Fessenheim : « Il faut cinq ans pour mettre légalement à l'arrêt un réacteur ! », selon le patron de l'ASN

 |   |  546  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
André-Claude Lacoste, président de l'Autorité de sureté nucléaire (ASN), auditionné mardi par des sénateurs, a souligné qu'il fallait compter 5 ans pour obtenir un décret de mise à l'arrêt d'une centrale. Mais « rien n'empêche d'arrêter le réacteur et de décharger le combustible avant ».

Les sénateurs membres de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (Opecst) ont longuement interrogé mardi le patron de l?Autorité de sûreté nucléaire (ASN) sur le principe et les modalités de l?arrêt d?un réacteur. « Une mise à l'arrêt d'un réacteur est-elle (légalement) possible en l?absence de risque relevé par l?ASN?", s'est enquis Bruno Sido, sénateur UMP de la Haute-Marne. « Une loi sur la politique énergétique peut permettre de fermer une centrale nucléaire sans motif de sûreté », a répondu André-Claude Lacoste. « L?Etat, actionnaire majoritaire d?EDF, peut lui imposer de fermer une centrale sans motif de sûreté », a-t-il ajouté, provoquant des remous parmi les sénateurs.

Confirmation par l'Elysée de la fermeture de Fessenheim le 31 décembre 2016 au plus tard
L?Elysée a en effet confirmé lors du conseil de politique nucléaire qui s?est tenu le 28 septembre les deux engagements du candidat Hollande : la «réduction de la part du nucléaire de 75% à 50% à l?horizon 2025 dans la production d?électricité française. Dans cette optique, les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim seront arrêtés définitivement au plus tard le 31 décembre 2016. Le Premier ministre confiera à une personnalité qualifiée placée sous l?autorité de la ministre en charge de l?Energie la mission de préparer cette fermeture dans des conditions économiquement, techniquement et socialement responsables », a écrit l?Elysée dans un communiqué le 15 octobre.

Le démantèlement de Fesseheim prendra 20 à 25 ans
Concernant Fessenheim, Lacoste a précisé que son démantèlement "peut sans doute prendre 20-25 ans ». "Ce sont des opérations longues, bien qu'on les qualifie de démantèlement immédiat", a-t-il souligné. Le patron de l?ASN, dont le mandat expire en novembre, a en outre estimé à cinq ans le délai entre le moment où EDF va commencer à constituer le dossier de mise à l'arrêt définitif et de démantèlement et celui où le décret de mise à l'arrêt pourra être pris. Il faut, selon lui, deux ans pour constituer un dossier de fermeture de réacteur, et trois ans pour aboutir à un décret.

Mais il faut cinq ans avant que ce démantèlement puisse commencer
"Ca n'empêche pas la mise à l'arrêt, ça n'empêche pas un certain nombre d'opérations", comme le déchargement du c?ur du réacteur, "mais ça empêche l'opération de démantèlement proprement dite", a-t-il précisé. Interrogé sur les travaux prescrits par l'ASN en juillet 2011 sur le réacteur n°1 de la centrale, André-Claude Lacoste a estimé qu'"il n'y a pas de raison de retarder ces travaux, dans la mesure où ils sont faisables, dans la mesure où il sont programmés, dans la mesure où ils sont techniquement tout à fait définis".
Le président de l?ASN, a ajouté que l'ASN serait sans doute amenée à prendre des décisions "du même genre", probablement en janvier 2013, sur le réacteur n°2 de Fessenheim. "Là aussi nous n'aurons aucun scrupule à imposer que les travaux soient faits dès que possible", a-t-il précisé.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2013 à 23:05 :
Erratum ...Depuis début novembre 2012, c'est Pierre-Franck Chevet qui est devenu le président de l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN).Besoin d'actualisation !
a écrit le 15/12/2012 à 15:42 :
On peut encore espérer que la mise à l'arrêt de Fessenheim soit repoussée au-delà de 2017, faute de solution de remplacement, et que cela soit donc alors remis en question quand Hollande et son gouvernement auront été mis définitivement à l'arrêt... J
a écrit le 13/11/2012 à 17:16 :
@atomicD

Pour la remplacer par 2 EPR, il faut juste débourser 12 milliards d'? et compter une petite dizaine d'années pour les construire, sachant qu'il y en a 30 autres qui ont plus de 30 ans.

Eh oui, le nucléaire est tout simplement condamné par les lois du marché pour plusieurs raisons :

PRIX : il est déjà moins cher de produire de l'électricité solaire aux USA, en Inde et en Espagne (4c le kWh*), et bientôt en France (2015 à 2020 d'après le ministère de l'industrie), et ce d'autant plus si vous rajoutez tous les énormes coûts cachés qu'il faut additionner aux 9c du kWh de Flamenville (recherche**, assurance***, démantèlement**** et déchets*****).

http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/materiaux-thematique_6342/la-premiere-mega-centrale-solaire-sans-subvention-va-naitre-en-espagne-article_71789/

http://www.industrie.gouv.fr/portail/secteurs/enersolairephoto.html

DELAIS : L'Italie a installé une capacité de 9 GW photovoltaïques en 1 an en 2011 (soit la capacité d'1,1 réacteur nucléaire en tenant compte du taux de disponibilité). Il a fallut 13 ans pour construire le dernier réacteur français (Civaux). En combien de temps la France peut-elle remplacer ses 23 réacteurs de plus de 30 ans par 13 EPR ? Mieux vaut fermer les yeux, croiser les doigts et continuer avec les anciens...

MATIERE PREMIERE : L'AIEA estime à 159 000 t /an la consommation d'uranium d?ici une à 2 décennies et les réserves mondiales à 6 millions t (dont 3,3 prouvées). 6 Mt / 159 000 = 38 ans. Cela vaut-il le coup de prendre le risque d'un fukushima (qui a faillit arriver à la centrale du Blayais lors de la tempête de décembre 1999) et de laisser des déchets pour des centaines de milliers d'années pour 38 ans d?électricité ?

ADAPTATION A LA DEMANDE : le nucléaire est très peu adaptable et l'adéquation à la demande se fait principalement par l'hydraulique et les centrales à gaz. Jusqu'à présent, la politique française de développement du chauffage électrique (75% des constructions neuves) permettait d?empêcher le développement des énergies intermittentes, tout en offrant un débouché à l'électricité nucléaire.
Avec les énormes perspectives du stockage solide de l?hydrogène, à T° et pression normales, donc sans danger, l?énergie produite par le solaire, l'éolien, etc... pourra être stockée (sous forme d'hydrogène obtenu par hydrolyse de l'eau) et utilisée à la demande sans passer par le réseau électrique, via des piles à combustible. De plus, l'hydrogène est en passe de pouvoir être produit très simplement et à bas coût de manière délocalisée par photosynthèse artificielle, tout en produisant de l'eau dépolluée !
http://ressources-et-environnement.com/2011/03/la-premiere-feuille-artificielle-%C2%AB-fonctionnelle-%C2%BB/

http://www.techniques-ingenieur.fr/actualite/environnement-securite-energie-thematique_191/decollage-du-stockage-de-l-hydrogene-sous-forme-solide-article_59726/

Donc, pas d'inquiétude pour alimenter les futures voitures à PAC, mais la vraie inquiétude devrait concerner toutes les actions de lobbying qui vont être faites par certains, extrêmement puissants, pour retarder voire empêcher le développement d'une économie hydrogène, et donc protéger la filière obsolète du nucléaire, et leurs intérêts économiques.


* Centrale solaire à 250 m?, soit 304 m? avec un taux d?intérêt à 4% sur 15 ans. 400 GWh / an, soit 10 TWh sur 25 ans. 304 m? / 10 TWh = 0,03 ? + 0,01 ? coûts de maintenance (105 employés).
** Recherche : 55 milliards ? depuis 1957 d?après la cour de comptes soit environ 1 milliard / an
*** Assurance : la responsabilité d?EDF est limitée à 700 millions ? en cas d?accident. Tchernobyl est évalué à 1000 milliards $. En cas d?accident (et Fukushima a faillit arriver près de Bordeaux lorsqu?une vague a noyé et coupé l?alimentation des réacteurs 2 et 4 de la centrale du Blayais le 27 décembre 1999. Heureusement les générateurs de secours ont fonctionné, ce qui n?a pas toujours été le cas, comme par exemple le 14 avril 1984 à la centrale du Bugey), les 99% restant seraient à la charge des contribuables.
**** Démantèlement : Le gouvernement Britannique a annoncé, le 30 mars 2006, sa décision de confier au secteur privé le démantèlement de ses 35 réacteurs nucléaires, pour un coût de 103 milliards d'euros soit 3 milliards par réacteur. EDF a provisionné 13,4 milliards fin 2010, soit le démantèlement de 4 réacteurs au prix anglais. La France compte 58 réacteurs
***** Déchets : demi vie du Plutonium : 22 000 ans, Thorium : 75 000 ans, Césium 135 : 6 millions d?années, Iode 129 : 15,7 millions d?années. Rappel : la naissance de Jésus Christ serait datée d?environ 2000 ans.
http://www.global-chance.org/IMG/pdf/GCnHS2p8-9.pdf



Réponse de le 14/11/2012 à 14:15 :
Si le démantèlement est si cher, et bien, ne soyons pas idiots, n'arrêtons pas les réacteurs, tout simplement! En attendant, la quatrième génération arrive (moins consommatrice en uranium) jusqu'à la fusion, en 2050 environ. De plus, le gouvernement actuel a confirmé la mise en construction du projet ITER. Le nucléaire en baisse, je n'y crois évidemment pas, puisqu'on fait tout pour avoir de meilleures technologies dans ce domaine, et tant mieux!
Si le gouvernement en place avait continué d'engager des constructions d'EPR, le délais de remplacement aurait été moins long, mais c'est une affaire de 5 ans.
Le prix de l'électricité va augmenter? Non. Dans les années 70-80, la France a engagé un gros programme nucléaire (58 réacteurs, plusieurs milliards de francs) et, comme par magie, le prix de l'électricité n'a fait que diminuer! Alors ce n'est pas en construisant UN EPR que l'on va se ruiner!
a écrit le 18/10/2012 à 19:34 :
C'est une bonne nouvelle: ça veut dire que le prochain gouvernement pourra rouvrir Fessenheim (ou la remplacer par deux EPR, ce qui serait encore mieux)!
Autre chose, je ne comprends toujours pas comment ce cher François Hollande compte faire passer le nucléaire de 75 à 50% en fermant seulement Fessenheim (sans compter que Flamanville3 sera mis en service en 2016) d'ici 2025, surtout qu'il a très peu de chances d'être réélu!
Est-ce que quelqu'un pourrait enfin répondre à mon interrogation?
Réponse de le 18/10/2012 à 22:40 :
C'est simple, François Hollande se paie votre tête. Ca s'appelle le socialisme.
Réponse de le 19/10/2012 à 21:05 :
Ah, c'est bien ce qui me semblait! Merci!
a écrit le 18/10/2012 à 1:43 :
S'il ne faut que cinq ans, ça va. Le changement c'est maintenant !
a écrit le 17/10/2012 à 16:26 :
Normal, vu les mille autorisations a demander pour en demarrer une, yvonpa se laisser faire aussi simplement, ah mais!!!
a écrit le 17/10/2012 à 12:34 :
J'en connais une a Fukushima qui c'est arrêtée bien plus vite que en 5 ans, plutôt 5 mn.
Réponse de le 17/10/2012 à 16:06 :
Riche idée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :