Accor achète Fastbooking pour s'armer contre Booking.com

 |   |  343  mots
Accor, qui occupe la 6ème place du classement hôtelier mondial, exploite sous ses 15 marques, dont Sofitel, Pullman, Novotel, Mercure, Ibis ou encore hotelF1, 3.752 hôtels dans le monde et 488.241 chambres.
Accor, qui occupe la 6ème place du classement hôtelier mondial, exploite sous ses 15 marques, dont Sofitel, Pullman, Novotel, Mercure, Ibis ou encore hotelF1, 3.752 hôtels dans le monde et 488.241 chambres. (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Le site Fastbooking aide les hôteliers à mettre au point une stratégie de vente directe sur internet. Le PDG d'Accor, Sébastien Bazin, avait annoncé à l'automne un plan d'investissement de 225 millions d'euros sur cinq ans dans le numérique pour renforcer le groupe face à la montée des sites de réservations hôtelières.

Le développement numérique d'Accord passe par des acquisitions. Le géant hôtelier a annoncé vendredi 17 avril dans un communbiquele rachat du français Fastbooking, spécialiste des solutions de réservation en ligne pour hôteliers, afin d'accélérer son développement dans le numérique. Le montant de la transaction n'a pas été dévoilé.

"Après l'acquisition de Wipolo en octobre dernier (start-up spécialisée dans la gestion de voyages, ndlr), cette nouvelle opération nous permet de compléter nos savoir-faire, et de renforcer l'expertise numérique du groupe au service de ses hôtels", a déclaré le PDG d'Accor, Sébastien Bazin, cité dans le communiqué.

Sébastien Bazin avait annoncé à l'automne un plan d'investissement de 225 millions d'euros sur cinq ans dans le numérique pour renforcer le groupe face à la montée des sites de réservations hôtelières, tels que Booking.com ou encore TripAdvisor. Ces sites sont devenus indispensables aux groupes hôteliers mais en menacent l'équilibre économique de par l'importance des commissions qu'ils prélèvent.

     | Lire Accor porte plainte contre Booking.com

Fastbooking était en perte de vitesse

Créé en l'an 2000, Fastbooking aide les hôteliers à mettre au point une stratégie de vente directe sur internet, via la création et l'exploitation de sites ou via des outils de gestion de la réputation en ligne et d'amélioration de leur visibilité, afin de réduire leur dépendance vis-à-vis des agences de voyage en ligne.

Le site a réalisé plus de 20 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2014 pour 1,2 million de transactions, mais il était en perte de vitesse et cherchait un repreneur. Une procédure de conciliation avait été engagée. Début 2014, Fastbooking avait dû renoncer à ses sites d'hôtels dédiés aux particuliers pour se recentrer sur une clientèle professionnelle.  Fin 2014, il était par ailleurs entré en négociations exclusives avec le groupe allemand IHS Worldwide, propriétaire de Worldhotels, mais les discussions n'avaient pas abouti.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2015 à 17:08 :
Il faudrait mettre à la porte ce type de dirigeant qui réagit avec une telle lenteur. Prendre 20 ans pour parler numérique n'est pas à son honneur mais surtout pas à la hauteur des missions d'un grand groupe qu'il suit pourtant sous différentes formes de direction depuis tout ce temps.
Réponse de le 19/04/2015 à 19:49 :
sauf que cela ne fait pas longtemps qu il a prit le groupe directement en tant que pdg

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :