Comment les hôteliers veulent faire le ménage chez Airbnb

 |   |  926  mots
Il y a eu la victoire contre Booking. Place à la croisade contre Airbnb.
Il y a eu la victoire contre Booking. Place à la croisade contre Airbnb. (Crédits : Flickr/PortoBay Hotels & Resorts. CC License by.)
L'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie liste des mesures visant à réglementer Airbnb et les autres plateformes de location collaboratives. Passage en revue de mesures dont certaines ont déjà été mises en place à l'étranger.

L'hôtellerie contre les plateformes en ligne, 2e round. Cette fois, la principale organisation du secteur hôtelier français s'en prend à Airbnb. Après une victoire juridique et législative contre Booking, Expedia et les autres centrales de réservation en ligne, l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih), exige une réglementation des activités du site collaboratif américain. Ses concurrents, comme Homelidays (maison-mère d'Abritel), sont également ciblés. Mais, symbole des bouleversements rencontrés dans le secteur, c'est surtout le site cofondé par Brian Chesky que l'organisation hôtelière française pointe du doigt. Pour le réguler, voici, dans les grandes lignes, les dispositions qu'ils réclament:

  • Immatriculation des loueurs

Il s'agirait de faire enregistrer les loueurs auprès des municipalités, y compris lorsqu'ils mettent leur résidence principale à disposition des voyageurs. Une disposition déjà mise en place à Barcelone. Cette mesure permettrait de détecter plus aisément les loueurs "professionnels" qui offrent des nuitées dans un ou plusieurs logements au-delà d'une durée assimilant leur activité à celle loueur de meublé touristiques.

L'Umih exige en outre que les plateformes soient obligées d'afficher le numéro d'immatriculation des hôtes ou encore que, si ces derniers sont eux-mêmes locataires, ils aient apporté la preuve écrite de l'accord des propriétaires du logement en location.

  • Déclarations de revenus individuelles

 Corollaire de la mesure précédente qui vise à déterminer précisément qui loue quoi, ce point a évidemment pour but in fine de collecter davantage de taxes. Airbnb a accepté début 2015 de collecter la taxe de séjour à Paris, mais sans détailler comment les loueurs contribuent à la somme globale versée à l'administration fiscale. L'Umih estime en outre que la somme de "0,83" centimes d'euro par nuit, qu'ils ont évaluée, est bien inférieure dans certains quartiers à ce que remettent les hôtels. Ils demandent en outre à connaître le niveau de TVA versée par les loueurs qui y sont assujettis.

Les hôteliers espèrent pouvoir faire appliquer cette disposition même "aux personnes domicilées à l'étranger". Une gageure, compte tenu de l'internationalisation des plateformes en ligne.

  • Limitation des durées de location

L'organisation estime que la durée minimale des locations devrait être de 7 jours, la durée maximale de 52 jours. Une mesure qui pourrait sans difficultés être contournée, par exemple en louant 7 jours puis en annulant des nuitées supplémentaires.

Aux Etats-Unis, Airbnb ne peut rien cacher au fisc

"D'autres villes dans le monde ont déjà pris des dispositions", rappelle Laurent Duc, en charge de l'hôtellerie française au sein de l'organisation lors d'une conférence de presse ce 22 octobre. A New York, par exemple, la durée minimale pour louer un appartement sans y résider en même temps est de 30 jours.

"Ne parlons pas de San Francisco, la ville où est née Airbnb, qui demande une transparence totale de l'hébergement. (...) Aujourd'hui, la totalité des revenus collectés par une plateforme comme Airbnb est transmise au fisc américain, ce que nous demandons aujourd'hui ", ajoute-t-il.

De son côté Roland Héguy, président de l'UMIH justifie ainsi ces demandes:

"Nous n'avons rien contre le modèle collaboratif, au contraire, nous l'avons soutenu dans le monde agricole avec la création des chambre et des tables d'hôte. Mais là cela va beaucoup plus loin parce que le phénomène dépasse le collaboratif et le partage et devient de l'industrialisation. Il y a des investisseurs qui se sont engouffrés dans la brèche et mettent à disposition des plateformes des dizaines et des dizaines d'appartements".

Airbnb surveillé par le site "Inside Airbnb"

A l'appui de leurs demandes, l'Umih produit une étude tirée des mesures effectuées sur le site "Inside Airbnb", créé par Murray Cox, un internaute qui se décrit comme "activiste de la technologie", et qui répertorie en temps réel le nombre précis d'annonce présentes sur Airbnb.

Il en conclut qu'au cours des derniers mois, ce sont environ 35.000 annonces qui ont été mises en ligne à Paris intra-muros (Airbnb évoque de son côté le chiffre de 50.000, lequel chiffre s'applique plutôt à la région parisienne dans son ensemble). Surtout, l'Umih dénonce des annonces "mensongères" en donnant des exemples de loueurs qui proposent plusieurs dizaines - voire centaines - de logements différents dans la capitale, alors qu'ils se présenteraient comme des hôtes occasionnels.

Ils produisent notamment la fiche d'un Parisien, un certain "Michel" qui proposerait plusieurs appartements ainsi. Il se trouve en l'occurrence que cette fiche distribuée par l'organisation hôtelière contient une erreur de traduction. En anglais, il est écrit dans l'annonce:

"I staged these apartments witha lot of antique furniture" ("J'ai décoré ceS appartementS avec de nombreux meubles antiques").

Mais dans la version française, un paragraphe plus bas, il est écrit:

"j'ai décoré cet appartement avec des objets et meubles anciens".

Fiche Airbnb 2

Néanmoins, d'autres exemples de loueurs "multiples" qui se présentent comme des hôtes "toujours disponibles" sont également cités par l'Umih.

Contre une concurrence jugée déloyale, pas d'offensive juridique comme ce fut le cas contre Booking, mais une opération lobbying. Pour mettre en oeuvre de telles mesures -qu'ils souhaitent cumulatives et s'apparentent à une "loi Airbnb" -, l'organisation compte sur une éventuelle loi Macron 2 ou bien sur la loi numérique préparée par la secrétaire d'Etat Axelle Lemaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2015 à 0:01 :
Et l'accessibilité pour les handicapés , moteur, avec déficits auditif ou visuels, etc : AirBNB assure une mise aux normes hôtelières ou c'est 2 poids 2 mesures ???
Et pour la TVA : c'est un taux de 10% pour tous ???
a écrit le 23/10/2015 à 13:32 :
Allez... on met les mêmes normes d'Accessibilité Handicapés chez AirBNB que pour les hôtels, on met les mêmes taxes, taxes de séjour et TVA notamment, que pour les hôtels, on supprime les charges sur les salaires comme pour ceux qui sur AirBNB loue plusieurs apparts sans déclarer de personnel d'entretien... et aussitôt les prix s'aligneront !!!
a écrit le 23/10/2015 à 13:11 :
Le jour où les hôtels font des nuits à 25€ avec le même confort que chez l'habitant à savoir un vrai matelas qui ne donne pas mal au dos, un chauffage correcte en période froide et un petit déjeuner accessible quand on veut, ben il est sûr que je m'intéresserais à eux, mais en attendant, ce genre de prestation n'existe pas.

D'autre part, ils ne veulent pas que les gens passent moins de 7 nuits chez les habitants, ben qu'ils fassent créer une loi pour interdire aux personnes à petit budget de voyager !!

Ou encore même, eux qui n'arrêtent pas de scander que c'est de la concurrence déloyale, qu'ils fassent interdire la colocation, Couchsurfing et tous ces sites donnant accès à l'hébergement chez l'habitant, tout comme il faut interdire aux personnes de dormir chez leurs amis ou dans leur famille !! Après tout, c'est de la concurrence déloyale, non ? On dort ailleurs qu'à l'hôtel !

Ils sont tellement égocentriques et ne regardent pas plus loin que le bout de leur nez.

Ils veulent interdire aux gens de vivre, tout simplement.

La chose pour laquelle je suis cependant d'accord, c'est que le site devrait enregistrer les prestations par offrant, et à la fin de l'année faire le calcul. Si le total dépasse 5000€, alors oui, faire faire la déclaration des revenus et transmettre l'info à qui de droit.
a écrit le 23/10/2015 à 10:41 :
Les multi-propriétaires sont la plaie de l'immobilier.
Ils contribuent à la hausse des prix / loyers
Pour réduire la spéculation immobilière, taxons la multi-propriété !
a écrit le 23/10/2015 à 0:26 :
"Ses concurrents, comme Homelidays (maison-mère d'Abritel)"
La maison-mère d'Abritel c'est "HomeAway"
a écrit le 22/10/2015 à 15:44 :
Si les prix de l’hôtellerie était plus raisonnable notamment à Paris, qui truste le haut des classement en la matière, BrB aurait beaucoup moins de succès...Comme pour les "Taxis" il faut savoir d'adapter...
Réponse de le 22/10/2015 à 16:29 :
Si vrai!
Réponse de le 22/10/2015 à 17:25 :
Et si une partie importante du différentiel de prix venait du fait que les reglementations/taxations n'etaient pas les meme selon que vous louez via airbnb ou que vous faites une activité de location touristique déclarée?
ca ne vous ai pas venu à l'idée?
Réponse de le 23/10/2015 à 9:06 :
Question @KidA : pouvez-vous nous donner la liste des "reglementations/taxations" qui sont différents entre airbnb et "location touristique déclarée" ? Donner nous svp des chiffres et exemples précis. Merci
Réponse de le 23/10/2015 à 10:17 :
Vous ne vous êtes pas demandé pourquoi les prix de l'hotellerie étaient plus chers ? Les salaires, les taxes, les obligations de sécurité, les normes d'accessibilité, les controles Hygienes, Urssaf, les obligations de vérifier 1 fois par an les installations d'eau, vérification des extincteurs incendies, chaudières, et j'en passe... obligation d'avoir 1 personne sur place la nuit, la Sacem, ...Toutes (et elles ne sont pas toutes citées) ces obligations, on ne les retrouve pas dans un logement de particulier. L'hotellerie a évoluer, elle n'a pas été contre la création des chambres d'hotes / gites (qui au départ devait aider le monde agricole...). L'hotellerie n'est pas contre le mode Collaboratif mais avec les memes taxes et règlementation... Les loueurs et les hoteliers exercent le meme métier, avec une règlementation différentes
Réponse de le 23/10/2015 à 12:32 :
Exemple d'obligations pour les professionnels : avoir une ou plusieurs chambres pour les PMR personne à mobilité réduite , installation de sécurité incendie alors que le "particulier" n'a aucune obligation !!!.
Réponse de le 23/10/2015 à 13:02 :
@Isa: en tant que locataire, il y a certaines choses qui sont aussi obligatoires!! Vérification cumulus à faire normalement....

Ensuite, j'ai utilisé Airbnb fin 2014, et la somme que l'on demande n'est pas celle que l'on reçoit ! Le site prélève une somme, minimum 1€ par nuit si je me souviens bien. Donc c'est comme si nous étions déjà taxés.
a écrit le 22/10/2015 à 15:31 :
Il faut arrêter de considérer que tous les loueurs de RBNB ne sont pas honnête

Personnellement, je loue ma résidence chez RBNB
Je suis déclarée à la chambre de commerce, à la Mairie et paie la taxe de séjour et des impôts sur les revenues comme le fisc m'y oblige
Maintenant si des loueurs sont malhonnêtes c'est au fisc de faire la chasse. Le site ne peut pas être responsable de tout
Réponse de le 22/10/2015 à 17:28 :
La problématique est plus large que le simple aspect fiscal (qui des législations protgeant le consommateur en terme de santé publique et d'incendie par exemple)
Et malheureusement, le fisc ne trouvera que très difficilement les fraudeurs sauf a ce que Airbnb ne fournisse la liste de ses clients...ce qui est difficilement concevable.

Comme dans tout, il faut un juste equilibre ou l'égalité devant la loi doit être la règle de base.
Réponse de le 22/10/2015 à 23:33 :
Il faudrait surtout que AIR BNB collecte directement la TVA et la taxe de séjour sur le prix des location.
Cela serai beaucoup plus clair et égalitaire par rapport aux hotels.
De plus tout les fond sont transféré sur des compte bancaire. donc peuvent étre traceret déclarer par les banques aux fisc .
Simple comme bonjour

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :