Vols annulés à cause de la neige : enquête en France, sanctions envisagées en Grande-Bretagne

 |   |  539  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
A Londres, le ministère britannique des Transports a estimé que la pagaille des derniers jours dans les aéroports outre-Manche soulignait l'incapacité de l'instance de régulation de l'aviation civile à faire rendre des comptes aux opérateurs d'aéroports. La ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui s'est rendue samedi matin à Roissy, a annoncé avoir ordonné une mission d'inspection, avec un premier rapport attendu le 10 janvier, pour "clarifier un peu les choses."

Le gouvernement britannique a annoncé dimanche qu'il envisage de sévir contre les opérateurs d'aéroports défaillants comme ce fut le cas lors des fêtes de Noël où la neige a fortement perturbé les transports aériens. Le ministre des Transports, Philip Hammond, a estimé que les opérateurs de l'aéroport de Londres-Heathrow, l'un des premiers au monde en nombre de passagers transportés, avaient fortement sous-estimé les besoins du produit utilisé pour dégivrer les avions en cas de températures polaires.
L'une des deux pistes d'envol de Heathrow a ainsi été fermée pendant quatre jours en raison de la neige et de nombreux appareils ont littéralement "gelé sur pied" sur les aires de stationnement.
 

A Bruxelles, le commissaire européen aux Transports, l'Estonien Siim Kallas, a qualifié d'inacceptable le chaos généré par la neige et le froid dans les transports aériens en Europe, où plusieurs centaines de voyageurs ont parfois du camper la nuit dans des aérogares. Le commissaire a fait savoir qu'il pourrait être amené à obliger les aéroports par la loi à fournir un service minimum lors de graves intempéries.
 

A Londres, le ministère britannique des Transports a estimé que la pagaille des derniers jours soulignait l'incapacité de l'instance de régulation de l'aviation civile à faire rendre des comptes aux opérateurs d'aéroports. "Le gouvernement est résolu à réformer la façon dont les aéroports sont régulés, en mettant l'intérêt des passagers au coeur de la gestion de ces aéroports", a expliqué une porte-parole du ministère. "Cela demandera des textes de loi".
 

En France, une polémique a également éclaté ces jours-ci entre Air France-KLM et Aéroports de Paris (ADP) sur le niveau des stocks de glycol , le produit dégivrant à Roissy-Charles de Gaulle. Plusieurs milliers de passagers qui souhaitaient passer le réveillon en famille ont dû s'armer vendredi de patience. Et le manque de glycol, à l'origine des retards, a évidemment fait l'objet d'une polémique. Le directeur exécutif d'Air France-KLM, Pierre-Henri Gourgeon, a déploré vendredi les difficultés d'approvisionnement en glycol, liquide nécessaire pour le dégivrage des avions, estimant que c'était "peu admissible".

"Depuis que Roissy existe, on n'a jamais vu ça", s'est défendu Pierre Graff, PDG d'Aéroports de Paris, qualifiant de "circonstances exceptionnelles", les chutes de neige qui ont perturbé le trafic de la plate-forme. Il a assuré sur RTL que les réserves en Glycol menaçaient de s'épuiser mais qu'il n'y avait pas eu une pénurie totale. Pour résoudre les problèmes de dégivrage, ADP a dû faire venir vendredi du glycol des Etats-Unis par avion et samedi d'Allemagne par camion.

La ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui s'est rendue samedi matin à Roissy, a annoncé avoir ordonné une mission d'inspection, avec un premier rapport attendu le 10 janvier, pour "clarifier un peu les choses." "Je veux savoir si on a juste risqué la pénurie de glycol ou si on a été dans une situation de pénurie qui a modifié le plan de vol de la journée de vendredi", a-t-elle dit lors d'un point de presse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2010 à 13:43 :
vols annulés ? TANT MIEUX , ainsi les français dépenseront sur le sol français et non à l'étranger ( fuite de devises) !
a écrit le 27/12/2010 à 18:56 :
Oui, mais les sanctions ne doivent pas être financières vis-à-vis des aéroports parce qu'à ce moment-là c'est l'usager et le contribuable qui paient en finale, mais à l'encontre des dirigeants incompétents qui doivent purement et simplement être virés.
a écrit le 27/12/2010 à 15:01 :
quand donc comprendra-t-on que privatiser un monopole (ADP), ne peut qu'avoir des effets bénéfiques pour les actionnaires et catastrophiques pour les usagers ?
a écrit le 27/12/2010 à 13:29 :
Alors l'Europe va sanctionné les US pour les avions bloqués ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :