Gazoduc entre l'Espagne et l'Allemagne  : pourquoi la France traîne des pieds

Alors que l’Allemagne, le Portugal et l’Espagne appellent de leurs vœux la construction rapide d’un gazoduc reliant le sud-ouest et le centre de l’Europe en passant par la France, afin de permettre à la péninsule ibérique d'envoyer son gaz aux pays risquant une pénurie en cas de rupture des livraisons russes, l’Hexagone se montre pour le moins frileux. Et pour cause, dans ce dossier épineux, les intérêts économiques divergent, sur fond de compétition internationale pour l’accès au gaz naturel liquéfié (GNL).
(Crédits : ANNEGRET HILSE)

Et si l'on construisait un gazoduc sillonnant les Pyrénées depuis l'Espagne vers la France, afin de permettre à la péninsule ibérique d'envoyer du gaz aux pays européens les plus menacés par l'interruption des échanges avec la Russie ? A l'heure où les prix dudit combustible explosent et que plusieurs Etats du Vieux continent font face à un risque sérieux de pénurie cet hiver, la question revient sur le devant de la scène. Et pour cause, contrairement à l'Allemagne, qui peine à se défaire de sa dépendance à Moscou, l'Espagne et le Portugal disposent de nombreuses infrastructures portuaires pour recevoir du gaz naturel liquéfié (GNL) acheminé par navire des quatre coins du monde. Les deux pays pourraient ainsi le redistribuer par tuyau à leurs voisins les plus en difficulté, dans une logique de solidarité européenne.

C'est en tout cas la volonté exprimée par Madrid, Lisbonne et Berlin ces derniers jours. En effet, tandis que le chancelier Olaf Scholz a estimé vendredi qu'il manquait « dramatiquement » d'une interconnexion qui contribuerait à « soulager et détendre la situation de l'approvisionnement » de gaz, ce projet « est quelque chose que le gouvernement espagnol réclame et demande à l'Europe depuis déjà longtemps », a affirmé mardi le premier ministre espagnol, Pedro Sánchez. L'infrastructure pourrait même être opérationnelle d'ici « huit à neuf mois » seulement côté espagnol, a renchéri le propriétaire et gestionnaire du réseau gazier du pays, Enagás. De quoi promettre dès l'hiver 2023 une solution à la crise profonde qui secoue l'Europe.

La France se contente des infrastructures existantes

Et pourtant, malgré les appels pressants de ses voisins, la France traîne des pieds. « Un tel projet mettrait dans tous les cas de nombreuses années à être opérationnel, le temps des études et des travaux pour ce type d'infrastructures étant toujours de plusieurs années, et ne répondrait donc pas à la crise actuelle », fait-on valoir au ministère de la Transition énergétique.

D'autant qu' « il existe déjà deux interconnexions gazières entre la France et la péninsule ibérique à Birriatou et Larrau, qui contribuent aujourd'hui à la sécurité d'approvisionnement européenne et ont fait l'objet de développements réguliers au cours des 20 dernières années », insiste-t-on au cabinet d'Agnès Pannier-Runacher, même si la capacité de ces deux petits gazoducs n'est que de 8 milliards de mètres cubes par an, contre 55 milliards pour Nord Stream 2 - le gazoduc de la mer Baltique reliant la Russie à l'Allemagne, qui a été arrêté à cause de la guerre. Alors pourquoi ces positions si différentes ?

Compétition pour la vente de GNL

De fait, la France ne trouverait pas forcément son intérêt dans la construction d'un vaste pipeline permettant à la péninsule ibérique de vendre son gaz en Europe centrale. C'est d'ailleurs pour cela que le premier projet de création d'un troisième gazoduc, baptisé MidCat (Midi-Catalogne) et débuté dès 2013 à l'initiative du Portugal et de l'Espagne, avait été abandonné en 2019.

« Grâce à ce projet, Madrid et Lisbonne espéraient devenir une vaste plateforme d'exportation du GNL en Europe, mais une grande partie de l'infrastructure MidCat devait passer par l'Hexagone. Or, quand on construit un tuyau, c'est notamment le pays dans lequel celui-ci passe qui paie. Et les Français ne voulaient pas assumer un coût supplémentaire pour le contribuable, estimé à 3 milliards d'euros, afin de laisser les Espagnols venir les concurrencer dans le nord de l'Europe », explique à La Tribune une source à l'époque proche du dossier.

Par ailleurs, le terminal de regazéification de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhones), mis en service en 2010, permettait déjà à la France d'importer de larges quantités de GNL sans avoir besoin d'un nouveau gazoduc.

Lire aussiInterconnexion gazière Espagne-France : Teréga veut rouvrir l'épineux dossier MidCat

Et la crise énergétique qui secoue l'Europe depuis plusieurs mois ne change pas fondamentalement la donne, affirme aujourd'hui le gouvernement. « La mise en place de terminaux méthaniers dans le Nord et l'Est de l'Europe (et notamment en Allemagne) représente des investissements moindres et plus rapides, a fortiori s'il s'agit de terminaux flottants, plus à même de faire face au contexte actuel. C'est d'ailleurs pour cela que les États membres disposant d'une façade maritime ont aujourd'hui lancé la construction des terminaux méthaniers, qui est plus rapide et permet d'importer du gaz des pays du golf ou des États-Unis », souligne en effet le ministère de la Transition énergétique.

« Leur argument, c'est qu'il serait plus logique sur le plan économique de mettre son argent dans la construction de terminaux GNL partout en Europe plutôt que de construire d'immenses tuyaux pour acheter le GNL espagnol et portugais », commente Jacques Percebois, économiste et directeur du Centre de Recherche en Economie et Droit de l'Energie (CREDEN).

D'autant que la France compte aussi tirer son épingle du jeu, et devenir une porte d'entrée importante du GNL sur le continent. « Le gouvernement entend construire un quatrième terminal méthanier au Havre. S'il y arrive dans les temps, le GNL importé ira a priori à destination de l'Allemagne. Il s'agit donc de s'assurer que le gaz qui passerait par le Havre ne rentrerait pas en concurrence avec celui en provenance d'Espagne », estime Thomas Pellerin-Carlin, chercheur Energie à l'institut Jacques Delors.

Des goulots d'étranglement en amont

Surtout, les principaux goulots d'étranglement se situeraient ailleurs, au niveau de la production : « Le problème principal, ce n'est pas la possibilité de recevoir le GNL en Europe, mais la capacité du monde entier de le générer en amont. A cet égard, une interconnexion franco-espagnole ne résoudrait pas le problème, puisqu'elle ne suffirait pas à couvrir la consommation extrêmement importante de gaz de l'Europe centrale, et notamment de l'Allemagne, en cas de rupture des livraisons de gaz russe », note Thomas Pellerin-Carlin.

De fait, l'offre ne suffira pas à soulager l'explosion de la demande avant 2024 au moins, assure le cabinet Rystad Energy. En-dehors des Etats-Unis, qui font « figure de locomotive, avec 22,3 millions de tonnes supplémentaires l'an dernier », la production totale ne progresse que modestement. Ainsi, tandis que la demande mondiale de GNL devrait atteindre 436 millions de tonnes en 2022, l'offre disponible ne devait pas dépasser les 410 millions de tonnes, selon le cabinet d'analyse. En prenant en compte les projets en construction, les capacités augmenteraient de seulement 2% cette année, prévoit de son côté S&P Global, et de 3% l'année prochaine. Et même à l'horizon de 2026, la planète ne disposerait que d'une centaine de millions de tonnes de GNL supplémentaires. De quoi pousser les gouvernements à s'attaquer à la question du niveau de consommation de gaz, en plus de celle d'une simple substitution de l'offre.

Lire aussiGaz naturel liquéfié (GNL) : pourquoi une crise d'approvisionnement se profile au niveau mondial

Olaf Scholz dégaine l'argument écologique : « Ce gazoduc servira ensuite pour l'hydrogène »

Pour défendre le projet, le chancelier allemand Olaf Scholz s'est inscrit en faux contre la conclusion selon laquelle la construction du pipeline conduirait à inscrire dans la durée la consommation de combustibles fossiles, qualifiant ce point de vue d' « idée fausse ». Selon le membre du SPD, le gazoduc pourrait en effet être utilisé ultérieurement pour l'importation d'hydrogène, qui deviendra une matière première importante dans la production industrielle et devrait être produit à grande échelle en Allemagne, a-t-il fait valoir. Un tel argumentaire est d'ailleurs régulièrement mis en avant par les gestionnaires de réseau Enagas et Teréga, ces derniers affirmant leur volonté de mettre en place un vaste réseau de transport d'hydrogène décarboné à travers l'Europe, via le projet de dorsale européenne de l'hydrogène (European Hydrogen Backbone).

Cependant, « les incertitudes sont très élevées sur les capacités de production et de consommation de l'hydrogène, et donc a fortiori sur le besoin d'une éventuelle infrastructure de transport d'hydrogène de cette envergure avant de nombreuses années », oppose-t-on au ministère français de la Transition énergétique. « Par exemple, certains équipements, notamment les compresseurs à haut débit, ne sont aujourd'hui pas disponibles pour construire un éventuel gazoduc pleinement compatible avec l'hydrogène », explique une source interne à La Tribune. Malgré les déclarations allemandes, l'immense réseau européen de transport d'hydrogène ne devrait donc pas voir le jour de sitôt.

Lire aussiLe stockage et le transport : les deux grands défis du déploiement de l'hydrogène

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 31/08/2022 à 11:12
Signaler
Au rythme où vont les choses, il serait grand temps de penser à nos intérêts : cette infrastructure peut-elle servir durablement nos besoins en approvisionnements ? Si oui, ça c'étudie, sinon c'est non et on passe à autre chose !

à écrit le 22/08/2022 à 19:40
Signaler
Il suffit de lire le MONDE et autres journaux : l'UKRAINE ne va pas tarder à infliger une raclée à la RUSSIE grâce aux lances roquettes américain. La contre-attaque sur KHERSOV va obliger les RUSSES à apprendre à nager. Il n'y a plus qu'à attendre ...

à écrit le 18/08/2022 à 19:04
Signaler
Et pourquoi on accepterait une tranchée de 800 km qui va affecter nos paysages et affecter beaucoup de Français alors que les germains nous regardent de haut pour tous les projets de coopération quand ils ne sont pas à l'affut pour nous piller.

à écrit le 18/08/2022 à 14:48
Signaler
Normalement l'UE veut bannir les énergie fossiles à horizon 2050 donc construire un pipe à travers le pays pour une vingtaine d'années de fonctionnement est un projet débile. Si l'Allemagne et les pays d'Europe Centrale veulent du gaz autre que rus...

à écrit le 18/08/2022 à 10:55
Signaler
Si c'est un tuyau qui pourra fonctionner dans les deux sens, et encaisser l'hydrogène, ça vaut peut-être le coup d'y réfléchir sérieusement.....

le 18/08/2022 à 16:28
Signaler
Eh bien en y réfléchissant sérieusement, et à supposer que l'hydrogène tienne ses promesses d'énergie du futur, on ne voit vraiment pas pourquoi on partirait du principe que cet hydrogène sera majoritairement produit en Allemagne, qui l'exporterait e...

à écrit le 18/08/2022 à 10:15
Signaler
Pour que ce projet aboutisse, ne faut-il tout simplement pas le faire financer ou commissionner par quelques banques d'affaires parisiennes bien connues? Ceci permettrait très probablement d'attirer toutes les faveurs du pouvoir en place, et ce très ...

à écrit le 18/08/2022 à 0:47
Signaler
Ce projet indispensable froisse aussi bien les fournisseurs de gaz historiques que les fournisseurs d'électricité. Les groupes corporatistes qui essaient de l'empêcher le font au détriment des français qui ont besoin d'énergie RENTABLE plutôt que sat...

à écrit le 17/08/2022 à 20:32
Signaler
L'histoire des € 3 Mlds n'a aucun sens car on peut s'arranger mais la construction coûtera très probablement beaucoup plus. Le délai d'un tel projet est au minimum cinq ans car il faut connaître le cheminement du pipe et il y aura beaucoup de résista...

à écrit le 17/08/2022 à 19:47
Signaler
Nous sommes déjà massacrés par un transport routier européen qui anéanti nos infrastructures routières, réglons les problèmes avant d'en ajouter de nouveaux, merci.

à écrit le 17/08/2022 à 19:39
Signaler
Efficience zéro ! Nous avions toutes les structures avec deux gazoducs russes en état de fonctionnement et du gaz pas cher .Maintenant ça patauge grave en Europe, nous sommes en guerre contre la Russie , en mauvais terme avec la Chine et inféodé par ...

à écrit le 17/08/2022 à 19:16
Signaler
L'energie nucleaire n'a pas aucune concurrence le gaz les charbons sont des technologies prehistoriques.

à écrit le 17/08/2022 à 17:54
Signaler
Ce gazoduc coute beaucoup, a un gros impact environnemental et ne sert à rien puisque le goulot est dans la production de GNL pas dans la capacité de transport. Avec 3 milliards on en fait des panneaux solaires sur les toits des maisons... L'argumen...

le 17/08/2022 à 18:20
Signaler
la france n'est pas la poubelle de l'allemagne ces dirigeants penalise la france a chaque possibilité exp un produit fabriquer avec des composants allemand peut se voir interdire a l'exportation alors il faut avoir le meme attitude quite a les pén...

le 18/08/2022 à 12:34
Signaler
Ben dans ce cas ou sont des composants français

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.