Semi-conducteurs, acier, coton..., la crise d'approvisionnement va durer (Bercy)

 |  | 592 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Reuters)
La ministre de l'Industrie a réuni ce mercredi les représentants des six filières les plus touchées par la crise d'approvisionnement de composants et de matières premières. Mme Pannier-Runacher a annoncé de nouvelles mesures pour atténuer les effets de cette crise, mais son prolongement jusqu'à la fin de l'année semble désormais inéluctable...

La ministre de l'Industrie a annoncé plusieurs mesures de soutiens complémentaires aux industriels alors que les tensions sur les approvisionnements de composants et de matières premières semblent s'inscrire dans le temps. Agnès Pannier-Runacher a réuni, mercredi, six fédérations professionnelles avec le président de France Industries pour faire le point sur la situation.

Six filières sont touchées par les tensions liées aux approvisionnements : l'automobile, l'agroalimentaire et le bâtiment pour la partie client, et l'électronique, la métallurgie et la chimie pour la partie fournisseur.

Coton, bois, chimie, plastique... La liste s'allonge

Cette crise est liée un goulet d'étranglement entre une reprise très forte post-confinement, doublé d'un effet de restockage, tandis que les capacités de production ne sont pas dimensionnées pour une telle demande. La ministre a rappelé que cette crise est aggravée par les difficultés du fret maritime.

Lire aussi : Fret maritime : jusqu'à quand va durer la flambée des prix ? Geodis répond

Parmi les matières et composants qui sont touchés par cette crise, la ministre a cité les semi-conducteurs, des intrants chimiques, le plastique, la pâte à papier, le bois et le coton.

La ministre a voulu effectuer un point d'étape sur le plan d'action mis en place par le gouvernement pour juguler cette crise. Un premier plan avait été mis en place il y a trois mois pour les semi-conducteurs dont la pénurie touche sévèrement l'industrie automobile. Puis un plan d'action sur les autres "intrants critiques" a été lancé il y a un mois.

Agnès Pannier-Runacher a admis que ces tensions pourraient durer jusqu'à la fin de l'année avec un pic probablement au coeur de l'été. La crise des semi-conducteurs, elle, se prolongera jusqu'à la fin de l'année, là où les experts annonçaient il y a peu pourtant que son pic culminerait à la fin du premier semestre.

Vers une hausse de 80% sur l'acier et l'aluminium ?

Cette crise va se traduire pas un allongement des délais de livraison, mais aussi par une inflation des prix des matières premières. Sur les emballages, elle a estimé que cette hausse pourrait s'élever à 6%, mais qu'elle pourrait atteindre 50 à 80% sur l'acier ou l'aluminium.

Plusieurs mesures de court terme sont d'ores et déjà  été engagées comme des interventions douanières pour faciliter l'acheminement des matières concernées. Des actions diplomatiques sont également menées afin de repositionner prioritairement les commandes dans les carnets des fournisseurs étrangers. Enfin, il est prévu d'identifier des stocks constitués par certains acteurs, qui pourraient être utiles à d'autres entreprises.

La ministre a rappelé que le gouvernement avait pris des mesures en septembre dernier visant à "relocaliser la production d'intrants critiques qui pourraient manquer et fragiliser la chaîne de production", dans une démarche de long terme.

Des mesures complémentaires

La ministre a annoncé trois nouvelles mesures de soutien. Les acheteurs publics devront prendre en compte les difficultés de leurs fournisseurs pour remplir leur contrat. Elle va demander l'annulation des pénalités de retard par la grande distribution lorsque la situation sera indépendante du fournisseur. La ministre veut enfin promouvoir le recours aux matières recyclées, notamment dans le plastique.

Agnès Pannier-Runacher a également indiqué qu'elle travaillait avec Bruxelles afin de définir une liste "d'intrants critiques" qui exigent une politique de sécurisation d'approvisionnement quitte à mettre en oeuvre une relocalisation de leur production sur le territoire européen.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/04/2021 à 17:23 :
Je suis issu du milieu des semi conducteurs lorsque j'ai commencé il y a 30 ans, il y avait entre 15 et 20 fabriques il n'en reste plus qu'une poignée. Ce que je dis sur le semi conducteur est valable pour l'acier, pour l'armement.....Il faudrait faire un bilan des industries stratégiques ou essentielles et garder un minimum de ces industries dans notre pays ou au minimum en Europe
a écrit le 15/04/2021 à 13:44 :
Et ces 8000 tonnes de ferraille enfouies tout les ans!
Un état qui couine pour l'écologie et fait venir l'acier fait à grands coups de co2, tout le monde sait que le fer est le premier consommateur de co2 dans la planète et qu'il n'éxiste aucune autre solution sauf le recyclage et fours électriques./
Réponse de le 15/04/2021 à 16:12 :
Ferraille de quoi ? Les carcasses de voitures démantelées ? Vous n'êtes pas précis.
Réponse de le 15/04/2021 à 17:34 :
@l'amateur d'aéroplanes,
Ben d'en ferrailles je parle de n'importe quelle ferraille qui prend le nom de platins, ou j'apporte mes propres déchets,il y a des voitures (sans leur moteur), des machines à laver entières et tout ce que l'être humain peut avoir inventé, tondeuses, sièges etc pris par une énorme pince passés dans une gigantesque broyeuse et tout sort en petits morceaux dans un wagon.
Et le train part vers une fonderie électrique ultra moderne de Sablé.
Tout ce qui contient du fer peut être recyclé et faire de l'acier.
Et si 8000 tonnes par an sont enterrées sans recyclage est franchement honteux mais la vérité.
Quand aux vieilles bagnoles c'est de la ferraille en attente, pas un scandale.
Il faut 4kg de carbone (coke) pour un kg de fer après minerai donc 12kg de co² par kg de fer issu de minerai, quasiment zéro de recyclage, 8000 tonnes c'est 8000 tonnes importées donc 80000 tonnes de co2 mais chez les autres, ouf, c'est pas nous!
a écrit le 15/04/2021 à 13:27 :
Cela fait plus de six mois que l'on sait la chose, alors bercy prévient, non elle fait un constat!

C'est a cela que l'on se rend compte le niveau du vide de l'état (disons de ceux qui le gère) et franchement, si vous êtes fortunés, jouer la défaillance de l'état français est a mon avis visible, prévisible, voir préventif !!!!

Les bras cassés de l'économie qui ne font que des constats...
a écrit le 15/04/2021 à 9:13 :
Une nouvelle source destabilisatrice dans un Monde où la stabilité est déjà bien malmenée. Nous allons voir les problèmes s'accumuler, les conflits se multiplier...No Futur? Le risque n'est pas nul.
a écrit le 15/04/2021 à 8:50 :
Le parasite financier mais bon moins de consommation c'est moins de pollution cela a aussi du bon que tout le pognon parte dans les paradis fiscaux de ceux qui ont déjà beaucoup trop. Et après tout les matières premières n'étaient elles pas beaucoup trop bon marché ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :