Le magasin automatique, avenir du commerce de détail ?

 |   |  1038  mots
En janvier 2018, Amazon a ouvert au public, au pied de son QG de Seattle, sa première supérette entièrement automatisée.
En janvier 2018, Amazon a ouvert au public, au pied de son QG de Seattle, sa première supérette entièrement automatisée. (Crédits : Reuters)
Le consommateur urbain veut pouvoir faire ses courses à toute heure. Pour satisfaire ce besoin, les distributeurs travaillent sur des concepts de magasins automatisés.

Coup de tonnerre dans le monde du retail ce 5 décembre 2016 : Amazon ouvre au pied de son QG de Seattle sa première supérette entièrement automatisée, Amazon Go. Un test, d'abord réservé à ses employés, étendu au consommateur lambda le 22 janvier 2018. Les possesseurs de l'appli Amazon reliée à un moyen de paiement peuvent désormais attraper leurs achats sur les étagères et ressortir sans autre forme de procès. Les nombreuses caméras fixées au plafond et les capteurs placés sur les étagères enregistrent les caractéristiques des produits qui sont débités directement sur le compte du shopper. Une facture détaillée est ensuite envoyée sur sa boîte mail. « Le passage en caisse est l'irritant suprême pour le consommateur. Les supprimer élimine ce problème et allège nettement les coûts d'exploitation », rappelle Philippe Moati, fondateur de l'ObSoCo. Après Seattle, dix autres supérettes sans caissières ont ouvert à San Francisco, Chicago et New York. L'e-commerçant a néanmoins dû modifier son système de paiement et accepter les espèces suite à des accusations de discrimination à l'égard des consommateurs pauvres non bancarisés.

Ce qui n'empêche pas Jeff Bezos de voir grand : selon...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/06/2019 à 14:01 :
Pas du tout d'accord avec votre postulat de depart, le consommateur urbain ne veut pas pouvoir faire ses courses à toute heure.
Ce qu'il veut c'est ne pas gacher la moitié de sa journée de repos hors dimanche à simplement remplir le frigo. Ce qu'il veut c'est un magasin accessible (bus ou parking), avec des bons produits, des prix corrects et ne pas avoir a faire une demie heure d'attente en caisse en avec des hauts parleurs diffusant des chants d'oiseau pour bien lui montrer que c'est trop cool d'attendre ici qu'il est un gros veinard.
Les magasins automatiques ça restera sur les champs élysées pour le bobo parisien qui veut un pot de cornichons ou de mayonnaise a 2 heures du mat.
a écrit le 05/06/2019 à 12:51 :
Moi je n y vais pas aux caisses automatiques.Je suis contre l uberisation et digitalisation a outrance ! Je suis pour l humanisation.Rien ne sert de tout donner à une seule personne (amazon) qui ne pourra pas le depenser alors qu'en donnant à plusieurs personnes (caissières ou boutiques de centre ville ) vous maintener un commerce de proximité, l économie est plus vertueuse,etc
a écrit le 05/06/2019 à 9:10 :
A comparer avec les caisses automatiques des supermarchés qui sont en train de se vider, après l'effet de curiosité, au profit des caissières.

Les gens commencent à se rendre compte qu'on leur fait tout faire et que du coup ils ont de moins en moins de temps pour eux.

QUel est la crédibilité étatique actuelle en ce moment qui s'acharne sur tout les citoyens pour le seul profit de l'oligarchie ?
Réponse de le 05/06/2019 à 10:35 :
Toutes les caisses automatiques que je connaisse sont limité à une dizaine d'articles. Quand vous faites vos courses pour la semaine, elles sont inutiles.

Quant aux magasin sans caisses, qu'expérimente Amazon, sont vraiment intéressantes, plus de caisse tout court quoi demander de mieux pour gagner un temps monumental.

Et pour l'emploi... Meh, c'est quelque chose qui est en voie de disparition de toute manière, donc autan l’accélérer pour que se soit moins douloureux pour la société.
Réponse de le 05/06/2019 à 11:21 :
Oui puis amazone pourra se permettre d'éviter de gaspiller du pognon dans la sécurité, même s'il y a quelques articles volés c'est pas ça qui devrait beaucoup les déranger vu la puissance financière hallucinante de cette boîte.

C'est vrai que c'est pas le même système, c'est plus simple et donc forcément attractif.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :