ArcelorMittal à l'assaut du charbon australien pour gonfler ses réserves

 |   |  415  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
En coopération avec l'américain Peabody Energy, le sidérurgiste européen a lancé jeudi son OPA à 3,6 milliards d'euros sur le producteur australien Macarthur.

L'assaut est lancé. L'offre hostile du sidérurgiste européen ArcelorMittal et du groupe minier américain Peabody Energy sur le producteur australien de charbon Macarthur est formellement ouverte depuis jeudi. Elle s'achèvera le 20 septembre. D'ici là, les actionnaires du groupe australien se voient proposer le rachat de leurs titres à hauteur de 15,50 dollars australiens par action. Voire 15,66 dollars en tenant compte du dividende de l'année 2011 déjà prévu. Les deux prétendants étant déjà actionnaires Macarthur, l'OPA sur le reste du capital s'élève à environ 4,7 milliards australiens (environ 3,6 milliards d'euros). Un montant inférieur aux 18 dollars que souhaitait le conseil d'administration qui avait repoussé l'offre soumise le 1er août, poussant les belligérants à s'adresser directement aux actionnaires. Début août, la direction de Macarthur indiquait être en discussion avec « d'autres parties intéressées ». Également actionnaire de Macarthur, le chinois Citic Group pourrait très bien rejoindre d'autres investisseurs pour concocter une contre-offre, selon des analystes.

L'offre d'ArcelorMittal et de Peabody est exactement au prix de l'action jeudi en clôture (15,50 dollars), hors dividende. Les actionnaires n'auront une prime que si le cours de l'action chutait. L'offre valorise 7,9 fois les prévisions d'Ebitda des analystes pour 2012, un niveau supérieur à la moyenne des opérations supérieure à 1 milliard de dollars dans le secteur depuis le début 2011 qui est de 6,7 fois. Depuis le début de l'année, le montant des acquisitions dans le secteur s'élève à 19,1 milliards de dollars, surpassant le chiffre record de 16,4 milliards observé en 2010.

Cette OPA traduit la stratégie d'ArcelorMittal d'augmenter ses réserves de charbon (et de fer) pour devenir moins dépendant des mastodontes des matières premières et se protéger de la volatilité des prix. Le sidérurgiste, qui ambitionne de produire 20 % de ses besoins dans ses aciéries, entend augmenter sa production de 71 % d'ici à 2015, à 12 millions de tonnes. Macarthur, dont les objectifs à trois ans sont de 9 millions de tonnes, est donc une cible idéale. Exploitant trois mines dans le Queensland (le plus gros exportateur mondial), Macarthur est le leader mondial du charbon pulvérisé.

À l'exception de la cession de 12 % de sa participation dans sa coentreprise en Chine, l'offensive australienne d'ArcelorMittal intervient après plusieurs investissements capitalistiques depuis le début de l'année. En février le sidérurgiste européen a mis la main (avec Nunavut) sur Baffinland pour 591 millions dollars canadiens. En mars, il a acheté 40 % du thaïlandais GJ Steel pour 177 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :