En Guyane, fin de la grève à EDF

 |   |  296  mots
Les grévistes - environ 15% selon la direction - réclamaient notamment que 84 postes vacants soient pourvus, et le paiement des jours de grève.
Les grévistes - environ 15% selon la direction - réclamaient notamment que "84 postes vacants" soient pourvus, et le "paiement des jours de grève". (Crédits : reuters.com)
Alors qu'un accord de fin de conflit a été signé le 22 avril pour lever les barrages du collectif Pou Lagwiyann dékolé, un mouvement social mené par l'UTG Eclairage avait perduré à EDF. Le syndicat aurait obtenu certaines garanties, notamment sur les effectifs.

Après plus d'un mois et demi de conflit, EDF Guyane a annoncé lundi soir avoir trouvé avec le syndicat UTG Eclairage "un accord qui met fin à un conflit démarré le 20 mars" dans le territoire d'outre-mer. "Reprise du travail à EDF", titre le message du groupe posté lundi soir sur son compte Facebook.

Alors qu'un accord de fin de conflit a été signé le 22 avril pour lever les barrages du collectif Pou Lagwiyann dékolé, un mouvement social mené par le syndicat UTG Eclairage avait perduré à EDF. Des salariés grévistes avaient pris le contrôle de deux sites stratégiques qui pilotent l'alimentation électrique et provoqué plusieurs "coupures de courants volontaires", selon la direction d'EDF Guyane.

Des garanties sur l'embauche ?

Les grévistes - environ 15% selon la direction - réclamaient notamment que "84 postes vacants" soient pourvus, et le "paiement des jours de grève". Ils réclamaient aussi "un plan d'action pour l'amélioration des conditions de travail et de sécurité des agents EDF des communes de l'intérieur", la "reconnaissance des compétences du personnel local", et le départ du directeur d'EDF Guyane.

Les conditions de l'accord trouvé n'ont pas été précisées par EDF sur Facebook. Selon Guyane 1ere, "le syndicat UTG Eclairage aurait obtenu des garanties sur leur principale revendication liée à l'embauche. Le plan de rigueur de la direction devrait être suspendu pendant cinq ans et les embauches devraient se faire en fonction des besoins".

Mercredi dernier, le collectif Pou Lagwiyann dékolé avait menacé de reprendre les actions faute de solution au conflit social d'EDF et à celui encore en cours à l'hôpital de Cayenne. Le port de Degrad-des-Cannes à Cayenne avait également été bloqué par "les syndicats de la plateforme portuaire", en soutien à ces deux conflits.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2017 à 16:19 :
Vive la guyane libre, indépendante et fière
De sa culture , de sa réussite économique, de ses alliances régionales
fini l'esclavage

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :