Procès de l'UIMM : deux ans de prison avec sursis requis contre Gauthier-Sauvagnac

Le parquet de Paris a requis, ce lundi, deux ans de prison avec sursis et 250.000 euros d'amende à l'encontre de Denis Gautier-Sauvagnac, l'ancien patron de l'UIMM (Union des industries et des métiers de la métallurgie), dans l'affaire de la "caisse noire" de la fédération.
Denis Gautier-Sauvagnac est le principal prévenu dans le procès de la caisse noire de la fédération de métallurgie / Reuters.
Denis Gautier-Sauvagnac est le principal prévenu dans le procès de la caisse noire de la fédération de métallurgie / Reuters.

Deux ans de prison avec sursis et 250.000 euros d'amende. Voilà la peine requise après deux semaines de procès, ce lundi 21 octobre, par le parquet de Paris à l'encontre de Denis Gautier-Sauvagnac, l'ancien dirigeant de l'UIMM (Union des industries et des métiers de la métallurgie).

L'ex-patron, poursuivi pour "abus de confiance" et "travail dissimulé" est le principal prévenu dans l'affaire de "la caisse noire", qui a empiété la réputation de la fédération patronale de métallurgie.

> Caisse noire de l'UIMM: ce que le procès n'a pas encore révélé.

Une peine de huit mois de prison avec sursis a été requise contre Dominique de Calan, l'ancien délégué général adjoint de l'UIMM. Le parquet a également requis six mois de prison avec sursis contre Dominique Renaud, la responsable du service comptable, et Bernard Adam, l'ancien directeur administratif de l'organisation. La procureur a réclamé une amende de 150.000 euros à l'UIMM en tant que personne morale.

16 millions d'euros disparus des caisses de l'Epim

Le procès des caisses noires doit permettre de déterminer où sont passés les 16 millions d'euros retirés en liquide entre 2000 et 2007 des caisses de l'Epim (Entraide professionnelle des industries et des métaux), une structure d'entraide créée en 1972 par l'UIMM pour apporter "un appui moral et matériel" à ses adhérents victime d'un conflit du travail.

Le 14 octobre, Denis Gautier-Sauvagnac a affirmé, à la barre du tribunal correctionnel de Paris, que cet argent avait permis d'acheter la paix sociale en étant reversé à plusieurs syndicalistes. L'ancien patron a toutefois refusé de révéler leurs identités. "Je ne peux trahir la confiance que m'ont fait ces personnes", avait-t-il déclaré.

> Caisse noire de l'UIMM: Gautier-Sauvagnac confirme les dons en liquide aux syndicats.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 23/10/2013 à 10:39
Signaler
Les personnes et organismes qui ont reçu de l'argent sont-ils sanctionnés comme receleurs ?

à écrit le 22/10/2013 à 16:31
Signaler
A peine le montant moyen d'indemnités d'un cadre viré! Vraiment à l'uimm les valises peuvent reprendre du service à si bas prix?

à écrit le 22/10/2013 à 13:22
Signaler
On viendra nous dire qu'il y a une justice en France.... TOUS VENDUS.

à écrit le 22/10/2013 à 13:21
Signaler
Sauvagnac s'en tire. Mais , si on voit un voleur de pommes , il faut faire quoi ??? Le mitrailler à bout portant ou le déporter ????? Je POSE la QUESTION.

à écrit le 22/10/2013 à 12:16
Signaler
Vaut mieux détourner et voler des millions à une banque où à une officine quelconque que de voler un oeuf chez l'épicier, la sanction est moins lourde!.

à écrit le 22/10/2013 à 11:35
Signaler
Quid de ceux qui ont bénéficié de ces "générosités". On n'en parle même pas ! Si les dons sont illégaux, les recevoir l'est tout autant, non ?

à écrit le 22/10/2013 à 10:00
Signaler
Encore un grand classique. Les voyous "léégaux" ne sont que des copains auxquels on ne touche pas...

à écrit le 22/10/2013 à 6:24
Signaler
le pouvoir en place continue a s'attaquer aux entrepreneurs créateurs de richesse!

le 22/10/2013 à 9:24
Signaler
C'est bien vrai ça !!!

à écrit le 22/10/2013 à 6:07
Signaler
Et les syndicalistes mafieux sont ils condamnes ?

le 22/10/2013 à 9:23
Signaler
Gauthier-Sauvagnac est un syndicaliste condamné, vous ne le saviez pas ?

à écrit le 22/10/2013 à 4:53
Signaler
La justice vient de donner un vrai feu vert à la magouille patronale, car la sanction aurait pu être plus lourde cela dépendait de l'approche juridique de la faute, par ricochet un droit à la magouille syndicale, pas de pb pour les CE d' Air France e...

le 22/10/2013 à 12:19
Signaler
Quand certains évoque la "haine", il y a de quoi attraper une suée, non?.

à écrit le 21/10/2013 à 22:14
Signaler
Il s'en tire mieux que Toni Musulin qui avait écopé de cinq ans fermes. Il est vrai qu'il s'agit de délinquance en col blanc.

à écrit le 21/10/2013 à 21:36
Signaler
En fait, la justice demande à Denis Gautier-Sauvagnac, de ne pas recommencer avant ... deux ans et demi .

à écrit le 21/10/2013 à 21:14
Signaler
c'est une affaire privée : la justice joue elle même avec la ligne rouge pour prononcer un jugement. Le réquisitoire est plutôt clément et n'a aucune signification. Car monsieur GS déballant son sac et voir toute une ribambelle de personnalité tomber...

le 22/10/2013 à 13:09
Signaler
Pffffffffff!, les escrocs et profiteurs de tous poils ne se cachent même plus pour mettre la main dans le "pot de confiture". Il y a cinquante ans, cette histoire aurait tourné en affaire et scandale d'état, mais aujourd'hui c'est monnaie courante de...

à écrit le 21/10/2013 à 19:24
Signaler
16 millions d'euros détournés.....250 mille euros d'amende.....soit 1,5625 % du montant. A ce tarif là, ça va pas trop les décourager de continuer

à écrit le 21/10/2013 à 18:15
Signaler
Bravo à la justice, avec une condamnation si dure, ce ne sera demain la veille oú quelqu'un d'autre osera faire le même.....!!!!

à écrit le 21/10/2013 à 17:27
Signaler
C'est tout ! Mieux vaut voler des millions qu'une orange au supermarché !

à écrit le 21/10/2013 à 16:53
Signaler
Les "camarades" lui paieront son amende et plaideront pour commuer sa peine de prison. Elle est pas belle la justice française?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.