Un e-commerçant sur deux prévoit d'embaucher en 2015

 |   |  343  mots
Pour l'année à venir, le marché du e-commerce pourrait pourtant dépasser les 62 milliards d'euros.
Pour l'année à venir, le marché du e-commerce pourrait pourtant dépasser les 62 milliards d'euros. (Crédits : reuters.com)
Relativement confiants dans la conjoncture économique cette année, les professionnels de la vente en ligne, sont également légèrement plus nombreux que l’an dernier à anticiper des embauches.

En 2015, « seuls » 48% des distributeurs présents en ligne - qu'ils disposent ou non d'un réseau physique - prévoient d'embaucher, selon un sondage de la Fédération e-commerce et vente à distance diffusé à l'occasion du salon e-commerce One to one.

Ils étaient 47% l'an dernier a avoir effectivement embauché, période pendant laquelle les recettes totales du secteur ont battu un nouveau record et atteint 57 milliards d'euros. Ils avaient débuté l'année de façon moins "optimistes", note Marc Lolivier, délégué général de la Fevad, puisque "40% tablaient sur des embauches".


>> Lire aussi : L'e-commerce créé-t-il toujours autant de nouveaux emplois ?

Pour l'année à venir, le marché pourrait pourtant dépasser les 62 milliards d'euros. Globalement, plus de 8 cybermarchands interrogés sur 10 se déclarent au moins aussi confiants pour l'année à venir qu'en 2014. Ils sont à peu près aussi nombreux à anticiper une hausse de leur chiffre d'affaires.

Maturité du marché

Cependant, à mesure que les consommateurs s'habituent aux nouveaux modèles de distribution en ligne, certaines entreprises ou services disparaissent quand d'autres fusionnent. Plus des trois quarts des dirigeants sondés prévoient également la poursuite « de mouvements » dans le secteur qu'il s'agisse de fermetures de site ou bien des mouvement de concentration. A noter : dans le premier cas, le nombre de créations de site reste supérieur aux suppressions, avec 20.000 créations nettes l'an dernier. La possibilité de levées de fonds importantes ou l'émergence de nouveaux « champions » divise par ailleurs les sondés.

Plus de la moitié des entrepreneurs fondent déjà leur stratégie sur un développement international et 14% compte le faire. Les « pure-players », uniquement présents en ligne, ont tendance à réaliser cette expansion depuis la France, ce qui serait de nature à soutenir l'emploi localement. Tandis que les distributeurs disposant d'un réseau physique se reposent davantage sur des acteurs dans les pays où ils souhaitent investir. Leurs territoires privilégiés : la Belgique remporte encore la majorité des suffrages suivie de l'Espagne puis de l'Allemagne et du Royaume-Uni ex aequo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/03/2015 à 16:57 :
Pour un emploi créé dans l' e commerce combien de supprimés dans le commerce traditionnel et combien d'impôt en plus pour le Luxembourg et en moins pour la France!
Faut-il se réjouir de ce type d'annonce?
a écrit le 19/03/2015 à 12:03 :
Reste un sur deux qui ne prévoit pas d'embaucher !!
Au fait, combien prévoit de ne pas payer de taxes et impôts en France ???
a écrit le 19/03/2015 à 10:12 :
Simple transfert d'embauche!
a écrit le 19/03/2015 à 10:06 :
Certaines activités PEUVENT être dématérialisées... d'autres non !
Exemple : la loi Macon souhaite développer les leçons de conduite automobile... via internet ! LE code, ok (Existe-t-il encore une seule auto-école en France qui ne propose pas les cours de codé par internet??)
Mais la conduite, c'est du grand n'importe quoi ! À la limite, on pourrait supprimer les lycées, et chaque élève passerait son abc sur internet !! Mais ce qui est manuel (la conduite, par exemple) c'est totalement utopique !
La loi macron désorganise complètement le secteur à des fins électoraliste, et cela va entrainer des pertes d'emploi considérables !! ... et quand on dit que les leçons de conduite sont trop chères (30euro HT en ce qui me concerne), comparer le tarif horaire avec votre coiffeur, votre garagiste, votre plombier, etc !! UN enseignant de conduite est moitié moins payé que n'importe quel enseignant, y compris prof de gym ou autre !!
Internet, c'est un plus... mais ça ne fait pas tout !!
Au fait le résultat attendu de la réforme du permis par Macon, c'est :
- chute du niveau d'exigence du permis, avec des postiers qui vont faire passer le permis (oui, oui : vous avez bien lu !) ! De là, un accroissement phénoménal des accidents de la route (déjà 1e cause de mortalité des 20/25 ans!) ! Cela induira pour TOUS un accroissement des sanctions contre les automobilistes !! Vive les radars !
- centralisation des centres d'examen : dans l'Isère par exemple, on parle de supprimer des centres d'examen, et seuls 2, voire 1 seul centre d'examen subsistera... 200km aller-retour pour aller passer son permis, pour le gouvernement, ça a l'air naturel !!!
Au final, c'est l'ensemble des français qui vont y perdre : en tant que candidat au permis, en tant qu'automobilistes, voire en tant que victime d'accident de la route !!
Le bac a vu son niveau chuter, mais ça, c'est pas trop grave ! LE niveau du permis qui chute, c'est la sécurité de tous qui est en jeu ! (tiens, j'entends pas la Ligue de Sécu routière sur ce sujet ...)... en attendant, ce sont les auto écoles et leurs salariés qui sont les premiers à trinquer !!!
a écrit le 19/03/2015 à 9:48 :
De toutes façons, pour promouvoir leur activité dans le cadre d'un lobbying, ils ne diront jamais l'inverse !!! (pas plus qu'ils ne mentionneront le nombre de destruction d'emploi ailleurs, engendré par leur activité !)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :