Après la viande de cheval... du mouton britannique découvert chez Spanghero

 |   |  402  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Plusieurs dizaines de tonnes de viande ovine en provenance de Grande-Bretagne ont été découvertes chez Spanghero. Or, l'importation de cette viande est interdite en France. Selon le ministère de l'Agriculture, le fournisseur ne cette viande n'est autre que Draap Trading, celui qui avait déjà vendu du cheval étiqueté ensuite comme du boeuf.

Spanghero paraît loin de sortir du tunnel. Quelque 57 tonnes de viande ovine d'origine britannique ont été découvertes dans ses entrepôts, révèle RTL ce mardi. Un information confirmée à la radio par Barthélémy Aguerre, le patron de l'entreprise dont le siège se situe à Castelnaudary (Aude). Le parquet de Carcassonne a reçu un signalement de la Brigade nationale d'enquête vétérinaires à ce sujet.

Selon le minisitère de l'Agricultre, contacté par l'AFP, la viande incriminée a été livrée par, Draap Trading, le fameux négociant néerlandais enregistré à Chypre quiavait vendu la viande de cheval commercialisée plus tard comme du boeuf à Spanghero. Cette fois, les étiquettes mentionnaient de "la viande dénervée d'agneau".

Une importation interdite

Problème: la commercialisation de viande découpée de cette manière est interdite en France. Cette interdiction a été mise en place en raison des risques de présence de prion à l'origine de la tremblante du mouton. Ces lots étaient destinés à être transformés en merguez mais rien n'indique, pour l'heure, que des produits contenant cette viande aient été mis en vente. Par ailleurs, comme pour la viande de cheval vendue comme étant du boeuf et qui a provoqué un scandale dans toute l'Europe, le circuit de vente de ces lots de viande serait complexe. Il aurait transité par la Grande-Bretagne et les Pays-Bas.

Une viande qui risque d'effrayer la clientèle

Pour avoir commercialisé de la viande de cheval comme étant du boeuf, "à la table Spanghero" est déjà visée par une enquête. L'entreprise, qui appartient au groupe basque Lur Berri, et emploie quelque 300 personnes tente de garder la tête hors de l'eau depuis que des agréments sanitaires lui ont été retirés. Elle a ainsi demandé au tribunal de commerce de Carcassonne l'ouverture d'une procédure de sauvegarde. Cette découverte risque cependant d'effrayer encore un peu plus sa clientèle déjà échaudée par le scandale de la viande de cheval.

A lire aussi:

>> [ENQUÊTE] Scandale de la viande de cheval : pas si facile d'être un "flic" de la DGCCRF

>> Scandale du cheval : trois semaines au galop à travers l'Europe

>> Scandale de la viande de cheval: une recette amputée d'au moins 3,5 millions d'euros sur les plats cuisinés

 (Article créé à 8h26, mis à jour à 11h46)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2013 à 11:04 :
On dirait que "la traçabilité" de la bonne foi et de l'honnêteté de Spanghero est sérieusement mise en cause ! ...Ah l'avidité, toujours l'avidité ...
a écrit le 19/03/2013 à 16:13 :
Les établissements Spanghero font partie d?une coopérative agricole aux mains essentiellement d?environ 5000 agriculteurs.
Mais qu?est ce qu?une coopérative ? C?est un groupement d?acheteurs, de commerçants ou de producteurs ayant des intérêts communs où chaque associé a des droits de gestion égaux et où le profit est répartis entre ces seuls associés. Son but vise à réduire les prix de revient par une méthode d?action économique de groupage.
Ces associations, comme les banques mutualistes, symboles communautaires anti capitalistes, sont très souvent dévoyées , envahissantes et percluses de gigantisme et incompétences...
Le pouvoir corrompt?D?autres scandales sont en vue !
a écrit le 19/03/2013 à 15:27 :
pour restaurer la confiance dans le boeuf, il va falloir un remède de cheval...sinon beaucoup vont avoir mangé de la vache enragée, ça va être saignant pour la vitalité du secteur...pendant ce temps, les pauvres agriculteurs qui font de bons produits travaillent 70h/s, sont au régime sec...il faudrait que le chevelu ministre de l'griculture se mette au travail et valorise la bonne production française plutôt qu'importer de la m... au nom de la libre concurrence..
Réponse de le 19/03/2013 à 15:50 :
tout à fait d'accord, on tue l'agriculture française au nom de la libre concurrence sans contrôle, et on importe n'importe quoi en détruisant notre filière de qualité et qui maintient nos beaux paysages... sera t on lepremier pays en tourisme quand la campagne sera toute en friche??? ces politiciens n'ont aucune vision globale, ou tout simplement incompétents... si le ministre avait refusé l'agriculture on lui aurait donné le ministére de la danse classique...il n'y a pas une sélection de compétences, on place les copains...
Réponse de le 20/03/2013 à 12:34 :
Nous sommes d'accord ...mais cessons de nous exonérer de toute responsabilité collective en se défoulant sur des blogs par l'accusion de tous sauf de nous ...
Qui veut acheter pas cher ? ; qui veut tout trouver au même endroit et ne plus aller dans des commerces de proximité? qui veut de la consommation pratique , congelée ou conditionnée pour la famille ?......etc
Réponse , nous les consommateurs . Si nous n'orientons pas notre consommation sur un effort en terme de prix et de temps consacré et bien nous aurons les produits que nous méritons et cessons de dire que la faute est toujours celle des autres !
a écrit le 19/03/2013 à 13:44 :
Je voulais bien leur donner le benefice du doute lorsqu'ils nous ont dit qu'ils pensaient que le code douanier "cheval haché" était un vulgaire numéro de reference.....mais là, on se fout ouvertement de notre gueule: dire à la moindre anicroche "c'est pas moi c'est lui", c'est pathétique.....et puis pourquoi se fournir systématiquement aux pays bas? quand on est du coté de Toulouse? c'est uniquement pour le bas prix, donc, pour acheter de la m$rde et la revendre bien cher
Réponse de le 19/03/2013 à 14:43 :
ca depend ... est ce que les etiquettes etaient vraimentclaires???
n'y a t il pas eu abus de confiance envers spanghero...? parce qu'iln'y avait pas , finalement, de controle interne et qu'"ils " le savaient? ?
Réponse de le 19/03/2013 à 15:10 :
même s'il y a abus de confiance de la part de draap trading qui est un trader escroc, spanghero ne peut pas dire à chaque fois "nous avons vendu un produit en faisant des benefices, tout en ne jamais controlant la nature de ce produit acheté chez un trader neerlando-chypriote" (déja l' alarme aurait du attirer l' attention du controle qualité). Y a t il un controle qualité? si c'est de la viande de mouton mécaniquement séparée, un boucher le voit au premier coup d'oeil non? donc spanghero n' a jamais rien controlé et faisait le revendeur camelot de résidus d' abbatoir européens
Réponse de le 19/03/2013 à 15:25 :
si c'est vraiment comme ca que cela c'est passé, je vous rejoins . !
Réponse de le 19/03/2013 à 17:08 :
@GMdetroit: argument fallacieux, car une entreprise c'est fait pour gagner de l'argent, pas pour faire du social :-)
a écrit le 19/03/2013 à 13:12 :
Il ne savait pas...il croyait que c etait du boeuf...et si fermeture....chomeurs donc il ne risque rien....j attends la viande humaine pour voir si fermeture nevisagé.
L' etat trouve un repreneur avec les salaries qui paye l amende directement à l etat
a écrit le 19/03/2013 à 12:19 :
Il paraît mais cela reste à confirmer que nombre d'employés de l'entreprise ont depuis peu contracter la tremblante du chômeur !
Réponse de le 19/03/2013 à 13:10 :
:-)
Réponse de le 19/03/2013 à 17:09 :
:-) :-)
a écrit le 19/03/2013 à 11:04 :
So british ! l'exception insulaire. So liberal les pays-Bas ! Sacré foirail putride des 17 ou 27 maffieux d'Europe.
C'est une fois de plus un "centre à l'aile" qui a dérouté le ballon ovale de Castelnaudary. Le Cathare mange cassoulet ou merguez sans distinction d'étouffe-chrétien.
a écrit le 19/03/2013 à 11:01 :
bref vous pouvez faire les pire turpitude, voire vendre des produits empoisonne mais on ne doit rien vous faire parce que ca va faire quelques chomeurs de plus si on vous sanctionne ....
cette societe doit etre fermee, et Lur Berri prendre une amende salee qui devrait la dissuader de recommencer (ou s ils savaient vraiment pas, de se rappeler qu on doit controler ce que font ses filiales)
a écrit le 19/03/2013 à 10:57 :
Cette entreprise doit malheureusement fermer et ses propriétaires doivent être durement sanctionnés. Il en va de la crédibilité de la filière agro-alimentaire.
a écrit le 19/03/2013 à 10:48 :
Trop facile de dire c'est la faute au voisin. Pour moi toute entreprise qui se respecte sait mettre en place des contrôles internes et si ceci n'est point le cas c'est qu'elle est prête pour diverses raisons à participer aux fraudes multiples.Et surtout ceux qui disent que c'est la faute à l'Europe se taisent une fois pour toute.
a écrit le 19/03/2013 à 10:35 :
Encore du chantage a l'emploi comme d'habitude en France .Cette entreprise aurait du etre fermee de suite apres la presomption de fraude aux consommateurs et apres enquete approfondie ,etre rehabilitee ou fermee definitivement.
a écrit le 19/03/2013 à 9:52 :
Si cette viande est interdite d'importation dans l'UE parce que potentiellement dangereuse, à qui donc est-elle habituellement destinée ???????
Totalement pas regardant chez Spanghero ...
Bref avec le retour des farines animales le prochain drame sanitaire sera sur le poisson , le poulet et le porc.
a écrit le 19/03/2013 à 9:26 :
j'ai un peu de mal à croire que les créateurs " spanghéro " transformateurs d'essais de ballon devenus transformateurs à saucisses n'étaient pas au courant de cette "combine" qui n'a pas été mise en place en quelques jours ou quelques mois ! la vente de leurs parts n'est pas si ancienne , 2009 ! et jm spanghéro quitte la société en 03/2012 !!!! . méfiance totale exigée .
a écrit le 19/03/2013 à 8:59 :
Encore la faute du trader chypriote et de l'intermédiaire hollandais ?
a écrit le 19/03/2013 à 8:51 :
Vive l'Europe de Bruxelles, vive la concurrence libre et non faussée, vive la libre circulation par la disparition des frontières, vive la prospérité promise, vive l'enfumage, vive l'euro....!
a écrit le 19/03/2013 à 8:50 :
Super les merguez Spanghero à base de cheval roumain et de mouton à la tremblante ! Je commence à avoir des doutes sur les foies gras et le saumon Labeyrie qui font partie du même groupe Lur Berri.
a écrit le 19/03/2013 à 8:49 :
Spanghero appartient à Lur Berri. Lur Berri appartient au fonds Unigrains. Unigrains c'est la branche financière des céréaliers et autres membres de la FNSEA. Unigrains possède aussi Comigel, et Comigel détient Tavola. C'est la faute à personne, mais toutes les sociétés impliquées appartiennent toutes à Unigrains ... Le gouvernement ne devrait-il pas chercher de ce coté ??? Tout ceci est étrange, ou semble téléphoné ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :