Nucléaire : la Finlande doit faire une croix sur le nouvel EPR d’Olkiluoto 3 pour une grande partie de l’hiver

Après des années de retard, le réacteur nucléaire finlandais d'Olkiluoto 3 ne devrait pas commencer sa production régulière d'électricité avant la fin du mois de janvier (au plus tôt), a indiqué lundi l'exploitant TVO, après la détection de dommages en octobre.
L'enquête sur les dommages subis par les pompes d'alimentation en eau d'Olkiluoto 3 se poursuivra pendant encore quelques semaines.
L'enquête sur les dommages subis par les pompes d'alimentation en eau d'Olkiluoto 3 se poursuivra pendant encore quelques semaines. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

La Finlande, qui pensait il y a encore deux mois pouvoir passer l'hiver sans encombre sur le plan énergétique grâce à l'entrée en service salvatrice de l'EPR Olkiluoto3, se retrouve dans une situation délicate à la suite du nouveau pépin rencontré mi-octobre sur le réacteur nucléaire. Alors qu'aucun calendrier concernant un éventuel décalage de la mise en service régulière, prévue en décembre, n'avait été communiqué jusqu'ici, celle-ci ne commencera pas, au plus tôt, avant la fin du mois de janvier, a annoncé l'opérateur finlandais TVO, en précisant que l'enquête sur les dommages subis par les pompes d'alimentation en eau d'Olkiluoto 3 « se poursuivrait pendant encore quelques semaines ». Un coup dur pour l'Etat finlandais qui devra donc se passer de son EPR pour tout ou partie de l'hiver (qui a déjà commencé en Finlande), sachant qu'il n'est pas à l'abri d'un nouveau décalage. Pour rappel, la production régulière devait commencer cet été, mais elle avait été reportée à décembre, après l'observation de « matières étrangères » dans le réchaud à vapeur de la turbine.

Arrêt des livraisons russes d'électricité

Le coup est d'autant plus rude pour la Finlande que le pays scandinave comptait sur son nouveau EPR, le plus puissant d'Europe avec une capacité de 1.600 mégawatts, pour compenser l'arrêt des livraisons d'électricité russes décidées par Moscou après l'annonce de la candidature de la Finlande à l'Otan en mai. Celles-ci représentaient environ 900 MW, soit 10% de la consommation finlandaise. Pour pallier ce manque, l'Etat finlandais a déjà dû actionner des centrales de réserve au fioul le mois dernier. La Suède peut par ailleurs lui fournir jusqu'à 2.400 mégawatts mais guère plus car elle est elle-même confrontée à des risques de pénurie et s'appuie régulièrement sur des centrales au fioul de réserve.

Ce nouvel incident intervient alors que le réacteur avait atteint le 30 septembre sa pleine capacité pour la première fois depuis l'annonce de sa construction en 2003.  A ce moment-là, il produisait à lui seul environ 20% de l'électricité consommée en Finlande (40% en y ajoutant les deux réacteurs existants Olkiluoto 1 et 2).  Début octobre, il restait une dizaine de tests à pleine puissance sur Olkiluoto 3, pendant lesquels le réacteur cessera périodiquement de produire durant plusieurs jours, voire semaines.

Près de 13 ans de déboires

Ce nouveau problème s'ajoute à la longue liste de déconvenues rencontrées par ce réacteur construit par le consortium franco-allemand Areva-Siemens. Celui-ci avait démarré en mars dernier avec 12 ans de retard et une longue série d'échecs et de déboires qui ont en partie expliqué la lourde restructuration d'Areva. Dès 2006, trois ans après l'annonce du lancement du chantier, des retards dans la construction de la principale conduite de refroidissement avaient déjà reporté la mise en route du réacteur à 2010-2011. L'agence finlandaise de sécurité nucléaire STUK avait ensuite demandé en 2009 plusieurs centaines améliorations du fait de « problèmes liés à la construction », ouvrant un conflit entre l'exploitant du futur réacteur, le finlandais TVO, et Areva-Siemens, avec également des critiques sur le gendarme finlandais. Après plusieurs années de litiges et de retards supplémentaires, Areva avait finalement réglé son différend avec TVO en novembre 2018, en payant une compensation de 450 millions d'euros.

Malgré ce fiasco, le soutien au nucléaire civil a progressé ces dernières années en Finlande, stimulé par les préoccupations climatiques et les tensions énergétiques mondiales. Selon un sondage paru en mai, 60% des Finlandais y sont désormais favorables, un record. Depuis l'annulation en mai du projet nucléaire d'Hanhikivi 1 du finlandais Fennovoima et du russe Rosatom, aucun nouveau projet de réacteur nucléaire n'a toutefois été lancé en dehors d'OL3.

Les déconvenues de l'EPR

Lancé en 1992 comme le nec plus ultra de la technologie nucléaire française, le réacteur pressurisé européen (EPR) a été conçu pour relancer l'énergie nucléaire en Europe, au lendemain de la catastrophe de Tchernobyl de 1986. Le nouveau modèle était présenté comme offrant à la fois une puissance plus élevée et une meilleure sécurité, mais sa construction s'avère un casse-tête, et pas uniquement en Finlande. En France, la construction de l'EPR de Flamanville, entamée en 2007, a, elle aussi, été affectée par des retards massifs, dus notamment à des anomalies dans le couvercle en acier et la cuve du réacteur. L'EPR a aussi été retenu pour une centrale à deux réacteurs à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l'Angleterre, où le chantier a souffert de la pandémie de coronavirus.  La production d'électricité est actuellement planifiée pour mi-2027, au lieu de 2025 au départ. En Chine, deux EPR ont été lancés à la centrale de Taishan dans le sud-est du pays en 2019. Un des réacteurs, arrêté pendant un an pour un problème d'étanchéité, a repris sa production en août.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 33
à écrit le 29/11/2022 à 17:53
Signaler
que dire de Nicolas Sarkhosy qui s'est laissé envouter par les écolos, entrainant dans toute l'Europe une perte de savoir faire, préjudiciable maintenant. Quel beau président qui se présentait comme voulant rendre à la France ce qu'elle lui avait don...

à écrit le 26/11/2022 à 15:55
Signaler
Le.problemes évoqués dans cet article ne relèvent pas d'un fiasco Français puisque les difficultés sont liées exclusivement à de la fourniture Siemens et donc Allemande. Areva fournit la partie nucléaire qui fonctionne correctement et Siemens le rest...

à écrit le 26/11/2022 à 15:46
Signaler
Révisez votre géographie. La Finlande n'est pas un pays Scandinave.

à écrit le 25/11/2022 à 19:33
Signaler
Toutes les études montrent que les renouvelables + le stockage sont désormais plus compétitives que le nucléaire. Encore confirmé par les études et modélisations du NREL, d'Oxford, de LUT, de Rystad etc De plus en cas de conflit un réseau renouvelabl...

le 26/11/2022 à 12:30
Signaler
Bravo Mareva Tout à fait d'accord avec vos commentaires, les recherches en renouvelables ont été bridées depuis des décennies par l'appareil d'état français soudoyé par le lobby nucléaire. Une généralisation de la géothermie en particulier pour le...

le 27/11/2022 à 7:22
Signaler
Merci Mareva. La seule solution : plus de démocratie, et plus participative

à écrit le 24/11/2022 à 10:10
Signaler
Epr est le bébé de la mariage entre l'Allemagne et la France et le resultat est bien evident

à écrit le 24/11/2022 à 4:32
Signaler
Notons quand même que la panne actuelle de l'EPR Finlandais est une pompe externe au réacteur, mais c'est quand même bien gênant. Notons que les deux EPR Chinois fonctionnent. Notons enfin que le projet EPR était a l'origine une technologie AREVA-SIE...

à écrit le 23/11/2022 à 17:36
Signaler
et le marée-moteur??? Le barrage de la Rance produit depuis 50 ans 240 mW sans soucis et gratos... Nous avons les plus grands coëf. de marée au monde en Bretagne Nord, non exploité..pourquoi???

le 24/11/2022 à 4:21
Signaler
Proposez de construire le moindre barrage en Bretagne ou ailleurs et vous aurez la ZAD et ses intellectuels au RSA qui s'installera dans les 15 jours. Sivens dans le Tarn était un tout petit barrage de 1,5 millions de m3, Hollande a cédé et le projet...

à écrit le 22/11/2022 à 18:50
Signaler
Le dogme du turnover des employés est efficace pour faire baisser les salaires, mais ça fait d'autant perdre les compétences. Hors une industrie sans compétences n'aura pas de croissance, même avec les salaires les plus bas. C'est pourquoi la Chine i...

à écrit le 22/11/2022 à 16:45
Signaler
Une pensée pour le gugusse (qui se reconnaîtra) qui postait, il y a peu de temps sur ce même forum, que l'EPR d'OL3 fonctionnait très bien et que les finlandais en étaient très contents... Mes respects, champion !

le 23/11/2022 à 19:05
Signaler
C'est facile de critiquer quand on est dans son fauteuil dans l automobile aviation espace etc les nouveautés on besoin de temps et les aléas font partis de la complexité et surtout en toute sécurité après on peut garder la Loire sauvage et faire cui...

le 24/11/2022 à 8:58
Signaler
Bah, le nucléaire civil est la seule industrie du 20ème siècle qui en France n'a tué personne. Bien sûr, on peut renoncer totalement à une certaine indépendance énergétique.(comme les Allemands qui mettent 55 milliards d'euros sur la table pour sauve...

à écrit le 22/11/2022 à 15:45
Signaler
Promesse non tenue, pénurie à l'échelle du continent, faillite économique propagée à tous les secteurs, le nucléaire, c'est aussi des campagnes de propagande relayées dans tous les médias, auprès de personnalités de l'audiovisuel, d'influenceurs de r...

le 23/11/2022 à 9:25
Signaler
Bravo, après avoir tué le nucléaire depuis 25 ans. Les verts accusent les autres de ce crime ! Encore bravo.

à écrit le 22/11/2022 à 13:36
Signaler
Stratégie d'acharnement à continuer d'en vendre... alors que c'est un pot de pu sans nom.

à écrit le 22/11/2022 à 13:35
Signaler
il faut etre pratique et arreter de rever. Notre but final est de produire de l electricite en grandes quantites et pas cher. Il faut regarder aujourd hui, ce que font les autres et examiner les differentes technologies disponibles.Par exemple, le Br...

le 24/11/2022 à 9:41
Signaler
Même question qu'il y a quelques jours, même réponse. Comparaison n'est pas raison. Biomasse au Brésil : il s'agit de la destruction systématique de forêts primaires. Quoiqu'on en pense, l'exploitation thermique du bois n'est pas durable. Hydraulique...

le 29/11/2022 à 1:53
Signaler
le bresil va se doter de 102 GW d eolien offshore jusqu en 2030. Soit 8 Itaipu (14 GW = 1 itaipu = 14 centrales nucleaires), On a pas de vent et de mers en France ?

à écrit le 22/11/2022 à 10:28
Signaler
L'erreur serait justement d'arrêter complètement le développement d'EPRs. Toutes ces problèmes résultent en grande partie d'une perte de savoir faire, en capitalisant sur les installations effectuées les futures réalisations seront livrées avec bien ...

le 22/11/2022 à 13:19
Signaler
"Le nec plus ultra de la technologie nucléaire française" affirme naïvement l'article. Ben oui, justement... Il y a juste un mot qui fiche tout par terre : c'est de la technologie française, ce qui explique la cata technologique et financière. On ne ...

le 22/11/2022 à 13:44
Signaler
Continuer à en installer ? Certainement pas, stratégie stupide et extrêmement couteuse, qui nous discrédite et nous enfonce encore plus dans notre incompétence à finaliser ces projets.

à écrit le 22/11/2022 à 9:21
Signaler
Et en France, on lancerait la programmation de 6 + 8 EPR, alors que l'on a - toujours - aucun recul sur les supposées fiabilité et viabilité de ce réacteur. N'oublions pas ce qu'a été ledit exploit technologique du concorde, pour l'aviation civile...

le 22/11/2022 à 12:48
Signaler
Mauvais exemple. Le SSC Concorde a bien été une réussite technologique; mais c'était une erreur, à la base, de le considérer comme "exploitable" commercialement. D'ailleurs les américains ne s'y étaient pas trompé, suite à leurs essais (ex B1B). Car ...

le 22/11/2022 à 13:03
Signaler
L'essentiel est de tout faire pour réussir et de travailler pour. Attendre que tout soit parfait et sur pour lancer un programme est la meilleure façon de ne jamais rien faire ou d'employer le double du temps. Le principe de l'EPR n'est pas révolut...

à écrit le 22/11/2022 à 8:51
Signaler
Le parc nucléaire français a été construit avec la techno Westinghouse sous licence. Mais on veut montrer qu'on est les plus forts, et l'EPR est un monstre pondu par nos X-Mines chéris, et qui ne marche pas vraiment. Bref : on fait dans l'acharneme...

le 22/11/2022 à 9:26
Signaler
Vous proposez de tout arreter maintenant pour des pompes d'alimentation en eau? Qui ne fait pas, ne se trompe jamais. C'est normal d'avoir des pépins. Ce qui n'est pas normal c'est la lenteur avec laquelle on les a découverts.

le 24/11/2022 à 9:57
Signaler
S'il y a une erreur dans l'EPR, c'est probablement sa taille. "On" l'a pensé le plus gros possible pour éviter d'avoir à gérer une plus grande dispersion du nucléaire sur le territoire (d'ailleurs "on" ne compte en installer que là où il y en a déjà)...

à écrit le 22/11/2022 à 8:14
Signaler
Comment peut il y avoir des dommages sur une construction neuve ? IL n'y a bien que dans ce secteur d'activité que l'on déplore ce genre de constats. Toujourts inquiétant, certes le renouvellable à de nombreux désavantges mais au moins on sait qu'il ...

le 22/11/2022 à 9:03
Signaler
Ça existe, ma chaudière gaz neuve, mal connectée fin août par le plombier chauffagiste = SAV pour réparer ses bourdes (réparer du neuf ça fait rêver ! si on peut dire). Un réacteur qui ne fonctionne pas c'est sûr, aucun risque d'emballement. :-)

le 22/11/2022 à 9:30
Signaler
Oui mais sans vouloir te contrarier, ta chaudière ne va pas m'inquiéter, elle peut pếter même hein, par contre la centrale nucléaire qui est à 200 kilomètres de chez moi elle peut m'inquièter surtout quand je lis ce genre d'informations. Puis c'est b...

le 25/11/2022 à 15:18
Signaler
Il y a t'il une chose que vous ne trouvez pas scandaleuse? Il me semble que le mot scandale est dans chacun de vos commentaires a chacun des articles.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.