Émissions de CO2 en 2014 : vers un record à 37 milliards de tonnes

 |   |  348  mots
Les émissions de CO2 continueraient leur trajectoire croissante, d'après le Global carbon project, concordant avec le pire des scénarios évoqués par le GIEC.
Les émissions de CO2 continueraient leur trajectoire croissante, d'après le Global carbon project, concordant avec le pire des scénarios évoqués par le GIEC. (Crédits : Reuters)
Les émissions de dioxyde de carbone atteignaient 36,1 milliards de tonnes en 2013. Le Global carbon project prévoit pour 2019 des émissions de dioxyde de carbone qui atteindraient 43,2 milliards de tonnes.

La fièvre de la planète monte, avec pour principale cause, les émissions de gaz carbonique, qui pourraient atteindre 37 milliards de tonnes en 2014. C'est ce qui ressort de l'étude du Global carbon project, publiée le 21 septembre. Ces émissions de CO2 ont cru de 2,3% en 2013 pour atteindre 36,1 milliards de tonnes cette année-là. Une nouvelle qui tombe avant le sommet de l'ONU sur le climat, prévu mardi 23 septembre.

16,4 tonnes de CO2 par Américain

L'organisation indique, dans son budget carbone, qu'un Chinois émet désormais davantage qu'un Européen, avec 7,2 tonnes de CO2 par tête dans l'ex-empire du Milieu en 2013, contre 6,8 tonnes par tête dans l'Union européenne. Mais les Chinois restent loin derrière les Américains, puisqu'en 2013 un Américain émet 16,4 tonnes de CO2.

Cependant, la tendance est à une réduction de cet écart par habitant entre les deux grandes puissances mondiales car en matière d'émissions globales, la Chine est largement devant les États-Unis et ses émissions croissent à un rythme soutenu (4,2% en 2013). Seule l'Inde croît à un rythme supérieur (5,1%), tandis que l'Union européenne réduit ses émissions en 2013 (-1,8%).

Le pire des scénarios envisagé

À plus brève échéance, le Global carbon project prévoit pour 2019 des émissions de dioxyde de carbone qui atteindraient 43,2 milliards de tonnes. Même si les Américains resteraient les plus gros émetteurs (par tête), leurs émissions se réduiraient à 15,6 tonnes par habitant, tandis que celles des Chinois continueraient leur ascension, avec 8,9 tonnes par habitant. Du côté de l'Union européenne, la réduction des émissions de CO2 serait plus lente, l'organisation prévoyant 6,4 tonnes de CO2 émises par européen.

Quoique la croissance des émissions de CO2 est plus faible par rapport aux années 2000 (moyenne annuelle de 3,3%) d'après le Global carbon project, l'organisation considère que la trajectoire des émissions de gaz carbonique concorde avec le pire des scénarios évoqués par le Groupement d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), qui table sur une hausse de la température mondiale de 3,2 à 5,4°C d'ici 2100.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/09/2014 à 20:14 :
Excellente nouvelle. Là, c'est du suicide collectif.
Réponse de le 23/09/2014 à 19:15 :
Ou un bienfait pour le reste des animaux et plantes
a écrit le 22/09/2014 à 17:34 :
ça devient dramatique pour nos enfants et générations à venir mais hélas beaucoup sont insensibles et ne voient que leur petit confort actuel.
Réponse de le 22/09/2014 à 20:31 :
Après moi le déluge.
Réponse de le 23/09/2014 à 19:14 :
Mais non c'est juste qu'il ne faut pas que l'homme monte dans l'arche... Ca laissera une chance aux autres espèces animales comme végétales de retrouver un équilibre... Après tous on est pire que les virus!!!
a écrit le 22/09/2014 à 17:05 :
classe les moteur diesel plus propre. ;-)
Réponse de le 22/09/2014 à 22:22 :
diesel = moins de co2 certes, mais ça rejette d'autres gaz qui ne valent pas mieux
a écrit le 22/09/2014 à 16:28 :
Economiser l'énergie, d'accord.
La température actuelle est la plus forte depuis un siècle, d'accord (même si elle marque un palier depuis 1998).
Mais plus j'examine les pièces du dossier (études publiées dans des revues à relecteurs), plus je constate que augmentation de température et de la concentration en CO2 atmosphérique ont plus de conséquences positives que d'inconvénients.
Alors...
Réponse de le 22/09/2014 à 23:46 :
Non mauvais constat car la mer monte et c'est très lourd de conséquences quand la majorité du monde vit au bord des océans (+ agriculture avec montée de sel à l'intérieur des terres), les dérèglements climatiques ont un coût très élevé et les assureurs confirment, de plus il y a tendance vers l'acidification des océans = moins de ressources halieutiques. La meilleure solution est un "équilibre" avec moins de C02. La nature aime l'équilibre car elle prend le temps de s'adapter.
Réponse de le 23/09/2014 à 19:17 :
Si on veux aider la nature, c'est moins d'humain qu'il faut!
a écrit le 22/09/2014 à 16:12 :
normal tout ça. On déstocke le carbone fossile , puisqu'il faut de plus en plus d'énergie pour assurer le niveau de vie même minimal d'une population humaine qui explose. Pas besoin d'être écolo pour comprendre ça. Mais réduire la population c'est tabou......
a écrit le 22/09/2014 à 13:57 :
Que vont nous inventer tous les sauveurs de la planète pour enrayer cette montée?
Seul une réduction de l'activité: transport et production aurait peut-être un effet. mais que faire avec une société libérale qui ne sait prôner que la croissance. et de quel droit empêcherions nous les pays sous développés et émergents à stopper leur croissance?
Heureusement les "grands de ce monde vont bientôt disserter à New York sur le pb accroissant au passage les émissions de carbone! Nous voilà sauvés!
a écrit le 22/09/2014 à 13:15 :
Pour protéger le climat il faut taxer l'énergie et si on utilise la taxe sur l'énergie pour financer les retraites, plus de problème. (le plus est négatif)
Réponse de le 22/09/2014 à 23:48 :
Oui mais quand on augmente le carburant de quelques centimes qui équivaut à 2 euros de plus pour un plein, çà râle déjà ! Pourtant c'est une bonne solution de taxer les énergies polluantes qui ont de meilleures applications que combustibvles, au profit des énergies renouvelables et moins polluantes.
a écrit le 22/09/2014 à 12:55 :
Triste résultat, surtout celui en provenance d'outre-atlantique. Il est grand temps d'engager une nouvelle révolution industrielle, les occidentaux ont tout à gagner à ne plus dépendre du pétrole.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :