Areva : l'Etat favorable à la cession des réacteurs nucléaires à EDF

 |   |  437  mots
Areva et EDF, détenus respectivement à 87% et 84,5% par des capitaux publics finaliseront les principes de ce projet dans un délai d'un mois, selon l'Elysée.
Areva et EDF, détenus respectivement à 87% et 84,5% par des capitaux publics "finaliseront les principes de ce projet dans un délai d'un mois", selon l'Elysée. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
L'Etat, qui détient 84,5% d'EDF et 87% d'Areva, a finalement opté pour le scénario faisant d'EDF l'actionnaire principal de l'activité réacteurs du groupe nucléaire. Des fonds publics devraient également servir à la recapitalisation d'Areva.

L'Etat a finalement choisi entre les deux scénarios sur la table: d'une part, la reprise totale ou partielle de l'activité réacteurs d'Areva par EDF, de l'autre la création d'une coentreprise avec l'électricien pour les seules activités ingénierie du groupe. Il préfère la première option.

EDF "a vocation à devenir actionnaire majoritaire" de l'activité réacteurs du groupe nucléaire, affirme l'Elysée dans un communiqué cité par l'AFP. L'Etat, qui détient 84,5% d'EDF et 87% d'Areva, "recapitalisera Areva en investisseur avisé, à la hauteur nécessaire", est-il ajouté.

Il s'agit du résultat de la réunion qui a eu lieu mercredi 3 juin autour de François Hollande.

Une société dédiée

"Dès à présent, les activités de conception, gestion de projets et commercialisation des réacteurs neufs d'EDF et d'Areva seront rapprochées dans une société dédiée", explique  le communiqué. Ces activités rassemblent environ 1.200 personnes, sur 44.000 salariés.

"Ce rapprochement permettra une politique d'exportation ambitieuse et le renouvellement futur du parc nucléaire français", estime  l'Elysée.

"Sous réserve de la conclusion d'un accord de partenariat stratégique global avec Areva, EDF a vocation à devenir actionnaire majoritaire de la filiale commune Areva NP, qui rassemble les activités industrielles de construction de réacteurs, d'assemblage de combustible et de services à la base installée. Areva conservera une participation stratégique avec un pacte d'actionnaires"

Areva NP emploie environ 15.000 salariés. Selon des informations de presse, EDF proposerait 2 milliards d'euros et ne reprendrait pas le passif lié au chantier du réacteur de troisième génération en Finlande.

L'Etat recapitalisera Areva

Areva et EDF, détenus respectivement à 87% et 84,5% par des capitaux publics "finaliseront les principes de ce projet dans un délai d'un mois", selon l'Elysée. Et l'Etat "recapitalisera" l'ex-fleuron du nucléaire "en investisseur avisé, à la hauteur nécessaire", a annoncé mercredi l'Elysée.

"L'enjeu, c'est non pas de répondre simplement à une difficulté financière que pourrait rencontrer Areva, mais de pouvoir restructurer l'ensemble de la filière pour la doter d'une nouvelle perspective", affirme l'entourage du président François Hollande, cité par l'AFP.

Areva, qui a accusé une perte nette de près de 5 milliards d'euros en 2014, en raison notamment d'importantes dépréciations d'actifs, a engagé, parallèlement aux réflexions sur son périmètre, un plan d'économies qui pourrait se traduire par la suppression de 6.000 postes dans le monde. Elle s'est donné jusqu'à la fin du mois de juillet pour présenter les modalités de son plan de refinancement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2015 à 22:13 :
Amis contribuables, amis abonnés EDF....
On vous attend.
a écrit le 04/06/2015 à 10:19 :
C'est un secteur stratégique et même vital pour la France. Il était temps que l'Etat actionnaire prenne ses responsabilités.

MACRON +1 !
a écrit le 04/06/2015 à 10:06 :
Le défunt CREDIT LYONNAIS a couté au contribuable une vingtaine de milliards d'euros et AREVA une dizaine de milliards quand même, alors soyons philosophes et en bons contribuables passons à la caisse de "défaisance"
a écrit le 04/06/2015 à 9:07 :
Le gouvernement actionnaire d'Areva et d'EDF va faire payer aux contribuables la facture de l'incompétence des dirigeants d'Areva. Après les banques , l'industrie, les français n'ont pas de chance avec leur soit disant élite.
a écrit le 04/06/2015 à 8:51 :
ca vallait bien le cout de payer anne lauvergeon 1million à l'année ca!
réussir à refiler le bébé nucleaire à edf, chapeau !
a écrit le 04/06/2015 à 8:24 :
y' a pas bousculade au portillon pour racheter AREVA .... sauf erreur !
a écrit le 04/06/2015 à 8:20 :
Avec les entreprises et obligations vendues à l’étranger, n’a-t-on pas affaire à une génération incapable ? Le chômage est au maximum en Europe, il ne se passe rien. Dans les autres pays, on fait de la croissance et des emplois. Pourquoi ne pas faire un programme à 6 millions de pré-retraites, un remboursement dette en application de Maastricht et une suppression des retraites alors que les jeunes sont sans droits avant 25 ans. La France est une économie ringarde avec un Etat qui tue la productivité et classé 10ème en innovation. On fait des pénuries de construction, un pib par habitant en baisse. Pour le taux d’emploi avant crise en Allemagne on est à 71% contre 65 pour la France alors que le traité Lisbonne disait 70% et 3% RD. A quoi ça sert les traités non appliqués ? Depuis la crise le taux d’emploi en France recule et il augmente en Allemagne. Pour l’activité des femmes, selon les publications de la Banque Mondiale, données plus ou moins exactes, on trouve Allemagne 54, Australie 59, Italie 40, Pays-Bas 59, Singapour 59, Suède 60, RU 56, Norvège 61, Grèce 54, Espagne 53, Canada 62, Portugal 55, France 51… on fait dans les fascistes sud Européens petits nazes du baby-boom anti jeunes et anti croissance. L’Europe c’est la loose avec une croissance inférieure de moitié aux usa et le vieillissement. C’est l’appauvrissement général par l’Etat. On parle d’une relance de la filière horticole en 1987, l’Etat a fait un comité, mais depuis 1990, l’export est à 100 et l’import à 1200 millions. Ne fait-on pas dans le travail de cochon de l’administration française ?
a écrit le 04/06/2015 à 7:50 :
Ce n'est pas un hasard si le PDG d'EDF réclame une augmentation de 8% des tarifs. 70mds de CA x 0.08 = 5.6 Mds. et voila le tour est joué. De plus il faudra payer les avantages salariaux des 25000 employés d'areva qui seront alignés sur ceux d'EDF et puis il faut bien que l'état récupère les sommes versées pour recapitaliser et puis qu'ai-je oublié encore ?
a écrit le 04/06/2015 à 7:33 :
Avec "Nôtre" argent , l'état va aider EDF à devenir actionnaire d'AREVA, puis EDF va augmenter les tarifs électriques pour cause d'endettement !!!! Ainsi tourne l'économie Française... ceci est un exemple de cours d'économie de nos Enarques...
a écrit le 03/06/2015 à 22:53 :
Rien sur le rôle d'Atomic Anne (Anne Lauvergeon) sur ce dossier. Des milliards perdus (près de 5) dans les dossiers de Uramin et de l'EPR de Finlande. En échange, Mme a été remerciée avec la Légion d'Honneur en 2009, sans compter un niveau de rémunération lorsqu'elle était Présidente à faire pâlir une ribambelle de ministres. Les moins de 45% de foyers qui vont payer l'impôt pour recapitaliser ce puits sans fond vont apprécier les décisions qui viennent d'être prises. Si on ajoute ces pertes à celles de la Société Générale (Kerviel) on arrive à un total qui, au lieu d'être perdu bêtement aurait résolu le problème des retraites complémentaires du public.
Réponse de le 04/06/2015 à 0:02 :
J'ai voulu dire du privé, bien sûr !
Réponse de le 04/06/2015 à 3:01 :
ducat absolument d accord avec vous concernant madame lauvergeon....on parle beaucoup ces temps ci de la fifa , de sepp blatter et de ses acolytes.....l affaire areva est peut-etre aussi grave. que la presse francaise ait le souci de scruter un peu mieux de quoi sont fait certaines boutiques francaises
Réponse de le 04/06/2015 à 8:25 :
+1: Les gouvernements quels qu'ils soient mettent en place des copains/copines à la tête des grands groupes publics dont l'incompétence, encore une fois démontrée dans ce dossier, amène un fleuron nationale au bord de la faillite. Recasée en conseillère spéciale et autres postes fantoches bien rémunérés, elle n'aura jamais à répondre de ce scandale financier et des milliers d'emplois laissés sur le carreau. A l'image d'Agnès Saal, seul une forte pression populaire pousse les politiques à lâcher leurs soutiens passant de postes en postes au sein de la haute administration. C'est la France...
Réponse de le 04/06/2015 à 23:13 :
@jjdasy
Il n'y a pas grand chose à attendre de la presse française en général. Elle est aux ordres du pouvoir financier, et le lobby nucléaire verrouille bien l'information de son côté. Un journal comme Mediapart en revanche met en lumière depuis longtemps le scandale URAMIN sous la plume de sa journaliste Martine ORANGE. Un ebook est disponible sur le kiosque de Mediapart qui synthétise les articles parus sur le sujet. A lire (coût 3€).
a écrit le 03/06/2015 à 22:16 :
Va t'il recapitaliser Areva ? Devinez !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :