La taxe sur les hôtels de luxe passe à la trappe

 |   |  350  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Adoptée par le Parlement en septembre dernier lors du premier plan de rigueur du gouvernement, la taxe de 2% sur les nuitées d'hôtel de luxe fait finalement long feu. L'Assemblée nationale vient finalement de la supprimer.

Elle devait entrer en vigueur le 1er novembre dernier et rapporter environ 100 millions d'euros 2011 et 2012. Elle, c'est la taxe de 2% sur les nuitées dans les hôtels de luxe à plus de 200 euros, imaginée par le gouvernement à la rentrée lors du premier plan de rigueur du gouvernement.

Mais le deuxième plan de rigueur a eu raison de cette taxe et l'Assemblée nationale l'a finalement abandonnée ce mercredi lors du budget rectificatif de fin d'année. "Nous venons vous proposer d'augmenter la TVA sur l'ensemble des activités hôtelières. Il y a une taxation plus englobante et qui touchera davantage les grands hôtels que la première car elle est proportionnelle", a fait valoir la ministre du Budget, Valérie Pécresse. Tout en précisant que les parcs à thèmes rentreront aussi dans le périmètre des secteurs concernés par le relèvement du taux réduit de TVA à 7%.

Dans son rapport sur ce projet de loi, le rapporteur général du Budget, Gilles Carrez (UMP) a observé que "l'estimation à 1,8 milliard d'euros de la hausse des taux réduits de TVA ne prend pas en compte la suppression de la taxe sur les nuitées d'hôtel", qui entraîne un "manque à gagner".

"Oui, vous allez taxer les sandwiches achetés dans boulangeries pour le repas de midi de la même façon que les hôtels de luxe, je trouve ça choquant", a lancé Pierre-Alain Muet (PS) à la ministre tandis que Charles de Courson (Nouveau centre) s'est félicité que le gouvernement reconnaisse son erreur. Plus ironique, le président de la commission des Finances, Jérôme Cahuzac (PS) a souligné la "remarquable réactivité du gouvernement, qui a d'abord projeté de taxer les parcs à thèmes puis les nuitées d'hôtels de luxe pour finalement augmenter la TVA".

Il y a trois semaines, Frédéric Lefebvre, secrétaire d'Etat au Commerce, à l'artisanat, aux PME et au tourisme s'était déjà engagé devant les représentants de l'hôtellerie-restauration, à revenir sur cette taxe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :