Nucléaire : Macron veut accélérer le calendrier des nouveaux réacteurs d'EDF

Emmanuel Macron a annoncé jeudi vouloir aller « beaucoup plus vite » dans la construction de six réacteurs nucléaires de nouvelle génération, alors que la mise en service de la toute première tranche reste, pour l’heure, fixée à l'horizon 2035. Un projet de loi portant sur l’accélération des procédures administratives devrait ainsi voir le jour dès le début de l’année prochaine, afin de rapprocher la date de début du chantier.
(Crédits : Benoit Tessier)

Fini le temps des atermoiements sur un éventuel renouveau du nucléaire : Emmanuel Macron assume désormais pleinement son intention d'accélérer massivement en ce sens, y compris en assouplissant la loi. Et pour cause, entre l'annonce, en février dernier, de sa volonté de construire six réacteurs de nouvelle génération (EPR2) et le lancement effectif dudit programme, de longues procédures sont aujourd'hui prévues - trop longues, selon le chef de l'Etat.

« J'ai annoncé une première tranche en 2035 pour le nucléaire. Ce que je souhaite, c'est qu'on aille beaucoup plus vite [...] et on le peut si on simplifie les choses », a-t-il ainsi affirmé ce jeudi, lors de l'inauguration du premier parc éolien en mer de France, à Saint-Nazaire.

Un projet de loi équivalent à celui sur l'accélération des énergies renouvelables, que le gouvernement va présenter lundi en Conseil des ministres, verra donc le jour sur le nucléaire. Mardi dernier, la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, avait d'ailleurs évoqué le sujet à l'occasion d'une audition au Sénat, et fait savoir qu'un tel texte arrivera « probablement » début 2023, sans en clarifier les contours. « [Il] nous permettra d'avancer, d'adapter les procédures existantes en termes d'urbanisme pour favoriser le développement des premiers sites identifiés, et surtout en lançant dès maintenant le programme pour ne pas perdre de temps et avoir une vraie planification ! », a précisé jeudi Emmanuel Macron.

Lire aussiÉolien en mer : le plan de l'Etat pour enfin accélérer

La tâche est colossale

Pourtant, jusqu'ici, les projections s'avèrent plutôt pessimistes. En février, un audit privé tablait plutôt sur une mise en service du premier EPR2 en 2037, et ce ne sont pas les déboires du seul EPR en construction en France, celui de Flamanville (11 ans de retard) ni l'ampleur des travaux à réaliser qui permettront de lever le scepticisme autour d'un démarrage anticipé. D'autant qu'aucun nouveau réacteur n'a été mis sur pied depuis 1999 dans l'Hexagone : une « rupture de charge » longue de plus de vingt ans qui a « beaucoup fragilisé la filière », a lui-même reconnu le chef de l'Etat il y a quelques mois.

Cependant, c'est bien en amont de ce chantier colossal que l'exécutif compte agir. Autrement dit, ce dernier compte faire en sorte que les phases successives de concertation avec le public, d'analyses de faisabilité, d'études environnementales ou encore de délais avant l'obtention du dossier d'autorisation de création soient raccourcies. Le but : rapprocher la date de pose du tout premier béton, prévue pour l'heure en 2027 selon les calculs d'EDF.

« Aujourd'hui, toutes les phases à respecter avant de commencer le chantier se succèdent de manière séquentielle. Si l'on pouvait les gérer en parallèle, on pourrait gagner plusieurs mois, voire années. Il ne s'agirait pas de rogner sur la sûreté ou l'environnement, mais de modifier le séquençage », explique-t-on à la SFEN, le lobby du nucléaire.

C'est d'ailleurs ce qui est déjà prévu pour les énergies renouvelables dans le projet de loi dédié à leur accélération : selon une version provisoire du texte consultée par La Tribune, les « formalités de préparation de la participation du public » devront avoir lieu « en parallèle de la production des services instructeurs », plutôt que d'attendre la fin de l'une de ces tâches avant de pouvoir s'attaquer à l'autre, comme c'est le cas aujourd'hui.

Les premiers EPR2 à Penly

De fait, selon la loi actuelle, la première étape avant le lancement d'un programme de construction d'EPR, celle du dialogue avec les citoyens , doit précéder toute requête d'obtention de permis. Or, le calendrier du débat public s'étend sur plusieurs mois : alors que les deux premiers réacteurs pourraient être situés à Penly, en Normandie, la concertation autour du projet se tiendra du 27 octobre au 27 février. Puis, deux mois après la fin de cette séquence, un compte-rendu devra être publié, nécessaire avant de pouvoir déposer la demande d'autorisation de création (DAC) - une pièce maîtresse pour lancer le programme. Or, selon EDF, l'obtention de cette autorisation nécessite en moyenne trois ans.

« De nouveaux réacteurs nucléaires sont envisagés en France, mais la décision n'est pas encore prise à ce jour », peut-on d'ailleurs lire sur le site de la Commission nationale du débat public (CNDP), chargée d'organiser le débat.

Par ailleurs, après la phrase de consultation, l'Autorité environnementale (AE) devra formuler un avis sur l'impact du programme avant que la préparation de l'aménagement du chantier ne débute, en vertu d'un décret publié en 2016. Sera ensuite lancé le processus d'enquête publique, un échange avec les citoyens censé, lui aussi, permettre leur consultation, mais non organisé par la CNDP. Le but : affiner un peu plus le débat à partir des conclusions de l'étude d'impact réalisée par l'AE, et étoffer au maximum le dossier d'instruction.

Ce n'est qu'après ces phases successives que pourront être délivrées les autorisations de démarrage du chantier, et que la première pierre pourra être posée. Un long processus que le gouvernement espère donc abréger dans son projet de loi, afin d'enclencher la construction des réacteurs le plus tôt possible.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 24/09/2022 à 21:02
Signaler
Des réacteurs IKEA ? :-) Comme disait quelqu'un, les études au lieu de se faire les unes après les autres, peuvent parfois être ménées en parallèle. Ça n'enlève pas ce qui existait mais le réalise de façon différente (plus intelligente ?). A puis B ...

à écrit le 24/09/2022 à 8:54
Signaler
Si nous n’atterrissons vers une véritable politique de l'électricité nous risquons de disparaitre. Regardons les pays qui étaient très riches et qui ont aujourd'hui sombré dans la pauvreté. La notion de réchauffement climatique est un dogme qui drain...

le 24/09/2022 à 12:56
Signaler
des paroles mais des actes et envoyer les ecolos et autres récalcitrants sur les roses

à écrit le 24/09/2022 à 0:26
Signaler
Le "en même temps" ne marche dans aucune situation, et surtout pas quand il faut gérer une politique énergétique de long terme... Macron est la girouette, le moulin a vent de la république.

à écrit le 23/09/2022 à 18:25
Signaler
bien gentil Macron mais on construit pas une centrale nucleaire comme un velo les normes de securites sont draconiennes et heureusement s'il y a un loupe sa peut faire tres mal

à écrit le 23/09/2022 à 14:28
Signaler
La France aurait pu etre plus ambitieuse sur les eoliennes offshores ,comme la Chine et les USA principalement. Discuter sur une technologie chere, complexe, mal maitrise et alimentee par de l uranium importe est une aberration . Meme des pays ,comme...

à écrit le 23/09/2022 à 14:04
Signaler
comme a flamanvillle? le bras cassé qui n'assume rien a dit, sinon il prendra l'électricité de ceux qui sont "rien " ! et au coût actuel de flamanville, va falloir qu'il s'énerve beaucoup si il en ferme en même temps ! ça fait de la peine....

à écrit le 23/09/2022 à 9:24
Signaler
On a retrouvé des soudeurs ?

le 23/09/2022 à 11:31
Signaler
Il est un peu tard pour se réveiller !! Macron donne l’impression de découvrir le sujet du mix de sources d’énergie nécessaire pour le Pays …….

à écrit le 23/09/2022 à 9:15
Signaler
Après avoir perdu 5 ans de mandat, il change de direction en étant aussi sûr de lui que précédemment! ;-)

à écrit le 23/09/2022 à 8:49
Signaler
Des incantations, des contradictions, des décisions farfelues sur les éoliennes, l'hydrogène, les batteries, le photovoltaique, les voitures électriques, ... ne reposant que sur des analyses tronquées du GIEC, et non sur de réalités scientifiques et ...

le 23/09/2022 à 11:59
Signaler
Vous annoncez que le GIEC produit des analyses tronquées, pouvez vous nous donner les preuves de vos affirmations ? je vous remercie de votre intérêt à effectuer votre réponse.

à écrit le 23/09/2022 à 6:50
Signaler
Emmanuel Macron et l'homme de paille L’épouvantail ou homme de paille est un sophisme ou un paralogisme qui consiste à présenter la position de son adversaire de façon exagérée ou déformée, dans l'objectif de la remplacer par position plus diffici...

le 23/09/2022 à 11:29
Signaler
Votre commentaire est très intéressant.Dommage que personne ne lui rappelle la fermeture démagogique de Fessenheim dont les 1800 MWH seraient utiles actuellement.La gestion de l’énergie ne se fait pas sur le court terme ,mais sur une vision autre que...

à écrit le 22/09/2022 à 22:19
Signaler
Pour le prix de l’EPR – 18 milliards d’euros – on aurait pu donner 3.600.000 foyers une pompe a chaleur gratuite – et réduire donc la consommation de l’électricté en hiver par 11 GW – c.à.d on pourrait fermer plus de 10 CNPE actuelles de la série 900...

le 23/09/2022 à 9:02
Signaler
Allez au bout de votre raisonnement et demandez-vous ce que les français reçoivent pour les 30 milliards engloutis par le Ministère de la transition écolo dépensés tous les ans.. Pour un tel montant, sur deux ans, on reconstruit nos réacteurs. Il fau...

le 23/09/2022 à 12:28
Signaler
Vous dégainez les milliards plus vite que Lucky Luke, c'est fascinant. Vous mélangez allégrement le budget total du ministère de la transition écologique avec votre petit réacteur nucléaire... vous avez arrêtez la lecture au primaire visiblement. Le ...

le 23/09/2022 à 19:11
Signaler
Visiblement vous disposez d'informations remarquables sur le financement des réacteurs....félicitations.....auriez-vous également les numéros du loto?

à écrit le 22/09/2022 à 21:04
Signaler
Tout est géré à la petite semaine. Pour tractionner dans le bon sens il faut des plans à long terme d'aménagement du territoire, anticiper les besoins, respecter et se tenir aux décisions prises sinon c'est le foutoir....et c'est le foutoir, des cent...

à écrit le 22/09/2022 à 19:02
Signaler
Bonjour, Bien sûr ils faut envisager de construire de nouvelles central atomique, des champs d'eoliene , et des fermes photovoltaïques... Par compte pas question d'attendre 12 ans pour un EPR et de payer 3 fois le prix prévu

à écrit le 22/09/2022 à 18:14
Signaler
Oui, il faut accélérer car nous avons pris 10 ans de retard! Si on regarde l’éolien offshore, les belges (petit pays), ont ouvert leur premier parc en 2012, et ont des capacités de productions 5 fois plus importantes que la France. Les Pays-bas sont ...

le 22/09/2022 à 18:58
Signaler
La parc éolien de saint nazaire va produire 20 % de l'électricité de la Loire atlantique. Ce n'est rien ?

le 22/09/2022 à 22:15
Signaler
L'état aurait déboursé 150 milliards pour de l'éolien ? Même en regroupant toutes les enr jamais l'état n'a dépenser le dixième de votre digression. Vous sortez vos chiffres d'où précisément ? Parce que les parcs éoliens...> sont privés... c'est gen...

à écrit le 22/09/2022 à 17:36
Signaler
L'idée est louable mais il faut revenir aux vielles centrales qui ont fait leurs preuves depuis 60 ans au lieu de se lancer dans cet EPR ruineux et impossible à finaliser.

le 22/09/2022 à 18:29
Signaler
Elles ne répondent plus aux normes de sûretés actuelles

à écrit le 22/09/2022 à 17:35
Signaler
comme toujours EN FRANCE ce sont les normes qui bloquent la réparation des centrales NUCLEAIRES en france 20 mSv en France 14 a EDF MAIS 50 auX ETATS UNIS ????????????

à écrit le 22/09/2022 à 17:33
Signaler
Si l'on comprend bien, "il" veut faire de la France un pays producteur d'électricité nucléaire pour le reste de l'Europe (UE), qui ne veut en prendre aucune responsabilité dans le domaine !

à écrit le 22/09/2022 à 17:30
Signaler
Il se prend pour Yul Brynner maintenant. " que cela soit écrit et accompli" Eh juju, quand c'est trop tard c'est trop tard. A moins d'acheter une technologie étrangère mais bon...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.