Spanghero, placé en liquidation judiciaire, est à vendre

 |   |  339  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'entreprise Spanghero, soupçonnée d'avoir été l'un des maillons de la crise de la viande de cheval, a été placée en liquidation judiciaire. Elle pourra poursuivre ses activités pendant trois mois. Son président a déjà annoncé qu'elle était à vendre.

La direction de Spanghero jette l'éponge. L'entreprise de Castelnaudary (Aude) qui avait été pointée du doigt dans le cadre du scandale de la viande de cheval est à vendre. "Nous pensons que la meilleure solution, c'est de mettre cet outil-là sur le marché pour que d'autres opérateurs rassurent le client", a indiqué son président Barthélémy Aguerre à l'AFP. L'entreprise est placée en liquidation judiciaire et pourra continuer d'exercer ses activités pendant trois mois renouvelables. Une procédure de sauvegarde avait été ouverte le 27 février.

Spanghero clame toujours son innocence

Cette filiale du groupe basque Lur Berri est dans la tourmente depuis une enquête de la DGCCRF. Celle-ci a montré que Spanghero a acheté des stocks de viande de cheval ensuite revendus comme étant du boeuf à plusieurs sous-traitants de distributeurs qui ont ensuite inondé l'Europe de plats cuisinés. De son côté, l'entreprise affirme que la responsabilité de la fraude se situe en amont.  "Spanghero a été (...) victime d'une tromperie quant à la qualité de lots de viande qu'elle avait achetés à un trader hollandai" et "d'une accusation hâtive de fraude de la part des pouvoirs publics" ;se défend elle dans un communiqué. .La procédure judiciaire est toujours en cours.

Série noire pour Spanghero

A la suite de cette enquête, l'agrément sanitaire accordé à l'entreprise a été retiré puis en partie rétabli. Mais quelques semaines plus tard, des stocks de viande de mouton frauduleux ont été découverts chez Spanghero. Une série noire, qui ajoutée à une première affaire de viande suspecte en 2011 a contribué à jeter le discrédit sur ses activités. Celle-ci tournaient d'ailleurs au ralenti. Son chiffre d'affaire aurait subi une chute de 50% selon un communiqué. En conséquence, une partie de la direction a été décidé ainsi que des mesures de chômage partiel pour certains des 350 employés de l'entreprise. Reste désormais à l'administrateur judiciaire de mettre en place un plan social et à l'entreprise de trouver un repreneur.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/04/2013 à 17:47 :
Et si c'était le système économique qui était tout pourri? Pour faire ses lasagnes, à une époque il n'y avait pas les grandes surfaces, la traçabilité (débilité), les normes et autres fariboles, je ne pense pas que le boucher de ma grand-mère se fusse avisé de lui fourguer du cheval à la place de boeuf. La sanction à l'époque aurait certainement été le boycott du boucher, le bouche à oreille et la honte aidant, condamnant celui-ci à partir et aller vendre ailleurs sa marchandise frelatée. Aujourd'hui, on sait qu'on se fait avoir, mais on continue à acheter dans les GMS. Ils en profitent et après tout c'est bien fait pour notre c.l. Si nous respections, peut-être qu'ils nous respecteraient aussi. Je dis nous, mais je pense vous, il y a longtemps que je ne mets plus les pieds dans ce type de magasin.
a écrit le 21/04/2013 à 16:54 :
Il aurait plus simple que corriger l étiquetage, et de marquer "cheval" à la place de "boeuf"...
a écrit le 20/04/2013 à 16:04 :
décidément la filière alimentaire française entretient un certain nombre de dirigeants véreux ! qu'on ne s'inquiète pas pour eux, ils retrouveront vite du travail et recommenceronts leurs magouilles ! c'est une habitude dans ce milieu ! on fait avaler n'importe quoi au consommateur !
a écrit le 20/04/2013 à 14:36 :
Cette entreprise a été entachée de grands scandales sanitaires donc la seule solution pour eux c'est de revendre et que le repreneur change tout :

- Changement de tout l'encadrement de l'entreprise
- Changement de tous les fournisseurs de viande et si possible montée en gamme et achat exclusivement dans la filière française.
- Changement de nom, de logo et de raison sociale de l'entreprise
- Modernisation de la chaîne de production
- Mise en place d'une surveillance renforcée des stocks de viande, à l'achat, avant conception des plats et après conception des plats.
- Montée en gamme dans leur produits afin de justifier l'approvisionnement dans des filières de viande de très grande qualité.
- Lancement d'un processus de certification ISO pour l'entreprise afin de certifier la qualité de la production et la maitrise de l'outil industriel et des normes sanitaires.
- Engager de véritables star française du monde de la restauration afin de concevoir de véritables recettes d'exception ce qui aurait un véritable effet marketting mais permettrait également une montée en gamme plus facile.

Tout cela coute de l'argent, nécessite de vrais gestionnaires et des investisseurs prêts à investir avec un retour sur investissement à trois ans minimum. Mais la montée en gamme pourrait assurer des marges bien plus confortables à terme.
Réponse de le 21/04/2013 à 13:15 :
Assurance Qualité et autre certification ISO "zozo" : la qualité, c'est comme la culture ... moins on a de culture, pire est la qualité, plus on se rassure en affichant des certification à la con !
Réponse de le 23/04/2013 à 17:33 :
@Vincent
La certification, c'est la garantie d'une qualité ....minimum, donc la porte ouverte pour nous faire "bouffer" n'importe quoi. Même les tribus les plus reculées d'Amazonie ne vont pas jusqu'à gratter la dernière poussière de viande sur un os. Et nous on le fait pour produire du minerai de viande! Pour "encore un petit bénéfice". Me demande qui sont les plus c..s. Les plus avides, je sais.
a écrit le 20/04/2013 à 14:12 :
Ségolène va mettre notre pognon la dedans et hop a dada.
a écrit le 20/04/2013 à 10:43 :
nos brillants Hamon et Montebourg? qui avec leurs déclarations et actions inconsidérées ne sont pas étrangers à cette situation.
a écrit le 20/04/2013 à 0:51 :
rappeler vous le 1 jour ou les services ont enquêter, le patron a envoyer les ouvrier devant la préfecture pour manifester et rameuter a tous va les syndicats pour faire pression contre les enquêteurs, Moi je vous dit j'avais compris dés le 1 jour, que quelques choses de pas très claire aller ce découvrir (patron menteur se servant de ses ouvriers comme bouclier de ses tromperies et tricheries sur la marchandise) LE PATRON SAVAIT DEPUIS LE DÉBUT ET DEVRAIT ÊTRE PUNI SÉVÈREMENT PAR DE FORTE AMANDES, ET INTERDIT DE GÉRER UNE AUTRE SOCIÉTÉ .
Réponse de le 20/04/2013 à 9:26 :
et s'il aime les amandes on fait comment?
a écrit le 19/04/2013 à 20:13 :
à vendre pour 1 euro symbolique compte tenu de la réputation de l'entreprise je suppose :-)
Réponse de le 19/04/2013 à 21:11 :
Le souci est que la France a été le pays le plus touché par le cheval hollandais. Donc, bien d'autres entreprises "optimisent" dans le même sens...
a écrit le 19/04/2013 à 20:06 :
mais il faudra qu'on le veuille ou non un remède de cheval pour l'en sortir............
a écrit le 19/04/2013 à 19:47 :
d'un boeuf on ne fait pas un cheval de course! ;-)))))) ( et d'un ane on ne fait pas un boeuf de course non plus!)
a écrit le 19/04/2013 à 19:37 :
Vive les Pizzas
a écrit le 19/04/2013 à 19:25 :
Clair que sans viande de cheval, c'est moins rentable.
a écrit le 19/04/2013 à 19:21 :
il y a tromperie volontaire donc ils assument direction cadres et chef de postes sont responsables car au courant de ce traffic tout ce petit monde d escrocs devrait etre en tole mais grace a notre merveilleuse justice ils ont le temps de creer leur insolvabilite moi personnellement je les enferme pour 10ans et saisie des biens
a écrit le 19/04/2013 à 18:20 :
je te l'échange contre 2 chevaux
Réponse de le 19/04/2013 à 18:49 :
boeuf, je suis plutôt à cheval sur la revente de ma belle ecurie, j'ai mis tellement de temps à la monter pendant toutes ces années, que la saignée aussi facilement me brise le poumon....euh pardon, le coeur, je m'y perd autant que mes clients dis donc....!
Réponse de le 19/04/2013 à 19:28 :
zayrault , Montebrouette et ce guignol de Hamon ont reussi leur coup bien joué il faut continuer ..........................................les entreprises n'ont plus de marge alors certaines trichent .................................
Réponse de le 21/04/2013 à 15:34 :
Claudus a tous résumé en une phrase, c'est probablement grace aux chevaux que les employés ont pu garder leurs boulots jusque la.
Réponse de le 22/04/2013 à 9:03 :
bonjour excusez moi je repond a marousan, je ne dis pas du tout mais alors pas du tout que cest bien fait pour les employés il faudrait ne pas deformer mes propos alors là!!! je dis simplement quils savaient car lorsque lon bsse depuis X années dans une boite, de toute facon on sait reconnaitre dentrée du boeuf du cheval non? hein oui cest pas vrai? meme nous qui ne sommes pas bouchers, on reconnait les viandes quand meme? bref il y a eu tromperie sur toutela ligne et voilà au nom de ce saccro saint roi POGNON.
a écrit le 19/04/2013 à 18:07 :
s'ils ne sont pas cleans, bien fait !
Réponse de le 19/04/2013 à 19:40 :
Les ouvriers ne sont pas responsable de cette gabegie !!!!!
Réponse de le 20/04/2013 à 11:06 :
Comment ne pouvaient ils pas savoir?
Réponse de le 20/04/2013 à 15:54 :
JE vous trouve bien injuste avec les employés. Comment peut-on différencier de la viande de cheval et de la viande de b?uf lorsque l'on reçoit la viande déjà découpée voir hachée et tout mélangé sans distinction ?
Comment différencier lorsque l'on est un simple employé et que l'on fait normalement confiances aux laboratoires du fournisseur et à l'agrément européen ?
Comment différencier lorsqu'on ne manipulé pas cette viande mais qu'elle est directement envoyée pour transformation à des fins de préparation ?
Et dire que c'est bien fait est stupide. Il y a eu fraude de la part des fournisseurs et négligence de la part de la direction qui aurait du faire systématiquement analyser la viande. Ce n'est pas en tout cas la faute des employés.
Réponse de le 20/04/2013 à 15:59 :
comment cela il ne pouvait pas le savoir!!!???? mais si ils etaient au courant bien sur!!! mais de peur de perdre ler place voila!!! de toute facon les pauvres ils sont virés!!!! du n cote comme de lautre cetait la fin!!!! ALORS?
Réponse de le 20/04/2013 à 23:49 :
@Marousan: quand on est du métier, on sait faire la différence :-) il est quasi certain que la plupart des employés savaient, mais ne disaient rien pour conserver leur emploi.
Réponse de le 20/04/2013 à 23:54 :
@Hyouki : Ce sont des affirmations sans fondements. Il faut produire une preuve pour dire qu'ils savaient et après tout il n'y a ni malades, ni morts mais tromperie sur la marchandise donc condamner des familles au chômage voir à la ruine ça fait beaucoup si on se base sur des présomptions.
Enfin ils ne sont pas virés, il s'agit d'une liquidation judiciaire avec clause de sauvegarde. Ce qui implique que le repreneur pourra conserver tout ou partie du personnel et que pour le reste du personnel ce sera un plan de reconversion avec indemnisation.
a écrit le 19/04/2013 à 17:46 :
Tout ça grâce au gouvernement... merci zAyrault!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :