La fusion géante entre American Airlines et US Airways se précise

Vendredi, AMR, la maison mère d'American Airlines, et US Airways ont annoncé étudier l'éventualité d'une fusion. Les deux transporteurs ont précisé qu'ils échangeraient des informations confidentielles et discuteraient avec les créanciers d'American.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

 Un pas supplémentaire est franchi dans la fusion tant attendue d'American Airlines, placée sous le chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, et US Airways. Celle-ci donnerait naissance à la plus grande compagnie aérienne mondiale en nombre de passagers devant United et Delta. Ce mastodonte pèserait 37 milliards de dollars. Vendredi, AMR, la maison mère d'American Airlines, et US Airways ont en effet annoncé étudier l'éventualité d'une fusion. Les deux transporteurs ont précisé qu'ils échangeraient des informations confidentielles et discuteraient avec les créanciers d'American Airlines.

Les syndicats d'American favorables
Dans une note aux personnels de son groupe, le directeur général d'US Airways, Doug Parker, a déclaré que l'accord de confidentialité s'appliquerait jusqu'à la conclusion d'un accord de fusion ou à une rupture définitive des pourparlers.
"Nous sommes heureux de travailler directement avec American pour étudier une possible fusion et nous considérons cela comme une très bonne nouvelle", a-t-il écrit. Jusqu'ici, il n'avait vu officiellement que les syndicats d'American.
En avril trois grosses organisations d'American, l'une dans chaque catégorie de personnel (au sol, hôtesses et stewards, et pilotes) ont signé un accord avec US Airways sur les conditions de travail, au motif qu'un tel rapprochement préserverait 6.200 emplois. En outre, ils insistaient sur l'intérêt du volet stratégique. En effet, les réseaux de vols des deux compagnies sont complémentaires.

British Airways épargnée
Ce rapprochement a des chances d'obtenir le feu vert des autorités de la concurrence, dans la mesure où il permettrait au couple American-US Airways de rivaliser avec United (résultat de la fusion entre United Airlines et Continental en 2010) et Delta (fruit, elle, du rapprochement en 2008 entre Delta Air Lines et Northwest). Cette fusion aurait le mérite de ne pas bouleverser les alliances globales. Isolée dans Star Alliance, US Airways aurait de fortes chances en effet de rejoindre Oneworld, l'alliance d'American. Ce serait une excellente affaire pour British Airways, le partenaire historique d'American sur les lignes transatlantiques, qui, depuis la mise en redressement judiciaire d'American en novembre dernier, tremble de voir sa partenaire disparaître et être démantelée au profit de concurrents Un scénario qui l'isolerait sur l'axe transatlantique.