Le nouveau paysage concurrentiel enlise les routiers français

 |   |  514  mots
Dès le 1er mai, les transporteurs d'Europe de l'Est pourront librement effectuer des trajets intérieurs sur le territoire français. Les routiers français tremblent, alors que leur volume d'activité est déjà au plus bas.

Les routiers français affichent le coup de conduite le plus élevé d?Europe. "Le conducteur allemand ou hollandais gagne plus, mais coûte moins cher à l?entreprise que le conducteur français, répète à l?envie Jean-Paul Deneuville, délégué général de la Fédération nationale du transport routier (FNTR). C?est tout le problème des charges sociales françaises." Depuis 2000, à l?international, "la France a perdu 35 % de parts de marché".

Baisse des prix
Dès le 1er mai, les transporteurs des pays ayant adhéré à l'Union européenne en 2004 pourront faire du cabotage en France (c'est-à-dire assurer des services au sein de l'Hexagone sans y être établis). Une libéralisation qui devrait pousser à l?extrême la concurrence entre les routiers français et les entreprises polonaises, tchèques, slovènes ou encore lettones, "qui travaillaient déjà, pour certaines, de manière illégale en France", note Jean-Paul Deneuville. "Un tiers de la circulation du transport routier en France serait déjà étranger", note la FNTR.

Mais la nouvelle donne devrait "pousser la clientèle à exiger des transporteurs français un alignement de leurs prix", déplore ce dernier. Les espagnols, en tant que ressortissants d?un état membre avant 2004, sont déjà autorisés à caboter en France. "Leurs tarifs sont inférieurs de 10 % à ceux des entreprises françaises. Mais les tchèques sont, eux, 20 % moins chers", rapporte le délégué général. Selon une enquête interne de la fédération professionnelle, 41,65% des entreprises estiment que "la perspective de la libéralisation du cabotage alimente la baisse des prix".

Harmonisation
La fédération professionnelle, qui représente un secteur composé essentiellement d?entreprises familiales à très faible marge, demande à l?Etat français "d?aligner les conditions de travail en vigueur dans les entreprises françaises sur le droit européen". En clair, les patrons du secteur ne compteraient plus le temps de disponibilité des conducteurs dans le temps de travail.

La FNTR demande en outre la mise en ?uvre en urgence de la "clause de sauvegarde". Cette dernière permettrait à la France de saisir la Commission pour risque de "perturbation grave" de son marché dans le cadre de la libéralisation du cabotage, "qui pourrait faire l?objet de mesures de régulation", note le délégué général.

Crise économique
Les discussions doivent reprendre avec le gouvernement, sur ce thème, en juillet. Le secrétariat d?Etat aux transports a d?ores et déjà annoncé la mise en place d?un observatoire pour mesurer l?impact de cette nouvelle libéralisation sur les routiers, par ailleurs fortement impactés par les effets de la crise financière. "La baisse d?activité, de 5 à 40 % selon les marchandises transportées, semble atteindre son point bas", rapporte Jean-Paul Deneuville. Selon lui, "40.000 emplois seraient encore vraisemblablement menacés en 2009, alors que le secteur a enregistré plus de 2.000 faillites en 2008, soit un quasi-doublement par rapport à 2007". La reprise n?est pas attendue avant le second semestre 2010, pour nombre d?observateurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
bonjour dans votre acticle vous parler de conducteur apeurer , désoler je ne suis que salarier donc quoi que nous façion on ne peut que subire , n'es-ce pas les autoriter qui fix les tarif des charges ? es-ce la faute de ceut qui travaille que les cout sont élever ? de plus regarder bien ce qu'il se passe , de plus en plus de transporteur français font travailler des transporteur étranger sur notre térritoire es-ce un acroisement d'activiter ? biensur que non , se n'est qu'un souci de rentabilité personnel ,au détriment de la croisances national et c'est nous autre conducteur qui en subisons les consesquances , je trouve réducteur que NOUS passions pour des élément "trop" chéres ,commes tous citoyen qui se respect on ne demandes que travailler ,mais ce n'est que mon avis
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mais pourquoi n'avons-nous jamais, avant les "actions", tous les éléments du dossier; pouvons-nous avoir confiance - indispensable dans une démocratie - devant un tel manque de clarté?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
c est bon pour l environnement de faire venir du personnels des pays de l est plutot que de prendre les transporteur de notre pays?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Qu'elle bonne nouvelle du cabotage pour le gouvernement français et les gros transporteurs car cela va faire baisser les prix de transports et les gros transporteurs vont réaliser plus de marge voila vive l'Europe je suis un chauffeur bientôt au chômage ah oui j'oubliais fini la grève des routiers et les routes bloquées en france
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
il n'y a pas de solution au niveau des syndicats mondiaux?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ne cherchons pas les problèmes chez les étrangers, ils sont chez nous.
En matière de compétitivité, au regard du scandale des organismes en charge de la formation professionnelle dans le transport, plus enclins à développer leur patrimoine immobilier que de leur coeur de métier, on peut être en droit de se demander l'attitude des fédérations.
Critiquer les étrangers ne mange pas de pain, faire le ménage chez soi est certainement plus ingrat.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Souvenez du plan BOLKENSTEIN et du plombier Polonais presqu'une mini révolution... et pourtant il y a des années que les Bolkenstein de la route sont chez nous sans la moindre émotion de la part des pouvoirs publics
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
reponse a pph les gros transporteur roule a 85km sur autoroute et 8 o km sur nationale des petites pme a 90 95 km partout avec 15 20 camions ca roule avec des voitures a80 000euro
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
réponse à gas 49 et ppj59 bonjour les amis
Si on me dit que les gros transporteurs roulent à 85 sur autoroute, allez donc voir sur l'A4 ou l' A1 a quelle vitesse ils roulent et comment ils genent tous le monde en voulant doubler, sans compter les queues de poisson, et je ne compte pas le respect des distances de sécurité, une utopie, quand aux transporteurs, les plus dangereux sont les Hollandais, les Espagnols, au volant, des vraies kamikazes, les autres me sembles être un peu plus disciplinés .
Quant au cabotage des chauffeurs routiers d'europe de l'Est, il faut faire trés attention pour séparer le bon grain de l'ivraie, mais surtout sanctionner les fraudes au temps de conduite et la conduite en état d'ivresse, qui est courante chez les chauffeurs de l'est, ne rigolez pas, ils carburent à la biére et à la vodka, quand aux dépassements de vitesse, n'en parlons pas, je voudrais bien que les radars les sanctionnent aussi, comme nous on est déja sanctionnés par les radars, les automobilistes. Il n'y a pas de raison, nous les autos on est flashés, alors pouquoi pas les Poids lourds, et si ils sont étrangers, alors qu'lls payent plus cher ,leurs conneries en france.... 750 euro de prune, c'est rien 3 x ce prix la, c'est déja dissuasif, et saisie et vente aux domaines du camion et de la remorque, ce serait bien, et en ce qui concerne le chauffeur, interdiction à vie de travailler en france et fichage schengen plus stage au poste de police ou gendarmerie, Qand au cabotage des nouveaux pays entrant en UE, je suis trés réservé.... il peut y avoir des excés....qu'il faut savoir dénoncer aux autorités, il y a une loi faisons en sorte qu'elle soit respectée....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :