Fessenheim : la mission de Rol-Tanguy débute par un affrontement avec la CGT

 |   |  560  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Francis Rol-Tanguy, le nouveau délégué interministériel chargé de la fermeture de la centrale de Fessenheim, a été empêché vendredi d'entrer sur le site par des salariés mécontents. « Un bel acte de résistance », se félicite la CGT.

La précaution prise par le gouvernement de choisir un homme proche des communistes pour fermer la centrale nucléaire de Fessenheim a tout de suite montré ses limites. Nommé mercredi en conseil des ministres, Francis Rol-Tanguy, fils du grand résistant communiste Henri-Rol Tanguy, ancien directeur de cabinet du ministre des Transports Jean-Claude Gayssot (PCF), n?a pas pu vendredi entrer dans la centrale. « Un bel acte de résistance », s?est immédiatement félicitée la CGT dans un communiqué.

"Arrivé à zéro on a repoussé M. Tanguy sur le trottoir d'en face"

"Ce matin il y a eu une assemblée générale du personnel, elle a décidé que M. Tanguy ne devait pas rentrer", a expliqué à l'AFP le délégué CGT du site Jean-Luc Cardoso. "Le personnel lui a signifié qu'il n'avait rien à faire ici, parce qu'on n'a pas besoin de liquidateur", a-t-il ajouté. "Les gens ont fait un décompte, et arrivé à zéro on a repoussé M. Tanguy sur le trottoir d'en face", a-t-il expliqué, ajoutant que les salariés voulaient accomplir "un geste fort".


"Maintenant, on va attendre de voir ce que M. Tanguy va dire avant de voir quelles actions on va entreprendre la semaine prochaine", a-t-il conclu. "J'aurais préféré que le dialogue s'engage aujourd'hui, mais il s'engagera en janvier", a réagi Francis Rol-Tanguy devant des journalistes, ajoutant qu'il comprenait "très bien la première réaction des salariés de Fessenheim".

"La CGT continuera à se battre"
Rien ne presse en effet puisque c?est fin 2016 que François Hollande s?est engagé à fermer cette centrale nucléaire, la plus ancienne en activité en France, qui emploie 800 agents EDF et 250 prestataires. La CGT a tout de suite fait connaître la couleur. « La CGT continuera à se battre contre ce qui représente un gaspillage industriel, économique, environnemental et social », a indiqué la centrale dans son communiqué. « Le gouvernement n?en a-t-il pas assez avec Florange, PSA, Pétroplus? pour décider de lui-même une fermeture d?une entreprise pour faire un cadeau à ses alliés politiques ? », a ajouté le syndicat.
Le rôle de Francis Rol-Tanguy a été précisé par le décret du 11 décembre 2012 créant son poste de délégué interministériel. Il "est chargé de préparer et de coordonner (...) les opérations nécessaires à la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim et à la reconversion du site". Pour ce faire, il devra conduire en lien avec l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) la négociation d'un protocole d'accord avec EDF, l'exploitant de la centrale.

Quatre ans pour négocier toutes les conditions de la fermeture

Cet accord devra porter sur "les conditions juridiques, techniques, économiques et sociales de la fermeture", "les conditions de démantèlement de l'installation", "les modalités d'accompagnement des salariés" et "les modalités de participation d'EDF concernant l'avenir du bassin de vie et d'emploi de Fessenheim".
Le délégué a également pour mission d'élaborer un "plan permettant d'assurer l'équilibre du réseau (d'alimentation électrique) local, national et, le cas échéant, transfrontalier". En ce qui concerne l'aspect reconversion du site, le délégué devra élaborer une "stratégie globale" prenant en compte l'impact direct de la fermeture sur l'ensemble des activités économiques locales.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2013 à 17:52 :
Depuis quand l'Allemagne est un exemple en matière de politique énergétique
a écrit le 20/12/2012 à 1:23 :
Quatre ans pour fermer une centrale quand les Allemands ont tout arrêté en même pas 6 mois ???
Il y a vraiment un problème de compétitivité...
...Ou bien on cherche encore à enfumer tout le monde (et on prie pour que le nuage ne soit pas nucléaire!)!!!
a écrit le 15/12/2012 à 11:09 :
Moi aussi je soutiens la CGT dans ce combat. Détruire un bien public en bon état et le remplacer par une filière polluante de centrales à gaz c'est un crime contre l'économie de ce pays autant que contre le climat de la planète. Voir à ce sujet : http://videos.senat.fr/video/videos/2012/video12508.html. Il faut que les citoyens de ce pays se mobilisent contre la casse des centrales par les idéologues verts.
a écrit le 15/12/2012 à 9:14 :
Pour sauver les emplois dans cette centrale, le gouvernement doit envisager la nationalisation ! C'est indispensable et urgent !
a écrit le 15/12/2012 à 7:43 :
Une fois n'est pas coutume,je dis bravo à ces travailleurs qui préservent cette centrale de production d'électricité très utile à notre pays.
a écrit le 15/12/2012 à 0:16 :
Bravo la CGT ! Ne vous laissez pas faire par ce gouvernement...
Réponse de le 21/10/2014 à 6:50 :
rien de bien nouveau dans cet article. Les allemands ont une position simple: les séparatistes sont responsables car ils ont "revendiqué " l'attaque et avaient les moyens techniques de la mener à bien. Sans tomber dans des théories conspirationnistes il est possible d'avancer d'autres explications. D'abord à qui profite le crime ? Certainement pas aux séparatistes. Ensuite est-il possible que l'avion est été abattu par un autre avion, la réponse est clairement oui à la condition de ne pas le faire avec un avion d'attaque au sol ! l'Ukraine ayant dans son armée de l'air tout ce qu'il faut pour une telle opération qui n'a rien de compliqué on peut facilement imaginer quand on connaît la réalité sur le terrain, un oligarques ukrainien très impliqué dans la guerre contre les indépendantistes (qu'on ne nommera pas mais que tout le monde connaît) en mesure de payer 2 pilotes pour faire le boulot. Pour les échanges radio se félicitant d'avoir abattu l'avion rien de bien difficile dans le fait d'utiliser la fréquence radio de l'adversaire, rien n'est crypté. La théorie peux paraître tirée par les cheveux mais je la trouve aussi crédible que l'inverse car maintenant si on veut que les indépendantistes soient coupable il faut admettre qu'ils sont tous particulièrement incompétents ce qui toujours possible mais dans ce cas les russes auraient confié un système anti-aerien très sophistiqué impliquant plusieurs véhicules portant différents types de radars à des novices alors que dans le même temps ils sont sensés avoir envoyé plusieurs milliers d'hommes dans la région. Aucun opérateur un minimum entraîné ne va confondre un avion su 25 avec un 777 !! Il est par ailleurs incroyable que les américains n'ai pas montré de photos satellites du tir, par temps clair en plein jour, alors que ce missile laisse une trace très visible dans le ciel bien après le tir. Il est également très surprenant que les séparatistes est réussi si efficacement à " nettoyer " le site du crash de tous les morceaux de missiles qui doivent inévitablement s'être mélangés aux débris de l'avion.
a écrit le 14/12/2012 à 22:34 :
Bravo la CGT de Fessenheim, pour une fois vous pouvez gagner et j'espere que vous gagnerez contre le lobby des pseudos ecolos.
a écrit le 14/12/2012 à 21:16 :
La siyuation est surréaliste puisque , ce n'est pas (comme pour Arcelor ou Peugeot) ,le patron(EDF) ,qui demande la fermeture et ainsi de licencier 5000 personnes (entreprises et sous traitants de l'indistrie nucléaire);mais , le gouvernement ! (Montebourg????!) !.Bravo ,cette fois çi à la CGT qui semble avoir compris de quoi il retournait (Faire plaisir à qqs écolos pour obtenir leur soutien passif à l'assemblée..) !
a écrit le 14/12/2012 à 19:51 :
Alors, Rol-Tanguy a changé de bord ! Fini la résistance : il collabore !
a écrit le 14/12/2012 à 19:32 :
Faudrait pas oublier de préciser que ces même cgtistes , manifesté pour la fermeture de fessenheim en août 2003 après une canicule qui a faillit faire "péter" la centrale !! D'ailleurs le "peuple alsacien" aussi réclamer la fermeture de cette centrale jugé "hors d'âge" en 2003... Que c'est il passer entre temps ?? Qu'est ce qui a changer ??
a écrit le 14/12/2012 à 19:30 :
Allo Montebourg ......Allo.......Allo.......plus de Montebourg !! Il ne laissera pas fermer Fessenheim, notre ministre du redressement productif !! Le nombre de salariés virés
sera superieure à Florange !!! Allez Monteboug réveilles toi vieux !!!
a écrit le 14/12/2012 à 17:49 :
Vive la CGT qui se bat pour que les français aient l'électricité la moins chère d'Europe !
Réponse de le 20/12/2012 à 1:59 :
Le lien entre une explosion d'une bombe à l'uranium et un accident nucléaire dans une centrale chargée avec du plutonium est complètement imbécile !
Les proportions, les conséquences et l'étalement de l'évènement dans le temps ne sont pas du tout les même.
Enfin, il faut considérer qu'aujourd'hui, il serait criminel de construire Fessenheim à cet endroit. C'est sur une zone sismique, et le risque m^me faible n'est pas à prendre. Sous le cours maxi du Rhin (en cas de crue décennale voire centennale, le bâtiment réacteur est sous l'eau ainsi que les groupes diesel de secours et pompes de refroidissement.
Enfin en cas d'accident sévère à Fessenheim, c'est toute l?Alsace, la vallée du Rhin le nord de lAllemagne qui est en danger,et tout ça jusqu'à l'estaiure aux Pays bas! Presque que des zones économiques et industrielles importantes.
Je vous laisse voir les effets que ça peut engendrer, ou j'y ajoute également les rejets aérien (difficile à mesurer). En tenant compte d'un vent comme pour Fukushima, des courants du bassin rhénant des zones de population denses proche des centrales, et on et bon pour évacuer (totalement) disons dans un cône sous le vent dominant jusqu'à ...Allez, au moins 80à 100 Km pour ne pas exposer gravement les enfants et personnes fragiles (mais ils seront quand même contaminé), à certain endroit beaucoup plus...)
ET encore, le risque est un peu moindre vu que Fessenheim n'est heureusement pas chrgé au Mox (se qui devrait limiter l'accident au mieux à 30 ou 40 ans... Mais avec quel cout sanitaire pour les personnes, pécuniaire pour la région (et les région impactée demanderont sans doute des compensations et qu'on leur verse des fonds!!!

C'est trucs là, c'est la pire des vacheries. ET personne ne gère le risque sérieusement ! Il n'y a qu'à regarder le gouvernement Japonais qui à remonté d'un facteur 20 tous les seuils, et ne parle pas d'évacuer des zones entières qui sont peuplées... Les taux de cancers de la tyroide des enfants y explosent déjà... Mais c'est sans doute normal !

On pourrait même mettre en place une reconversion sur les activités de démontage qui emploierai les ouvriers du site pendant encore 30 ans mini... Mai on fait plutôt rien parce que le courage politique manque cruellement.
La CGT ferait mieux de s?intéresser aux dosimètres des vacataires qui cumulants plusieurs fois la limites pour plusieurs prestataires sont carrément au dessus des limites actuelles...
Mais ça fait moins rassembleur aux prochaines élections syndicales.. !

Tout cela est navrant !
a écrit le 14/12/2012 à 17:48 :
Bravo la CGT ! Continuez à soutenir le nucléaire français.
a écrit le 14/12/2012 à 17:33 :
Le problème n'est pas tant la CGT, mais tout simplement les alsaciens ! Paris ne leur a pas demandé leur avis, pas de référendum,... et rien n'est prévu en remplacement de Fessenheim pour alimenter l'Alsace en électricité, ni pour honorer les contrats de fourniture d'électricité à l'Allemagne et à la Suisse...
a écrit le 14/12/2012 à 17:15 :
La CGT à géométrie variable virant l'agent du gouvernement d'une centrale nuc.
C'est à mourir de rire ou bête à pleurer ?
a écrit le 14/12/2012 à 17:12 :
Bravo la CGT pour une fois je les soutiens. N'y a t il pas un site de soutien ou un autre pour signer une petition de soutien et contre la fermeture de la centrale ?
a écrit le 14/12/2012 à 17:02 :
La CGT a raison de faire de la résistance et de défendre l'outil industriel de la France ! La venue de ce Monsieur était de la pure provocation.
Réponse de le 15/12/2012 à 23:47 :
Aimerai qu'ils fassent de la résistance. .. ils ne font que se protéger leur pre carré. .. les accord s de salaires avec le patronat : ils baissent leurs frocs, touche le chèque d'indemnités et se barrent en rigolant... meme plus de slogan pété. .. le patrimoine de certains syndicalistes est écoeurant. .. et je ne parle pas de la situation dans organismes paritaires quznd ils sont patrons... ce sont les pires
a écrit le 14/12/2012 à 16:48 :
Les cocos tapent sur le coco ?
a écrit le 14/12/2012 à 16:34 :
Une solution "à la Montebourde" : nationaliser Fessenheim!
Réponse de le 14/12/2012 à 16:51 :
Et oui, on ferme même des centrales nationalisées ! Montebourg vas-t'il se ruer à leur secours ? Hollande a promis la fermeture par simple calcul électoral maintenant c'est à lui d'assumer, il a encore un beau bâton merdeux.
a écrit le 14/12/2012 à 16:26 :
Suis-je le seul a etre indigne par le coup de force inacceptable des cegetistes au mepris de toute loi ?!
a écrit le 14/12/2012 à 16:20 :
Si ils ne veulent pas du plan de reconversion à la CGT, le gouvernement fera des économie en fermant a l'anglo-Saxone!! Au vue des déficits se sera toujours ça de pris.
a écrit le 14/12/2012 à 16:15 :
Pas facile pour le "jeunot" Francis de ressembler à l'ancêtre résistant ! Ahh, quelle est dure, cette lutte !
Réponse de le 14/12/2012 à 16:28 :
Avec quelques CRS il n'aurait pas eu de mal a se faire respecter. En général c'est indispensable quand on traite avec les gauchos de la CGT.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :