour le quatrième mois consécutif, le coefficient de disponibilité des centrales nucléaires se situe à un niveau
particulièrement bas (67,4 %), contre 80,7% pour l?ensemble de l?année 2011.

Un record d'utilisation du charbon qui remonte à 2004

Bilan : un record d?utilisation des centrales charbon. La consommation de charbon vapeur pour la production d?électricité (474 milliers de tonnes) est particulièrement élevée pour un mois d?août, remarque le Medde. « Il faut remonter à 2004 pour trouver un niveau supérieur en août. Cette importante sollicitation des centrales au charbon s?explique par la moindre disponibilité des centrales nucléaires, par un déficit pluviométrique qui a réduit la production hydraulique et par une plus faible utilisation des centrales à cycle combiné au gaz en raison d?une meilleure compétitivité prix », souligne le ministère. Reste que le charbon a fourni 0,2% de l'électricité en août et le nucléaire 93,9%.

Perte d'un point et demi d'indépendance énergétique

En août, l?hydraulique enregistre sa première baisse depuis le mois d?avril (- 6,9 % en août 2012 par rapport à août 2011), alors que l?éolien reste sur une tendance haussière (+ 31 % sur un an). Au total, la production d?énergie primaire du mois d?août 2012 fléchit pour le quatrième mois consécutif (- 9,3 % par rapport à celle d?août 2011). « Cette tendance à la baisse plus prononcée de la production par rapport à la consommation (-6,6%) se
traduit par une perte d?un point et demi du taux d?indépendance énergétique (49,8%) entre août 2011 et août 2012 », pointe le Medde.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2012 à 21:48 :
La présentation des données par le Medde est en réalité extrêmement spécieuse. La demande étant minimale en août, c'est le moment où l'on concentre systématiquement les fermetures de centrales. Comme on finit par l'indiquer à la fin, le charbon tellement mis en avant n'a en fait fourni que 0,2% du total et le nucléaire 94% soit sensiblement plus que la moyenne annuelle. Donc en fait, la faible demande est une explication beaucoup plus probable à la réduction de production du nucléaire qui n'a eu aucune conséquence sur la capacité du parc à fournir presque l'intégralité de l'électricité consommée en France.
Et la vraie explication de la légère remontée du charbon est surtout son coût très faible en ce moment, les américains en ayant beaucoup à exporter car ils le remplacent de plus en plus par le gaz de schiste, plus les dysfonctionnement actuels du marché du carbone qui font qu'EDF ne paye que très peu de pénalité quand il l'utilise. Finalement les centrales étant bientôt fermée et n'étant plus rentable à partir de janvier 2013 quand leurs crédits carbone seront supprimés, c'est aussi l'occasion de les rentabiliser une dernière fois.
Mais visiblement pour le Medde, tous les moyens sont bons pour noircir le tableau du nucléaire. Quitte à ce que le résultats final soit que bien plus que 0,2% de notre électricité soit générés avec des moyens fossiles
a écrit le 16/10/2012 à 15:36 :
La fermeture des centrales à charbon d'Eon est-elle pertinente? (du point de vue français)
a écrit le 16/10/2012 à 9:45 :
Ce que l'on ne dit pas c'est que le nucléaire rejette beaucoup de CO2 car il faut faire produire des centrales à charbon quand les centrales nucléaires sont en maintenance ce qui arrive 33% du temps en France !!!
Réponse de le 17/10/2012 à 12:27 :
Apprenez à lire: 33%, c'est l'indisponibilité au mois d'août. Quant au raisonnement, il est spécieux: un sur-dimensionnement du parc nucléaire ne créerait pas de CO2. Les compagnies d'autobus n'ont pas recours aux voitures à chevaux lorsque leur matériel est en révision.
a écrit le 15/10/2012 à 17:40 :
Est ce une strategie pour prouver que l'on ne peut pas fermer Fessenheim???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :