Impôt sur les sociétés : l'Allemagne applaudit la révolution fiscale proposée par les États-Unis

 |  | 360 mots
Lecture 2 min.
Olaf Scholz.
Olaf Scholz. (Crédits : Fabrizio Bensch)
Mettre fin au dumping fiscal, telle est la proposition américaine énoncée par Janet Yellen hier pour "mettre fin à cette course vers le bas", à laquelle se livrent les pays, qui, pour attirer les entreprises sur leur territoire, et leur garantir un environnement compétitif, proposent aux sociétés des taux d'imposition toujours plus faibles.

L'Allemagne considère comme une "très grande avancée" la proposition américaine en faveur d'un taux d'imposition minimal pour les entreprises, a déclaré mardi le ministre des Finances Olaf Scholz, qui estime possible un accord "encore cette année".

Le fait que la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen se soit exprimée pour une telle mesure est "une percée", a salué M. Scholz devant la presse, ajoutant qu'il était "désormais réaliste que nous nous accordions dès cette année".

Lire aussi : Janet Yellen veut un impôt des sociétés minimum des pays du G20

Les États-Unis veulent pousser leurs partenaires internationaux à trouver un accord sur un taux d'imposition minimal des entreprises, quel que soit le pays dans lequel elles sont installées, au moment où eux-mêmes veulent financer un plan d'investissements en augmentant les impôts de leurs sociétés.

"Nous travaillons avec les pays du G20 pour nous entendre sur un taux minimal d'imposition sur les entreprises", a déclaré Mme Yellen lundi.

Lire aussi : Un plan Biden à 2.000 milliards, les impôts sur les entreprises pour le financer

Mettre fin au dumping fiscal, "cette course vers le bas"

L'objectif selon elle: "Mettre fin à cette course vers le bas", à laquelle se livrent les pays, qui, pour attirer les entreprises sur leur territoire, et leur garantir un environnement compétitif, proposent aux sociétés des taux d'imposition toujours plus faibles.

"Je suis confiant dans notre capacité à mettre fin" à cette "mauvaise tendance", a dit M. Scholz avant une réunion virtuelle des ministres des Finances du G20 prévue mercredi.

La position de Mme Yellen est "un vent favorable décisif pour l'imposition minimale" en faveur de laquelle plaident l'Allemagne et la France, a-t-il ajouté.

Les deux pays sont effectivement de fervents partisans des vastes négociations fiscales en cours sous l'égide de l'OCDE. En plus de l'imposition des entreprises, il s'agit aussi d'adopter un système international pour taxer les géants du numérique.

Lire aussi : Bruno Le Maire propose d'utiliser l'impôt sur les sociétés pour payer la dette Covid

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/04/2021 à 18:22 :
L'imposition minimale des entreprises : une vieille réflexion défendue par ATTAC qui refait surface. Il faut, maintenant, faire vite car les états auront besoin de cet argent après la Covid 19. Espérons que l'idée du Président Macron de taxer les GAFAM pourra être également à l'ordre du jour.
a écrit le 07/04/2021 à 16:33 :
Les américains casseront cette accord dés qu'ils le décideront, deja vu !
a écrit le 07/04/2021 à 10:50 :
Je me réjouis de cette initiative surprenante et bienvenue de BIDEN. C'est pas macron qui innove en matière de fiscalité. Celui-ci est devenu un vieux conservateur du système libéral mondialiste, comme ses amis les républicains.
Réponse de le 07/04/2021 à 16:08 :
La position de Mme Yellen est "un vent favorable décisif pour l'imposition minimale" en faveur de laquelle plaident l'Allemagne et la France, a-t-il ajouté.
a écrit le 07/04/2021 à 10:19 :
Pourquoi pas une taxe sur les exportations des pays non signataires pour financer des actions humanitaires ?
a écrit le 07/04/2021 à 10:08 :
Quand le dirigeant allemand souri c'est l'humanité qui grimace.
a écrit le 07/04/2021 à 7:41 :
Le bon usage de la concurrence vaut pour les états; de toute façon, la France est hors jeu, coincée qu'elle est dans les principes du Conseil de la Résistance.
a écrit le 06/04/2021 à 19:29 :
Bon début pour les Allemands...
Maintenant qu'ils applaudissent à des voeux pieux, quand passe-t-on au concret,c'est-à-dire à la disparité intra-européenne ???
Pour l'impôt sur les sociétés, le taux en France est à 32,02% (en 2020) tandis que le taux en Irlande est à 12,5%, sans parler des 9% hongrois !!!
Je ne suggère pas d'aligner tout le monde à la hausse: mais qu'on impose (sic!) progressivement à chaque état de se rapprocher de la moyenne européenne.
Le marché unique des biens et services en UE ne peut être acceptable QUE si la fiscalité déséquilibrée n'entraine une concurrence déloyale ... Même principe pour le niveau des charges patronales,pour qu'un employeur perde tout intérêt à délocaliser ! Les états pourront toujours conserver des taux différents pour l'IR, ou les cotisations SALARIALES, car les salariés, contrairement aux entreprises, peuvent voter et donc éventuellement sanctionner les politiques non-souhaitées...
Les entreprises, elles, votent avec leurs pieds et franchissent les frontières...
a écrit le 06/04/2021 à 19:27 :
Bon début pour les Allemands...
Maintenant qu'ils applaudissent à des voeux pieux, quand passe-t-on au concret,c'est-à-dire à la disparité intra-européenne ???
Pour l'impôt sur les sociétés, le taux en France est à 32,02% (en 2020) tandis que le taux en Irlande est à 12,5%, sans parler des 9% hongrois !!!
Je ne suggère pas d'aligner tout le monde à la hausse: mais qu'on impose (sic!) progressivement à chaque état de se rapprocher de la moyenne européenne.
Le marché unique des biens et services en UE ne peut être acceptable QUE si la fiscalité déséquilibrée n'entraine une concurrence déloyale ... Même principe pour le niveau des charges patronales,pour qu'un employeur perde tout intérêt à délocaliser ! Les états pourront toujours conserver des taux différents pour l'IR, ou les cotisations patronales, car les salariés, contrairement aux entreprises, peuvent voter et donc éventuellement sanctionner les politiques non-souhaitées...
Les entreprises, elles, votent avec leurs pieds et franchissent les frontières...
a écrit le 06/04/2021 à 15:31 :
Si même les allemenads applaudissent alors Singapour sur Tamise risque de ne pas voir le jour

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :