ArcelorMittal va mettre 10 milliards de dollars sur la table pour le climat

Le premier sidérurgiste mondial souhaite réduire d'un quart ses émissions de carbone d'ici à 2030. C'est la première fois que le groupe avance ainsi un objectif mondial. Pour y arriver, ArcelorMittal compte faire appel aux aides publiques, une demande qu'il va devoir justifier alors qu'il vient de signer son meilleur trimestre en treize ans grâce à une reprise forte.

4 mn

Afin de parvenir à moins polluer, ArcelorMittal mise notamment sur des techniques utilisant l'hydrogène vert comme combustible dans ses hauts fourneaux.
Afin de parvenir à moins polluer, ArcelorMittal mise notamment sur des techniques utilisant l'hydrogène vert comme combustible dans ses hauts fourneaux. (Crédits : David W Cerny)

Le numéro un mondial de l'acier, loin d'être un modèle pour le climat de par son activité polluante, promet de faire plus pour l'environnement. Le géant, qui surfe sur la reprise économique mondiale, compte en effet investir 10 milliards de dollars pour réduire ses émissions de CO2 au cours de la décennie.

"ArcelorMittal annonce pour la première fois un objectif de réduction de 25% de ses émissions mondiales de carbone d'ici à 2030", indique jeudi dans un communiqué le groupe, fondé par l'homme d'affaires indien Lakshmi Mittal, à l'occasion de la publication de ses résultats trimestriels. Le groupe estime à 10 milliards brut l'investissement nécessaire, soit environ 8,4 milliards d'euros, précise-t-il, comptant en réaliser un gros tiers avant 2025.

Lire aussi 7 mnÀ Dunkerque, ArcelorMittal veut produire de l'acier "vert"

Un objectif de réduction au plan mondial, c'est une première pour ArecelorMittal

En Europe, il tablait jusqu'ici sur une diminution de 30% de ses émissions de carbone - un objectif relevé à 35% ce jeudi -, mais n'avait pas d'objectif mondial pour 2030. Pourtant, la sidérurgie est une activité particulièrement polluante: combinée avec le ciment, la production d'acier représente 7% des émissions de CO2 sur la planète.

À plus long terme, ArcelorMittal promet toujours d'être neutre d'ici à 2050 en matière d'émissions, c'est-à-dire d'émettre moins de CO2 qu'il n'en consomme, un but qui correspond aux objectifs de l'accord international de Paris sur le climat de 2015. Les objectifs du groupe ne prennent cependant pas en compte ses émissions indirectes, c'est-à-dire par exemple celles provoquées en amont par le transport de matières premières nécessaires à son activité.

Afin de parvenir à moins polluer, ArcelorMittal mise notamment sur des techniques utilisant l'hydrogène vert comme combustible dans ses hauts fourneaux. Il a, à ce titre, un projet important à Gijón en Espagne. Le groupe mise aussi sur une augmentation de la production d'acier à partir de ferrailles.

Sans aides publiques, "difficile de motiver le secteur à se décarboner"

Mais ces projets ont un coût: "Avec le temps, (...) les techniques de sidérurgie bas carbone devraient devenir (les) plus compétitives", estime le groupe. "Mais ce n'est pas le cas aujourd'hui", prévient-il.

Le groupe en appelle donc à l'argent public, alors que l'Union européenne vient de dévoiler un immense plan pour le climat, qui suscite toutefois des inquiétudes dans de nombreux secteurs quant à ses conséquences pour l'emploi.

"Le secteur et les acteurs de l'acier ont peu d'intérêt à faire ces investissements: (...) sans un soutien public, c'est très difficile de motiver le secteur à se décarboner", a prévenu Aditya Mittal - qui dirige le groupe - lors d'une conférence téléphonique.

Mais il va devoir justifier de cette demande alors même qu'il vient d'enregistrer ses meilleurs résultats trimestriels en treize ans, après une année 2020 plombée par la crise du Covid-19. Ses ventes ont en effet progressé de 19%, à 19,3 milliards de dollars.

Le métallurgiste préfère utiliser ses profits pour racheter ses actions

Les profits du deuxième trimestre sont supérieurs aux attentes, et le groupe a annoncé un nouveau programme inattendu de rachats d'actions. Il compte en racheter pour 2,2 milliards d'euros d'ici à la fin 2021. ArcelorMittal a aussi revu à la hausse sa prévision de croissance pour la demande mondiale d'acier cette année dans une fourchette comprise entre 7,5% et 8,5% contre 4,5% à 5,5% précédemment.

Au deuxième trimestre, l'Ebitda d'ArcelorMittal, l'indicateur le plus suivi par les investisseurs, s'est élevé à 5,1 milliards de dollars (4,3 milliards d'euros), près de sept fois supérieur aux 700 millions enregistrés un an plus tôt. Les analystes attendaient en moyenne un Ebitda de 4,7 milliards de dollars selon un consensus fourni par le groupe.

Ces chiffres sont en tout cas de nature à rassurer les investisseurs, dont certains se sont inquiétés par le passé des conséquences financières de ces ambitions environnementales.

À la Bourse de Paris, l'action ArcelorMittal gagnait 2,8% en début d'après-midi, atteignant 29,30 euros.

(avec AFP et Reuters)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 30/07/2021 à 5:24
Signaler
Quelle blague !!🤣😂🤣 Un type, une boite, qui ne respecte déjà pas ses engagements au niveau social. Aors l'écologie et la planète, ils doivent s'en foutre comme de leur premier licenciement. On doit bien rigoler chez les Mittal 😁

à écrit le 29/07/2021 à 17:44
Signaler
10 milliards, c'est mesquin, ils devraient en mettre 40 a 50 d'aides publiques. Manque total d'ambition.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.