Les pays arabes à l'heure de la révolution énergétique

 |   |  857  mots
Le Maroc, pays hôte de la COP 22, a opté pour une politique énergétique ambitieuse, qui vise 42 % d'énergies renouvelables en 2020 (52 % en 2030).
Le Maroc, pays hôte de la COP 22, a opté pour une politique énergétique ambitieuse, qui vise 42 % d'énergies renouvelables en 2020 (52 % en 2030). (Crédits : Reuters)
Les énergies renouvelables gagnent du terrain au Moyen Orient et en Afrique du Nord, y compris dans les pays producteurs de pétrole. Les pays arabes sont en effet largement menacés par les conséquences du changement climatique. Explications.

Alors que les pays membres de l'ONU négocient depuis bientôt deux semaines à Bonn sur les modalités de mise en oeuvre de l'Accord de Paris qu'ils ont adopté en décembre, la transition énergétique apparaît plus que jamais comme le principal levier de la lutte contre le changement climatique. Y compris dans les pays arabes, largement menacés par ses conséquences, comme l'a montré le colloque organisé à Paris par l'Institut du Monde arabe, en partenariat avec La Tribune, le 18 mai dernier.

On ne s'étonnera guère que des pays importateurs d'énergie, comme la Jordanie ou le Maroc, cherchent à se défaire de cette dépendance. Aux bouleversements climatiques perçus par leurs populations, qui menacent jusqu'à leur patrimoine culturel, s'ajoute la volonté de sécuriser leur approvisionnement et d'améliorer leur balance commerciale... Le Maroc, pays hôte de la COP 22, a opté pour une politique énergétique ambitieuse, qui vise 42 % d'énergies renouvelables en 2020 (52 % en 2030). Pour ce faire, il s'est notamment doté d'une structure, l'agence solaire marocaine Masen, qui prend en charge l'organisation des projets et jusqu'à leur financement. Un bon point supplémentaire pour attirer les projets étrangers, en plus de la stabilité politique et du cadre réglementaire qui ont notamment séduit le saoudien Acwa Power, lauréat des trois tranches de la mégacentrale solaire à concentration Noor, inaugurée il y a quelques semaines.

Mise en Bourse d'une partie d'Aramco

Le Maroc innove aussi sur le plan réglementaire. Conformément à la loi 13.09 de 2011, l'autorisation de contrats entre acteurs privés a ouvert un nouveau marché. Les producteurs d'électricité peuvent désormais vendre directement leur production à des industriels, comme le fait le marocain Nareva avec Lafarge, Arcelor ou Air Liquide.

Plus surprenante, « Vision 2030 », la feuille de route annoncée fin avril par l'Arabie saoudite pour s'affranchir de sa dépendance à l'or noir (70 % de ses revenus) à l'horizon 2030, voire plus tôt encore.

On s'en souvient, comme d'autres pays producteurs de pétrole, le royaume wahhabite ne s'était pas montré très allant lors de la COP 21. Certes, le pays s'est fixé des objectifs ambitieux : 41 GW de solaire et 9 GW d'éolien initialement prévus pour 2032. À court de rentrées pétrolières, il a dû repousser l'échéance en 2040, mais pourra notamment compter sur la mise en Bourse d'une partie du pétrolier national Aramco pour financer le programme. L'effondrement du prix du baril depuis la mi-2014 a fortement affecté son budget et illustré sa vulnérabilité à la volatilité des cours. Les subventions à la consommation d'énergie fossile, historiquement très élevées, se réduisent comme peau de chagrin, et les coûts de production d'électricité à partir de pétrole, pour alimenter climatisation et usines de dessalement d'eau, se rapprochent des coûts réels, prohibitifs.

Des énergies de plus en plus compétitives

Dans le même temps, les coûts des énergies renouvelables, eux, ne cessent de baisser, et de façon particulièrement spectaculaire dans la région MENA (Middle-East/North-Africa). Au Maroc, grâce aux conditions exceptionnelles de la côte atlantique, Nareva a pu offrir un tarif inférieur à 30 $ le mégawattheure (MWh), jamais atteint, pour l'appel d'offres éolien « intégré » d'une puissance totale de 850 MW, dont il est lauréat aux côtés de Siemens et Enel. Dans le solaire, les chiffres sont plus frappants encore. Près d'un an après Acwa Power, qui avait défrayé la chronique avec son offre à 5,84 US cents/kWh pour 200 MW, écrasant le précédent record brésilien de 8 cents, c'est un consortium regroupant l'entreprise d'Abou Dhabi Masdar et le saoudien Abdul Latif Jameel qui vient de proposer un tarif à peine croyable de 2,99 cents/kWh pour 800 MW. Ces appels d'offres s'inscrivent dans un projet global de 5 GW d'ici à 2030 pour les Émirats arabes unis, qui doit leur permettre d'atteindre leur objectif de 15 % d'énergie renouvelable en 2030 (7 % en 2020).

Outre la qualité de la ressource, la maîtrise opérationnelle et l'ingénierie financière contribuent à cette compétitivité. Cependant, dans l'état actuel des choses, ce tarif n'est pas duplicable. Comme le souligne Roberto de Diego Arozamena, qui dirige la division « Énergie » d'Abdul Latif Jameel, il résulte de conditions exceptionnelles, depuis le prix du terrain au coût du financement, en passant par les économies d'échelle sur les équipements. En mettant le prix du solaire en dessous de celui du charbon, le signal adressé au monde de l'énergie n'en reste pas moins fort.

Ces entreprises locales (ou leurs divisions spécialisées dans les énergies renouvelables) dont pas une seule n'était née au début des années 2000, prospèrent à la faveur de ce basculement. Au sein même d'Acwa Power, qui, par la voix de son PDG Paddy Padmanathan se revendique « agnostique en termes de technologie », les renouvelables gagnent du terrain.

La multiplication des projets suscite bien des convoitises. Ainsi, le dernier appel d'offres pour une centrale photovoltaïque de 350 MW, à Abou Dhabi, a attiré pas moins de 90 candidats, dont les Français EDF EN et Engie, ainsi que Total, avec SunPower.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2016 à 21:49 :
D'autres raisons sont aussi de mettre de côté le pétrole comme ressource exportable et d'utiliser le solaire pour le pays. Par ailleurs la diminution des stocks. Ca interpelle aussi sur la situation de la Russie qui pompe son pétrole à plein régime, dont les réserves diminuent et qui n'a guère commencé sa transition énergétique alors que ce sera plus complexe que l'Arabie Saoudite compte tenu du climat local. L'Ukraine quant à elle progresse dans les énergies renouvelables et elle a commencé à dépasser la Russie. Mais il est vrai que Poutine disait il y a quelques années à propos du biogaz qu'il ne voulait pas d'énergie à partir de m..de ! Plus qu'une funeste erreur !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :